Accueil | Par Catherine Tricot | 19 juillet 2013

Le MuCEM à Marseille, une prouesse architecturale

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

En juin dernier, à l’entrée du Vieux-Port
de Marseille, au pied du Fort Saint-Jean,
le MuCEM a ouvert ses portes aux Marseillais
qui se sont pressés en nombre
pour le découvrir dès le premier week-end. Ce bâtiment est l’oeuvre
de l’architecte Rudy Ricciotti. C’est une
des plus belles émotions architecturales
de ces dernières années. L’implantation
du bâtiment, sa relation avec le site – la
mer, les collines, le ciel, le port et le fort
–, la poésie de sa voilette noire, le plaisir
de la promenade offerte, font de ce bâtiment
une très belle histoire.

Cette audace formelle, cette sensibilité
est une prise de risque qui peut avoir ses
ratés. Il y en a. La proportion et l’atmosphère
du hall d’entrée ne sont pas tout
à fait convaincantes. L’angle arrondi du
bâtiment en verre est vraiment incertain.
Mais franchement, on s’en fout. Le Mu-
CEM est une pure merveille. Il y a de la
force et du courage dans cette construction
pourtant subtile. Le béton, matériau
de prédilection de Ricciotti, est ici dans
tous ses états : super maitrisé, technologique
ou brut de décoffrage, poli, moulé
ou rugueux. La passerelle, morceau de
bravoure, est gentiment allégée par des
perforations qui reprennent la forme
d’une bulle de béton.

Le MuCEM sera certainement l’emblème
de Marseille parce qu’il fait vivre
ensemble les époques et qu’il est d’une
poésie rare. Ouf ! Il remisera à sa place
la tour de la super star irakienne (une
femme) Zaha Hadid qui était en train de
devenir la porte de la ville. L’architecture
n’est pas totalement sans intérêt. L’objet
lui est sans raison. Une idée de modernité
plaquée à Marseille. Il faut parfois se
méfier des stars mondialisées.

MuCEM
1, esplanade du J4, Marseille
Tarifs Musée + Expos : 8€/5€
Tarifs Expos : 5€/3€
http://www.mucem.org/fr

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Il faut justement souligner que le MUCEM est à contre courant de la doxa architecturale du moment. Béton contre acier et verre. Façade ouvragée contre façade lisse - regardez le bâtiment voisin - Forme allongée insérée dans un ensemble au lieu de la tour tape à l’oeil ; encore que je ne crache pas sur celle de Zaha Haddid dont les courbes élancées renouvellent le genre.

    Quant à la couleur noire, elle vient rappeler cette opposition constante du paysage méditerranéen ; opposition violente entre ombre et lumière, mer et rocher, intérieur et extérieur.
    Mais le véritable tour de force politique, c’est d’avoir construit un ensemble qui donne aux marseillais, à tous les marseillais et aux visiteurs, un espace magnifique ouvert sur le port et la mer. En ces temps de privatisation de l’espace public, il faut souligner que la promenade du quartier St Jean au fort St Nicolas, du fort au MUCEM et du MUCEM à l’immense esplanade devant la cathédrale est ouverte à tous, que l’on peut se promener dans la coque du bâtiment sans avoir à entrer dans le musée, que la terrasse du MUCEM est un espace public inédit face à la mer et à l’abri de la dentelle de béton comme d’un moucharabieh.
    Pour comprendre ces choix, il n’est pas inutile de rappeler que l’architecte Rudy Ricciotti est marseillais.

    Jean-Louis Marchetti Le 22 juillet 2013 à 17:24
  •  
  • La masturbation intellectuelle m’indifférerait si elle n’était pas entretenue par des fonds publics... C’est beau un cube en béton avec des trous qui laissent passer la lumière. Et cette passerelle... Quel "morceau de bravoure" ! (sic)...

    Karel Le 22 juillet 2013 à 21:50
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?