Accueil | Par Catherine Tricot | 7 août 2013

MuCEM, la Galerie de la Méditerranée

Le MuCEM démarre sa première saison avec quatre
expositions. Déambulation dans les allées du musée...

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

L’exposition permanente du MuCEM
offre un panorama des cultures communes
de la Méditerranée. Tout commence
très bien avec une très belle salle
consacrée à la culture du blé, de l’olive
et de la vigne. Cette salle présente un
artisanat, des outils, des traditions culinaires
de façon à la fois vivante, spectaculaire
et valorisante. On se régale. La
grande salle suivante réunit les quatre
autres items : religion, droits de l’homme,
ville et grandes découvertes. Il y a déjà
là un petit problème de lisibilité. Cela
manque de place. Les séparations entre
les séquences sont assurées par des
voiles blancs. Ça marche à peine. Classiquement
la seconde salle est dédiée aux
civilisations monothéistes. Des objets
culturels sont présentés. Magnifiques.
Relevons aussi ce joli dessin animé
pour enfants où un juif, un musulman
et un chrétien discutent de l’origine de
l’humanité. Subtile et drôle. Alors Ève,
elle a croqué la pomme ou la figue ? La
salle suivante est consacrée au phénomène
urbain. C’est bien mais rapide. La
présentation de Venise est l’occasion de
la juxtaposition de portraits de Doges
peints par Le Titien et d’un court-métrage
sur l’histoire de la ville jusqu’à l’arrivée
des troupes napoléoniennes. Il y a dans
cette juxtaposition sans façon un esprit
que l’on retrouvera dans toutes les expositions
du MuCEM. Toutes les formes
d’art et d’artisanat sont présentes dans
une égalité de traitement. Chacun entre
avec sa culture. C’est plutôt très bien
fait. La salle suivante est un sommet de
confusion avec le thème des droits de
l’homme. Une guillotine côtoie un morceau
du Mur de Berlin. La Méditerranée
aurait-elle fait perdre la tête aux commissaires
de l’expo ? Le Mur de Berlin,
tenez-vous bien, symboliserait les murs
de la planète. Comme on ne peut parler
du mur qui enferme les Palestiniens, on
parle de Berlin ? On a du mal à suivre…
La galerie se termine par une évocation mélancolique des grandes
découvertes de la fin du xve siècle. Les
marins ont ouvert de nouvelles voies et
de nouveaux horizons… La Méditerranée
n’est plus le centre du monde. Elle devient
à jamais une mer intérieure, lieu de
souvenirs et de villégiatures. Les grands
draps blancs prennent enfin leur sens.

MuCEM
1, esplanade du J4, Marseille
Tarifs Musée + Expos : 8€/5€
Tarifs Expos : 5€/3€
http://www.mucem.org/fr

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?