Accueil > N° 41-42 - juillet/août 2007 | Par Sandrine Issartel | 3 juillet 2007

"A Tokyo, à Paris et à New York. Dans le monde...une classe en lutte !!!"

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

//L’heure était à l’internationalisme rue des Vignoles (Paris, 20ème), ce samedi 30 juin. Deux militants de l’IWW des Strabuck Coffees, ainsi qu’une militante d’ATTAC Japon étaient venus parler des luttes sociales dans leurs pays respectifs. L’occasion également pour le collectif du DALAS (Droit à un Logement Autogéré et Social), dont la fête avait lieu dans ces murs le lendemain, de se présenter.//

Une pincée de sel dans le café des vedettes

Starbucks est plus connue pour ce qu’elle compte de people aficionados de la marque que pour son anti-syndicalisme et sa politique salariale sévèrement contestée par une partie de ses employés. De Nicole Ricci à Nicole Kidmann, en passant par Paris Hilton, toutes les stars ont un jour été immortalisées, le mythique gobelet vert orné d’une sirène, à la main. Aujourd’hui, Starbucks est présente partout dans le monde. Du petit commerce monté en 1971 par trois passionnés de l’espresso, l’entreprise est devenue la plus grande chaîne multinationale de café.

Adam et Diane travaillent tous deux pour cette enseigne et sont organisés syndicalement à l’IWW (l’équivalent anglo-saxon de la CNT). L’un est australien mais vit et travaille à Londres, la seconde est New-Yorkaise. Depuis 2004, date à laquelle une section Starbucks a été montée a sein de l’IWW, ils mènent une campagne à travers le monde pour essayer d’organiser une grande union internationale des travailleurs des Starbucks Coffees.

Pressions intersyndicales, recours à des travailleurs clandestins... retrouvez bientôt l’intervention d’Adam et de Diane à la soirée de la CNT, le 30 juin dernier :

Un toit, oui, mais aussi des droits

S’approprier un lieu et le transformer pour y habiter. Tel est le projet du collectif DALAS ( Droit au logement social et autogéré). Composé de militants syndicaux du bâtiment et de familles en détresse de logement, ils s’efforcent ensemble de concevoir, sur la base d’une mise en commun des savoirs et des pratiques, un autre mode d’habitation. L’idée est de loger 58 familles dans une structure comportant, outre les habitations, une bourse du travail, un restaurant et une épicerie communautaires, en vertu du "droit à un logement de qualité qui génère du lien social".

La présentation du Dalas par Mathieu, Daihawa et Éric :

MP3 - 320 ko

Mondialisation et luttes de classes au pays d’Akihito

Professeur dans une université japonaise, Nanako appartient au syndicat des enseignants ainsi qu’à l’organisation ATTAC Japon. Elle dresse un état des lieu des luttes sociales nipponnes depuis les années soixante jusqu’à aujourd’hui. Un tableau complexe teinté de préjugés négatifs à l’égard de l’extrême-gauche japonaise d’antan, de nostalgie impérialiste comme rempart aux effets du néo libéralisme, et de mondialisation non encore conceptualisée, sur fond de jeunesse paupérisée. Si les premiers mouvements syndicaux au Japon sont venus des travailleurs migrants dans les années 80, le renouveau du syndicalisme japonais pourrait bien être le fait des jeunes travailleurs précaires, obligés à cumuler plusieurs petits jobs et de passer la nuit dans des mangas cafés. Les mouvements de contestation ne sont pas le fort de la population, en atteste la faible mobilisation lors de la tenue du G8 à Okinawa en 2000, mais Nanako ne désespère pas de voir l’émergence d’un grand mouvement altermondialiste japonais, sur le modèle des organisations françaises et européennes, et qui saura se montrer combatif lors du sommet du G8 de 2008 au lac Toya, sur l’île d’Hokkaido, au Japon.

Les luttes sociales au Japon : des années 60 à l’altermondialisme, par Nanako, militante d’ATTAC Japon :

titre documents joints

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?