Accueil > Politique | Par Bernard Hasquenoph | 11 novembre 2008

Albanel renonce à la gratuité des musées

La ministre de la Culture privilégie des actions ciblées envers les jeunes et enterre la promesse électorale de Nicolas Sarkozy.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

C’était cousu de fil blanc et nous l’annoncions déjà il y a un mois. La promesse du candidat Sarkozy est bel et bien morte et enterrée.

Christine Albanel, qui continue au passage à nier l’existence même de la promesse, l’a confirmé sur LCI le 6 novembre dans l’émission Le Blog Politique animée par François Bachy. Répondant à la question d’un internaute qui n’était autre que nous-même - merci LCI - elle s’est prononcée, sans plus de détails, pour juste des actions ciblées envers les jeunes de 18-25 ans comme il s’en pratique déjà dans les grandes institutions parisiennes telle que le Louvre, la ministre nommant cela des "happy hours".

Alors que l’étude sur l’expérimentation de la gratuité dans les musées voulue par le Premier ministre et menée l’année dernière n’a toujours pas été rendue publique, C. Albanel en a dressé le constat suivant : une hausse de fréquentation au début puis une baisse, l’essentiel du public étant constitué d’habitués, "les mêmes qui viennent plus souvent". Donc il semble logique que rien ne soit proposé à ce public manifestement demandeur. Pourquoi ne pas créer, faute de gratuité, un Pass InterMusées comme il en existe déjà pour les touristes ?

Seules les opérations en direction des jeunes ont été, selon la ministre, des "vrais succès". Pourtant une récente étude du CREDOC montre qu’exactement le même phénomène s’est produit pour eux, les plus faiblement diplômés ayant le moins profité de l’aubaine de la gratuité [1]. Mais il faut bien annoncer quelque chose...

Le test grandeur nature qui aura coûté la bagatelle de 2,3 millions d’euros, plus 85 000 ? pour sa seule d’évaluation confiée à un cabinet privé, n’aura donc été qu’une mascarade puisque la ministre préconisait déjà en mars, soit trois mois avant son achèvement, "un arsenal de dispositions tarifaires adaptées" plutôt qu’une "solution globale".

Le fantôme de la démocratisation culturelle, point fort du programme électoral de Nicolas Sarkozy, s’éloigne donc toujours un peu plus, alors que sa part de budget continue de diminuer [2] et que les grands musées s’inquiètent devant la baisse de leurs crédits pour les années à venir [3].

Ne reste plus maintenant qu’à attendre la décision officielle toujours en phase "d’ajustages interministériels" selon la ministre.

Louvre pour tous ( http://www.louvrepourtous.fr )

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?