Accueil > Politique | Par Jean-Baptiste Ferrière | 18 septembre 2007

Avenir de la gauche : résistons ensemble !

Réunis à la Courneuve samedi dernier dans le cadre la Fête de l’Humanité, Marie-George Buffet (PC), Olivier Besancenot (LCR), Cécile Duflot (Verts) et François Hollande (PS) ont planché sur l’avenir de la gauche. Lors de ce débat public qui a rassemblé une foule de militants, les représentants des quatre principales forces politiques de gauche ont décidé de tenir mardi 18 septembre un comité de riposte commune à la politique de Sarkozy. Il s’agira alors d’organiser une feuille de route des luttes sociales à mener. Si la réforme des régimes spéciaux des retraites (EDF, GDF, SNCF...) constitue un enjeu de taille, la question du pouvoir d’achat ne doit pas être pour autant occultée. Enfin, l’idée d’une alliance électorale dès le premier tour des municipales de 2008 fait son chemin.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Face la casse des acquis sociaux organisée par une droite ultralibérale, Marie-george Buffet appelle à une "mobilisation générale" susceptible de créer une "dynamique de débat public". Et de "dépasser un capitalisme triomphant". La "financiarisation de l’économie impose un contrôle des banques centrales". La construction de l’Europe passe par "la remise en question du traité simplifié européen", simple resucée du traité constitutionnel européen désapprouvé en 2005. La création d’un comité de riposte doit nourrir une opposition constructive en réponse au démantèlement du régime des retraites, à l’instauration des franchises médicales. Et la secrétaire générale du PC de proposer l’organisation d’un référendum et une alliance électorale dès le premier tour des municipales.

Ecouter son intervention :

S’il apparaît comme un leader naturel de la gauche radicale anticapitaliste, Olivier Besancenot revendique une certaine indépendance. "Le pouvoir donnera toujours des vertiges tant qu’il ne sera pas partagé par tous", a-t-il déclaré en citant Louise Michel. Pour le porte-parole de la LCR, le comité doit en priorité servir à préparer une riposte collective au projet de réforme des régimes spéciaux de retraite. Plus largement, il est urgent pour offrir une alternative crédible à la droite de forger "une gauche réactive, unitaire qui s’assume socialement et idéologiquement". Car pour l’heure, l’incapacité de la gauche à se rassembler laisse le champ libre aux ambitions d’un gouvernement "qui vomit tout ce qu’il peut vomir : droit de grève, service public, sécurité sociale, code du travail, test ADN nécessaire au regroupement familiale et expulsion des sans-papiers".

Ecouter son intervention :

MP3 - 13 Mo

Du côté des Verts, Cécile Duflot place l’écologie comme étant "le seul vrai projet de transformation sociale au XXIè siècle" au delà des querelles partisanes. La dernière campagne présidentielle en est la preuve, la majorité des candidats ayant incorporé des mesures environnementales dans leurs programmes. Mais trouver une solution au dérèglement climatique n’empêche pas les forces politiques (partis, syndicats, associations, collectifs) de réfléchir à un "système équitable des retraites, au partage du temps de travail, à la souffrance des salariés ou à la perennité du service public notamment celui de la petite enfance". La secrétaire nationale des Verts souhaite s’affranchir de la démagogie Sarkozyenne. La droitisation du PS doit incité la gauche de gauche à revenir à ses valeurs fondamentales : progrès, solidarité, collectivisme, redistribution des richesses...

Ecouter son intervention :

Loin de négliger la réforme des retraite, François Hollande, premier secrétaire du PS, recadre le débat en évoquant la question du pouvoir d’achat. Mais également celles du logement, du SMIC et service public : "un dialogue entre les partis et les mouvements syndicaux doit s’instaurer tant à l’échelle locale que nationale". Quant aux prochaines échéances électorales, elles représentent l’enjeu le plus important : "Il est vitale pour la gauche de s’appuyer sur une liste de rassemblement aux municipales". Le premier secrétaire du PS se distingue ainsi du trotskiste Besancenot en situant l’exercice du pouvoir devant les luttes sociales.

Ecouter son intervention :

titre documents joints

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?