Accueil > Politique | Editorial par Clémentine Autain, Rémi Douat | 29 novembre 2010

Chercher l’issue

Regards serait ravi, ne serait-ce que l’espace d’un numéro, de parler d’un monde qui tourne à l’endroit

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

. L’actualité ne nous en laisse pas la possibilité. Le mouvement sur les retraites a laissé un goût amer de déni de démocratie. Il ne faut pas gratter longtemps pour trouver l’exaspération et le sentiment de ne pas être entendu. Les jeunes des quartiers populaires nous paraissaient le mieux incarner cette frustration. Nous sommes retournés à Nanterre, une fois la folie médiatique apaisée, rencontrer des jeunes qui se sont revendiqués « casseurs ». «  On ne casse pas pour rien  », nous ont-ils dit en substance, rompant ainsi avec le mythe d’une jeunesse populaire politiquement désarticulée (voir p. 36 du mensuel).

Changement de décor, à l’hôpital de Roubaix, où nous sommes allés en reportage. Des professionnelles de santé nous ont fait part de leur immense difficulté à travailler dans un environnement emprunt des logiques libérales de management (p. 46). D’un point de vue plus macro, nous rendons compte d’une étude démontrant, carte à l’appui, les conséquences catastrophiques de la crise sur l’emploi (p. 42). L’heure de la rigueur a sonné, nous explique-t-on matin, midi et soir : point de salut sans des budgets publics au régime sec et des salaires en berne. N’y a-t-il plus rien à partager ? Nous avons voulu regarder du côté des riches. Comment vont-ils par temps de crise ? Bien, merci... La France, n’est plus seulement le pays du fromage mais aussi celui des millionnaires. Qui l’eût cru, alors que nous traversons une période noire sur le plan social et économique, la France se hisse au troisième rang mondial des pays hébergeant le plus de millionnaires. Plus que la question un peu provoc’, mais au fond bien sérieuse, « avons-nous besoin des riches ? » nous nous demandons : « que faire d’eux ? » Quatre économistes nous livrent des pistes et donnent, au-delà de la lamentation, de véritables idées pour mieux distribuer les richesses (p.18).

Il est plus que temps de se tourner vers les solutions alternativesaux recettes néolibérales. Les orientations économiques de l’Union européenne comme la politique du FMI ont montré l’impasse qu’elles construisent pour les peuples. Après les Grecs et les Portugais, les Irlandais en savent quelque chose. Engraisser les banques, laisser faire la spéculation et casser les outils publics de solidarité ne mènent à rien de bon. Si le plus grand nombre ne s’y retrouve pas, une autre issue doit être possible. Nous la cherchons.

Clémentine Autain et Rémi Douat

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?