Accueil > Politique | Par Emmanuelle Cosse | 13 janvier 2010

Décès de Daniel Bensaïd

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Daniel Bensaïd est mort hier, 12 janvier 2010. Avant de pouvoir revenir plus longuement sur les écrits du théoricien de la LCR et du NPA, vous trouverez ci-dessous un communiqué et un hommage de son parti, ainsi que des liens vers d’anciennes contributions publiées dans Regards .

Communiqué du Nouveau Parti Anticapitaliste. Hommage à Daniel Bensaïd.

Le décès de notre camarade Daniel Bensaïd a suscité beaucoup d’émotion et y compris au-delà des frontières. Le NPA remercie les organisations, les partis politiques et associations, les militants, les personnalités, les intellectuels, tous ceux et toutes celles qui nous ont fait parvenir des témoignages de sympathie. Un hommage militant sera rendu à Daniel Bensaïd le dimanche 24 janvier, à partir de 14h, au Palais de la Mutualité. Le 13 janvier 2009

Hommage de François Sabado à Daniel Bensaïd

DANIEL

Daniel est parti ce mardi 12 Janvier.

C’était un militant, un intellectuel, un camarade, un ami.

Né en 1946, Il aura mis sa vie au service de la défense des idées marxistes révolutionnaires. Il avait été un des fondateurs des JCR et de la Ligue communiste révolutionnaire. Animateur du mouvement de Mai 68, il était de ceux qui avaient un sens très sûr de l’initiative politique. Il avait été un des animateurs du mouvement du 22 mars. Saisissant la dynamique des mouvements sociaux, en particulier le lien entre le mouvement étudiant et la grève générale ouvrière, il était aussi un de ceux qui avaient compris la nécessité de construire une organisation politique, d’accumuler des forces pour la construction d’un parti révolutionnaire.

L’intelligence de Daniel, c’était d’allier théorie et pratique, intuition et politique, idées et organisation. Il pouvait, dans le même temps, diriger un service d’ordre et écrire une œuvre théorique.

Ce fut un des inspirateurs d’un combat qui conjuguait principes, délimitations politiques et ouverture, rejet du sectarisme. Ses convictions politiques chevillées au corps, Daniel était toujours le premier à rechercher la discussion, à essayer de convaincre, à échanger les positions, et à renouveler sa propre pensée.

Participant de la fin des années 60 au début des années 90 à la direction quotidienne de la Ligue, il avait joué un rôle décisif dans la construction d’un projet, d’une orientation qui lie activité quotidienne et tension révolutionnaire. Une bonne partie de son travail théorique et politique sera centrée sur les questions stratégiques, sur les leçons historiques des principales expériences révolutionnaires.

Daniel était profondément internationaliste. Il aura un rôle clé dans la construction de la LCR espagnole, à l’époque du franquisme. Lors de ces années, Daniel jouera un rôle majeur au sein de la IVe Internationale, suivant particulièrement la situation en Amérique latine et au Brésil. Il contribua beaucoup à actualiser notre vision du monde, à nous préparer aux bouleversements historiques de la fin des années 80.

Des années 90 à nos jours, tout en poursuivant son combat politique, il se concentra sur la réflexion et l’élaboration théorique : l’histoire des idées politiques ; « le capital » de Karl Marx ; le bilan du siècle et de ses révolutions, dont, en premier lieu , la révolution russe ; l’écologie ; le féminisme ;les identités et la question juive ;l’élaboration d’une nouvelle politique pour la gauche révolutionnaire face à la globalisation capitaliste. Il suivait, régulièrement, les forums sociaux mondiaux du mouvement altermondialiste.

Daniel aura assuré la continuité historique d’un marxisme révolutionnaire ouvert, non dogmatique et l’adaptation aux changements de la nouvelle époque, avec toujours pour horizon, la transformation révolutionnaire de la société.

Frappé par la maladie, il la surmontera durant des années, en pensant, en écrivant, en travaillant ses idées, sans refuser ni voyage, ni meeting, ni simple réunion. Daniel s’était donné comme tâche de vérifier la solidité de nos fondations et de les transmettre à la jeune génération. Il le fit de tout son cœur, de toutes ses forces. Ses interventions, à l’institut international d’Amsterdam, dans les universités d’été de la LCR puis du NPA ont marqué des centaines de camarades. Passeur de l’expérience de la LCR pour le NPA, Daniel avait décidé d’accompagner le lancement de notre nouvelle organisation, en relançant la revue Contre temps et en constituant la société « Louise Michèle », cadre de débat et de réflexion de la pensée radicale.

Daniel, c’est tout cela. Et, en plus, il était sympathique, chaleureux, convivial. Il aimait la vie. Alors que nombre d’ex :de 68 ont tourné casaque, ont abandonné les idéaux de leur jeunesse, Daniel n’aura rien lâché, rien abandonné. Il est là, présent !

François Sabado

A lire aussi

Daniel Bensaïd : « Rétablir une ligne de front tranchée avec la droite et le centre » http://www.regards.fr/article/?id=2785

Devoir d’inventer, devoir d’inventaire http://www.regards.fr/article/?id=3963

Trouble dans la démocratie (4). Philosophe et démocrate ? http://www.regards.fr/article/?id=4265

Les idées de la colère http://www.regards.fr/article/?id=4044

NPA/Politis. Gauche en chantier. Pierre-François Grond : « Une géographie politique large » http://www.regards.fr/article/?id=3721

Réflexions. Pour un postcapitalisme : http://www.regards.fr/article/?id=4416

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?