Accueil > Résistances | Par Arnaud Viviant | 25 mai 2011

Espagne : de la démocratie l’Oreal à la démocratie real

Le printemps arabe est-il en train de franchir le détroit de Gibraltar ? Depuis la mi-mai, à Madrid et ailleurs en Espagne, sur les places publiques, on se réunit, on débat, on organise. On parle politique, démocratie, révolution. Et on propose la mise en place de mesures très concrêtes. A lire avec attention.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

On l’appelle M15, Mouvement du 15 mai, ou encore « Les Indignés ». Ce dernier nom en référence au célèbre libellé Indignez-vous de Stéphane Hessel (vendu en Espagne 5 € du fait de l’inflation galopante) et qui est décidément en passe de devenir un bréviaire mondial de la résistance aux oligarchies. La venue de Hessel à Madrid, à l’Institut français, pour présenter « Indignados » avait déjà été un événement. Non seulement la salle était bourrée à craquer, mais 200 personnes avaient suivi dans le hall sa conférence sur grand écran. Effet réel d’un livre.

Comme les révolutions tunisienne ou égyptienne dont il semble être la réplique sur le continent européen [1], le mouvement des Indignés a surpris par son ampleur, son calme et sa détermination. Parce qu’il avait été rameuté par les réseaux sociaux (pas du premier coup d’ailleurs, d’autres rendez-vous avaient échoué avant que celui du 15 mai ne réussisse et se maintienne) on a d’abord voulu y voir un mouvement de la jeunesse espagnole, éprouvée par le chômage et la vie « low cost » . Mais, très vite, aussi bien à la Puerta del Sol de Madrid que sur d’autres places de villes espagnoles, la jeunesse était rejointe par d’autres générations noyées sous leur crédit immobilier, expulsées de leur logement.

Ce qui a particulièrement frappé les Espagnols, c’est le sens de l’organisation des manifestants : rien à voir avec une fiesta du vendredi soir, un apéro géant. Ainsi par exemple, sur la Puerta del Sol, à chaque moment, des équipes de manifestants nettoyaient la place, en ramassant papiers et cannettes vides. Ce qui a empêché la police d’agir (et sans doute tétanisé plus encore la classe politique qui craignait que la répression lui fût « pasado factura ») alors que les manifestations étaient pourtant interdites en cette veille d’élections. Loin de s’amuser, il s’agissait pour ces citoyens de vivre le forum d’une « démocratie réelle », d’élaborer un programme politique alternatif, tout en appelant à une « révolution mondiale », sans laquelle rien n’est possible. Ce n’est pas pour rien si la répression devient de plus en plus terrible en Chine, aujourd’hui, où sur la Toile on appelle à des « rassemblements du jasmin », un autre nom possible encore pour le M15. Comme le dit un proverbe espagnol : « la tortilla se està dando la vuelta » (l’omelette est en train de se retourner).

On lira ci-dessous l’ensemble des propositions approuvées par l’Assemblée de protestation de la Puebla del Sol. On sera surtout très sensible à l’ordre dans lequel elles sont énoncées. Il s’agit d’abord d’abolir les privilèges de la classe politique en tant que classe. Il s’agit, pour une démocratie réelle, d’en finir avec ce mot qui ne cesse de rebondir : la classe politique, la classe médiatique, la classe politico médiatique qui exige toujours la présomption d’innocence pour l’un des siens...

Le mouvement du M15 va peut-être s’essouffler vite. Il a pourtant déjà presque réussi à chasser l’affaire DSK des journaux français. Ne doutons pas que ces rassemblements du jasmin, ces assemblées de protestation ou bien encore d’indignés rebondiront et fleuriront eux aussi, sous ces noms ou sous d’autres, ici et là, en Angleterre, en Chine, au Maroc, au Portugal ou en France...

A.V. avec Isabelle Sakena Warolin à Madrid

Propositions (Propuestas)

Ci-dessous une partie des mesures que nous considérons essentielles, en tant que citoyens, pour régénérer notre système politique et économique. Donne-nous ton avis et propose les tiennes sur le forum.

1. Elimination des privilèges de la classe politique :

 Contrôle strict de l’absentéisme des élus. Sanctions spécifiques en cas de négligence des fonctions.

 Suppressions des privilèges fiscaux, des années de cotisation et du montant des retraites. Ajustement du salaire des élus sur celui du salaire moyen espagnol, frais inhérents à l’exercice des fonctions à part. (Y aura toujours des malins pour gonfler les notes de frais)

 Suppression de l’immunité associé au poste occupé. Finie la prescription pour les délits de corruption.

 Publication obligatoire du patrimoine pour tous les élus.

 Une réduction des charges (postes) de désignation libre

2. Contre le chômage :

 Partage du travail par l’encouragement de la réduction de la journée de travail et la compatibilité avec la vie famille pour en finir avec le chômage structurel (jusqu’à ce que le taux de chômage soit inférieur à 5%)

 Retraite à 65 ans et aucune augmentation de l’âge de la retraite avant d’en avoir fini avec le chômage des jeunes.

 Bonification aux entreprises qui ont moins de 10% de leurs effectifs en CDD.

 Sécurité de l’emploi : impossibilité de licenciements collectifs ou pour cause objective dans les grandes entreprises tant que celles-ci font des bénéfices.
Fiscalisation des grandes entreprises pour garantir qu’elles ne couvrent pas via des CDD des postes pouvant bénéfier d’un CDI.

 Rétablissement du revenu minimum de 426 € pour les chômeurs de longue durée.

3. Droit au logement :

 Expropriation par l’Etat des logements construits et non vendus et mise de ceux-ci sur le marché en tant que HLM. (pas très bien expliqué de leur part : ces logements n’étant pas vendus, donc pas habités, pas besoin de les exproprier. Suffit de les faire glisser de la poche de l’entreprise de BTP à l’Etat par un savant tour de passe-passe)

 Aides au logement pour les jeunes et les personnes aux faibles revenus.

 Dation en paiement pour permettre l’annulation des prêts immobiliers ( actuellement, des gens se trouvent dans une mouise indescriptible car, non contents d’avoir été expropriés par la banque, ils ont encore une dette gigantesque envers celle-ci. Des cas qui foutent le vertige...)

4. Services publics de qualité :

 Suppression des dépenses inutiles dans les Administrations Publiques (ben y a du boulot) et établissement d’un contrôle indépendant des budgets et des dépenses.

 Embauche du personnel sanitaire nécessaire pour en finir avec les listes d’attente.

 Embauche de professeurs afin de garantir le nombre d’élèves par classe et les classes de soutien.

 Réduction du coût d’inscription en fac et ajustement du coût du troisième cycle sur celui des deux premiers cycles.

 Financement public de la recherche pour en garantir l’indépendance.

 Transports en commun bon marché, de qualité et écologique : rétablissement des trains supprimés par le TGV et aux prix originels, baisse du tarif des abonnements, restriction du trafic automobile en centre-ville, construction de pistes cyclables.

 Ressources sociales locales : application effective de la Loi de Dépendance, réseau d’auxiliaires de vie à l’échelle locale et municipale, services locaux de médiation et de tutelle.

5. Contrôle des organismes bancaires :

 Interdiction de tout type de sauvetage ou d’injection de capital dans les organismes bancaires qui, en cas de difficulté, devront faire faillite ou alors être nationalisés pour former une banque publique sous contrôle social.

 Hausse des impôts pour les banques, directement proportionnelle au coût social engendré par la mauvaise gestion de la crise.

 Remboursement à l’Etat de tout le capital public apporté pour le sauvetage des banques.

 Interdiction d’investissement des banques espagnoles dans les paradis fiscaux.

 Régulation des sanctions sur les transactions spéculatives et la mauvaise praxis bancaire.

6. Fiscalité :

 Augmentation du taux d’imposition sur les grandes fortunes et les organismes bancaires.

 Elimination des SICAV.

 Rétablissement de l’impôt sur le patrimoine.

 Contrôle réel et effectif de la fraude fiscale et de la fuite de capitaux vers des paradis fiscaux.

 Promotion à l’échelle internationale de l’adoption d’une taxe sur les transactions internationales (taxe Tobin)

7. Libertés citoyennes et démocratie participative :

 Non au contrôle d’Internet. Abolition de la loi Sinde (équivalent à la loi Hadopi. Doit son nom à la cinéaste Angeles Gonzàlez-Sinde parachutée au poste de Ministre de la Culture pour défendre les droits d’auteur de sa corporation).

 Protection de la liberté d’information et du journalisme d’investigation.

 Référendums obligatoires et contraignants sur des questions primordiales et susceptibles de changer les conditions de vie des citoyens.

 Référendums obligatoires pour toute introduction de mesures dictées par l’Union Européenne.

 Modification de loi électorale pour garantir un véritable système de représentation proportionnelle ne discriminant aucune force politique ni volonté sociale, où le vote blanc et le vote nul aient aussi leur propre représentation législative.

 Indépendance du pouvoir judiciaire : réforme de la figure du procureur de la République (équivalent à Ministerio Fiscal) pour en garantir l’indépendance. Non à la nomination de membres du Tribunal Constitutionnel et du Conseil du Pouvoir Judiciaire par le pouvoir exécutif.

 Etablissement de mécanismes effectifs garantissant la démocratie interne des partis politiques.

8. Réduction des coûts de la Défense

Traduction et commentaires d’Arnaud Viviant et Isabelle Sakena Warolin

A voir et à lire

Pour suivre la mobilisation en Espagne, rendez-vous sur le site (en espagnol) http://www.democraciarealya.es/

Les photos du portfolio sont de Isabelle Sakena Warolin

Notes

[1On notera, au passage, que ce mouvement fait inconsciemment suite à un véritable tremblement de terre au centre de l’Espagne.

Portfolio

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?