Accueil > Culture | Par Julia Moldoveanu | 1er mars 2009

« et l’enfance, longtemps », Julie Delaloye

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Julie Delaloye est une jeune poète suisse née en 1979. Un « prix de la vocation » lui a permis de publier ce premier livre chez Cheyne éditeur.
« Dans un ciel de février,
neige sur les cimes,
lumière qui se creuse
je crie un adieu »  :

Il flotte, sur ce volume, l’ombre discrète d’une mère disparue, un deuil blanc éblouissant, une fraîcheur, une grâce qui couvre l’instant et une gravité aux échos d’universel. Rien de funèbre, entre « L’éveil blanc » et la « Treizième saison », se déroulent « Les heures limpides » et « L’éblouissement de l’été ». Le retour dans le souvenir, dans l’enfance, la montagne, la neige, le sapin. Le majestueux et le familier. Des échos de l’exquise mélancolie des poèmes valaisans de Rilke, ces échanges subtils avec une nature mystérieuse : « Dans les cerisiers en fleurs,/ j’ai senti vieillir l’œil ébloui du passé./ Un visage se penche, en robe brodée de soie claire,/ et l’enfance longtemps, l’écorce, attendant la mer. »

Une force du classique nourrit l’image éveillant des musiques lointaines : « tandis que sur le visage et le flux des miroirs,/ court le parfum fidèle, froissé, des sels dorés. »

Dans un registre délicat, léger, Julie Delaloye installe ses choses de la vie et de la mort nimbées d’une douce sérénité sous un ciel de février si chargé, autrement...

Julie Delaloye , Dans un ciel de février , éd. Cheyne, 14,50 euros

JM

Paru dans Regards n°60, mars 2009

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?