Accueil > Politique | Par Catherine Tricot | 17 janvier 2012

Eva Joly, les pieds dans le tapis

Le parti des écologistes perdrait-il son âme au jeu de la présidentielle ?
Entre une candidate reléguée à la question du nucléaire et
les concessions faites au PS en échange de quelques députés, le parti
semble fragilisé et les militants quelque peu désorientés.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Au départ, rien ne prédisposait
cette candidature à de tels
soubresauts. Dès l’été 2010,
Eva Joly, auréolée du résultat
d’Europe écologie-les Verts aux
élections européennes (16,3 %) était apparue
comme une évidence. À Clermont-Ferrand, sous
un cagnard suffoquant, Cécile Duflot n’avait
d’yeux que pour celle qui devait sortir les écolos
des habituels petits scores à la présidentielle. La
secrétaire du parti se souvenait encore amèrement
du résultat de Dominique Voynet en 2007
(1,53 %), pour laquelle elle s’était dépensée
sans compter.

Eva Joly, la juge, la nouvelle recrue, pouvait
élargir le socle électoral. Pas vraiment écolo et
encore moins alternative, elle est imposée dans
le jeu écolo par Daniel Cohn-Bendit qui voulait
appliquer la leçon des Grünen allemands : le
succès politique suppose de rompre avec un
fond culturel jugé trop marginal, mouvementiste,
folklo. L’objectif est d’accéder au pouvoir en
position de force et pour cela les Verts doivent
devenir un « vrai » parti généraliste, crédible, sérieux.
DCB suggère de négocier avec le PS des
circonscriptions et, cohérent, de faire l’impasse
sur la candidature à la présidentielle : il sait bien
qu’on ne peut être dépendant et concurrent.
Mais la base des Verts est si désireuse de porter
ses couleurs, de faire entendre ses idées et
ses engagements ! La candidature d’Eva Joly
paraissait un compromis entre ces exigences de
normalisation et d’existence autonome.

Des députés à tout prix

Sauf que… La plupart des dirigeants d’EELV
pensant que Nicolas Hulot pouvait faire encore
mieux qu’Eva, la délaissèrent. Au final, elle gagne
sa qualification grâce au soutien de la gauche
des Verts, rétive à la candidature du trop incertain
et très médiatique animateur d’« Ushuaia ».
Une drôle d’alliance se scelle alors entre la
gauche des verts, une partie des environnementalistes
allergiques à Hulot et celle qui fut un
temps approchée par Bayrou. Cette dualité est
représentée au sommet de la campagne avec
le couple Yannick Jadot, ancien de Greenpeace,
et Sergio Coronado, issu de la gauche du parti…
Ce mariage de circonstance ne cesse de
produire un message politique brouillé : dans la
même séquence, Eva Joly peut attaquer durement
le candidat socialiste « il est du bois dont
on fait les marionnettes
 », le critiquer sur sa
gauche, et saluer le courage du candidat Bayrou
lorsqu’il annonce des coupes claires dans les
budgets sociaux [1]. Était-ce un moment d’égarement
ou la traduction d’une réelle incertitude
sur le positionnement politique de la candidate ?
Pour clarifier ce positionnement, Eva Joly
ne peut pas compter sur ses amis du parti. Déterminés à sortir enfin de la marginalité politique,
les dirigeants d’EELV sont tout occupés à
la négociation d’un accord avec le PS. Eva Joly
se sent tenue à l’écart de ces négociations. Les
dirigeants du parti ont surtout en tête l’objectif
lancé par le stratège Cohn Bendit : former un
groupe pivot au parlement, sortir en juin 2012
avec 50 députés ! Le score à la présidentielle
est de fait relégué au second plan… Pour obtenir
ce groupe de parlementaires, compte tenu de
l’injuste scrutin majoritaire, il faut un accord avec
le PS. À la demande des écologistes, l’accord
doit être programmatique pour être électoral. Ils
avalent alors de belles couleuvres : pas de sortie
du nucléaire mais une simple réduction, acter le
désaccord sur l’aéroport de Notre-Dame des-
Landes, la retraite, la dette et le reste…

Que feront les écologistes en cas de victoire
de la gauche ? notamment en ce qui concerne
la participation à un gouvernement prônant une
politique d’austérité. « Cette question n’a pas
encore été réellement débattue
 », reconnaît
Emmanuelle Cosse [2]. L’élue régionale écologiste
ne cache pas que le débat sera rude et ne
recouvrira pas forcément les lignes de clivages
habituelles du parti…

Une candidate isolée

La signature de l’accord avec le PS met la candidature
d’Eva Joly en porte-à-faux. La candidate,
faiblement écolo, et qui s’est marquée tantôt
à gauche et tantôt à droite du PS, est maintenant
cantonnée au discours antinucléaire. Elle
est priée de cesser les attaques contre François
Hollande et ses prises de distance avec le
programme socialiste. EELV veut faire sa mue
généraliste mais se retrouve coincée dans le pré
carré environnementaliste.

L’accord pour les législatives est donc signé,
mais le parti tarde à dire s’il participera au gouvernement
en cas de victoire de la gauche. Enfin,
pour s’assurer le plus haut score possible au
premier tour de la présidentielle, le PS aura les moyens de faire pression afin qu’Eva Joly jette
l’éponge, en menaçant d’entraver l’élection de
quelques députés EELV. Les militants, ballottés,
ne savent plus quelle campagne mener… Bref,
on avait une candidate à Noël reste à savoir si, le
26 avril, elle aura survécu à cette accumulation
de contradictions.

Et si l’herbe était…

La gauche de gauche peut-elle reprendre
le drapeau de l’écologie politique ? C’est
le pari de Stéphane Lavignotte, militant
écologiste, ancien responsable des Verts,
engagé au Front de gauche et de Clémentine
Autain, co-directrice de Regards, qui viennent d’écrire une
adresse aux militants d’EELV désemparés
par l’évolution politique de leur parti.
Extraits.

« Un parfum de déception règne particulièrement
chez celles et ceux qui sont
attachés à une écologie politique articulée
à la question sociale. L’impression de ne
plus pouvoir peser à l’intérieur se mêle à la
douleur d’envisager le départ de leur pays
politique.
(…) Regardons le mouvement des uns et
des autres. Pense-t-on qu’EELV puisse
revenir à des positions radicales d’affrontement
avec le capitalisme, de modernisation
des formes politiques et d’indépendance
vis-à-vis du Parti socialiste ? Plus la gauche
de transformation radicale, sociale et
écologique, sera forte, moderne, attractive,
plus EELV sera susceptible de revenir à
son ancrage historique : c’est notre pari.
(…) Deux trajectoires se croisent : les Verts
se tournent vers le centre, l’autre gauche
se verdit. Faisons force à gauche, bien à
gauche, en mêlant le vert et le rouge, pour
emporter le plus largement l’adhésion. (…)
Nous pensons possible et utile de militer
ensemble. Ce que nous proposons, c’est
l’aventure d’une nouvelle radicalité de
l’écologie en train de s’épanouir : mouvement
social écolo, gauche de la gauche en
verdissement, émergence d’une nouvelle
terre politique où se sentir à nouveau chez
soi. Nous voulons entrer en dialogue avec
vous, pour en inventer la langue. »

* « Et si l’herbe était plus verte plus ailleurs »,
article à lire sur clementineautain.fr

« Nous devenons un parti comme les autres »

Véronique Dubarry est adjointe au
maire de Paris (EELV). Militante
du courant minoritaire « Envie »
(environ 25 % de EELV), elle voit avec
inquiétude l’évolution de son parti. Propos.

« La question est de savoir si nous sommes face
à une évolution ou à une involution… La tradition
de l’écologie politique est de considérer que le
fond et la forme se rejoignent. Notre fonctionnement
repose sur le respect des minorités de
toutes sortes, minorités politiques dans le parti,
parité, minorités sociales et culturelles. C’est
pour cela que nous avons fait et voulu faire de
la politique autrement. Notre côté « bordélique »
tenait au fait que nous respections la parole de
tous, même minoritaire. Or cette attention n’est
aujourd’hui clairement pas respectée. Au nom
d’une domination du conseil fédéral, la direction
s’autorise à s’octroyer l’essentiel des circonscriptions
réservées à l’issue de l’accord avec le
PS. On pourrait croire qu’il s’agit d’une question
anecdotique, d’une querelle interne. Mais cela en
dit long sur la banalisation des moeurs de notre
parti. Nous devenons un parti comme les autres,
ce que nous ne voulions pas. Avec cette éthique
mise à mal, c’est l’écologie politique elle-même
qui estremise en cause. On voit les appétits
débordants pour avaler une part du gâteau mais
sans que l’on débatte sur ce que nous voulons et
allons faire de ce pouvoir. Nous avons sacrifié la
clarté et la lisibilité de notre message autour de la
candidature d’Eva Joly pour un accord programmatique
et électoral. Certes, nous nous sommes
assurés des places, et ce qui est aussi nécessaire
pour faire avancer les politiques publiques,
mais nous nous fragilisons politiquement. On voit
à quel point Eva Joly a été recadrée et contrainte
de policer son discours une fois l’accord signé
avec le PS. Au risque de la rendre peu audible ou
de la réduire à la question du nucléaire, le reste
étant censé faire l’objet d’un accord. Je redoute
une sorte de « PRGisation » de EELV qui nous
mettrait dans la case environnementaliste, un
peu comme les communistes ont été réduits à
la case sociale. L’écologie politique est une grille
pour aborder globalement toute la société. Cette
réduction à la défense de l’environnement serait
une régression. »

Propos recueillis par C.T.

Notes

[1Yannick Jadot a quitté le poste de directeur de
campagne d’Eva Joly.

[2Emmanuelle Cosse est aussi membre du comité
de rédaction de Regards.

Portfolio

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?