Accueil > Résistances | Par Jon Elizalde | 9 mars 2012

Forum mondial vs Forum alternatif

Du 12 au 17 mars, le 6ème Forum mondial de l’eau se tient à Marseille. En contrepoint, des associations et Ong organisent un Forum alternatif qui se tiendra aux Docks des Sud du 14 au 17 mars.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Sur le papier, un « Forum mondial de l’eau » sous-titré « Le temps
des solutions » peut paraître porteur d’espoirs. Mais qu’on ne
s’y trompe pas, cette manifestation est organisée par le Conseil
mondial de l’eau (CME) et présidée par Loïc Fauchon, le patron
de la filiale marseillaise de Veolia. Pour Laurent Fléty, l’un des
organisateurs du Forum alternatif mondial de l’eau (Fame) – qui
aura lieu au même moment, dans la même ville – le 6e Forum
mondial de l’eau, organisé du 12 au 17 mars au Parc Chanot de
Marseille, est plus proche du « forum marchand, sorte de foire
commerciale labellisée par le gouvernement français
 ». Quant à
Emmanuel Poilane, directeur de France Libertés, une association
qui lutte pour l’accès à l’eau : « Ce forum est une grande blague.
L’État dépense 33 millions pour organiser cet événement mais il
n’y a aucune volonté de trouver des solutions réelles. Il faut une
gouvernance mondiale de l’eau, sous parrainage de l’ONU, mais
ils n’en veulent pas. Le CME se contente d’organiser ce forum
mondial et de faire du lobbying pour ses multinationales. Or l’eau
est un bien vital, on ne peut pas la marchander. C’est donc à la
société civile de peser pour remettre l’eau au centre des priorités.
Il s’agit aujourd’hui de se fédérer, pour adresser un message fort
et constructif, tous ensemble.
 »

Car si l’ONG mène des projets
d’adduction et d’accès à l’eau en Inde, en Amérique latine, au
Vietnam, en Afrique, etc., ainsi que des travaux de « structuration
citoyenne » sur place, elle sait aussi que cela ne suffit pas. Le
salut viendra de la politique. « Il faut que les États refassent de
l’eau un thème majeur, pour qu’elle devienne une préoccupation
globale, avec de gros budgets.
 » Voilà l’objet du Forum alternatif :
« Pour montrer que d’autres formes de gestion sont possibles,
dénoncer la marchandisation de l’eau, proposer des alternatives
concrètes, faire le bilan des luttes et des solutions proposées
par la population civile.
 » Un lieu de débats et de sensibilisation
citoyenne, avec des participants du monde entier, dont le président
bolivien Evo Morales, à l’initiative d’une décision historique le
28 juillet 2010 ― la reconnaissance, par l’Assemblée générale
des Nations Unies du « droit à une eau potable salubre et propre
comme un droit fondamental, essentiel au plein exercice du droit
à la vie et de tous les droits de l’homme
 ». Une avancée symbolique,
mais non contraignante. Car les faits sont têtus : 884 millions de
personnes (13 % de la population mondiale), n’ont pas accès à une
source d’approvisionnement en eau potable ; et 2,6 milliards de
personnes (39 % de la population mondiale), n’ont pas accès à des
installations d’assainissement améliorées.

Sur la toile

Le site du Fame : http://www.fame2012.org/fr/

Le site du 6ème forum mondial de l’eau : http://www.worldwaterforum6.org/fr/accueil/

Portfolio

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?