Accueil > Monde | Par Christelle Gérand | 25 octobre 2012

La fin de la toute-puissance de Walmart

Pour la première fois depuis 50 ans, les employés de la plus grosse entreprise américaine ont osé faire grève, et menacent de frapper encore plus fort.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

« Le génie est sorti de la lampe », se réjouit Dorian Warren, professeur de sciences politiques à Columbia, spécialisé dans les mouvements sociaux. « Il y aura un avant, et un après », la première grève des salariés de Walmart en 50 ans d’existence. La plus grosse entreprise au monde avec 1,3 million de travailleurs rien qu’aux Etats-Unis et plus de 16 milliards de bénéfices en 2011 est aussi connue pour être l’entreprise avec la posture la plus anti-syndicale du pays.

Quand les bouchers du Walmart de Jacksonville au Texas ont entrepris de se syndiquer en 2000, tous les rayons boucheries des supermarchés de la chaîne ont été supprimés en Amérique du Nord. Lorsque tous les travailleurs de Jonquière au Québec se sont dit favorables à une syndicalisation, Walmart a fermé le magasin et licencié tous les employés.

Les magasins ont leur police interne, appelée « Gestapo » par le personnel. « Elle n’est pas utilisée que pour arrêter les voleurs, mais aussi pour avoir à l’œil de potentiels syndiqués », selon Nelson Lichtenstein, historien des mouvements sociaux auteur de The Retail Revolution : How Walmart Created a Brave New World of Business. Lorsqu’il ne licencie pas les agitateurs, « Walmart leur sucre des heures, les envoie à l’autre bout du pays ou les écarte pour mauvais rendement. »

C’est donc la boule au ventre que le 10 octobre des centaines de travailleurs de 28 magasins répartis dans 12 Etats ont fait grève, tandis que les cadres de la chaîne étaient en réunion annuelle d’analyse financière à Bentonville dans l’Arkansas. Du jamais vu. A défaut de pouvoir se syndiquer, les employés se sont organisés eux-mêmes via les réseaux sociaux, pour montrer que les mots « grève » et « Walmart », n’étaient pas forcément antinomiques.

« Nous avons fait un pari, explique Heather, vendeuse à Dallas, même si nous savons que nous risquons des représailles. » Et avant de réclamer d’être payés plus que 8,90 dollars de l’heure, ce qui en fait l’un des plus bas salaires du tertiaire du pays, voire une assurance santé, une retraite décente et un minimum de sécurité d’emploi, leur ultimatum porte justement sur le droit de se défendre.

Si Walmart ne s’engage pas à laisser ses salariés s’organiser, ils feront grève le 23 novembre, le jour de Black Friday. Ce jour de soldes massives au lendemain de Thanksgiving a toujours été difficile à gérer pour le personnel. En 2008, un employé est mort piétiné dans un magasin. L’an dernier, une femme impatiente de s’acheter une Xbox à prix réduit a aspergé une vingtaine de personnes avec sa bombe lacrymogène.

Si des employés font grève ce jour là, « ce sera le chaos », a expliqué Evelin Cruz, manager du département photo du magasin de Pico Rivera, à ABC News. Pourtant, Dorian Warren est convaincu qu’ils seront des milliers à faire grève si Walmart ne cède pas à leurs exigences. « L’an dernier, nous avons fait 1,2 million de dollars rien que dans mon magasin ce jour là, poursuit Evelin. C’est un jour symbolique, mais c’est aussi le jour où Walmart a le plus besoin de ses employés. »

Pour la première fois de son histoire, la chaine ne semble pas avoir d’autre choix que de se plier aux exigences de ses salariés. « Les décisions de Walmart sont examinées à la loupe par tout le pays depuis cette grève, estime Nelson Lichtenstein. La chaine devrait, au moins dans un premier temps, améliorer les conditions de travail des magasins qui lui ont fait face. Et ce dans le plus grand secret, pour ne pas faire de précédent. » Avant d’ajouter : « Mais il est trop tard. Dorénavant, il y a un précédent. »

Portfolio

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?