Accueil > Politique | Par Marie-Agnès Combesque | 4 octobre 2012

La magie Obama en panne

Est-ce sur un débat télévisé qu’un candidat à la présidentielle américaine peut gagner ou perdre l’élection ?

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Outre Atlantique, tous les commentateurs et les sondeurs écrivent, racontent, twittent : Romney, très offensif, plus qu’Obama, sort vainqueur de ce premier débat. Dès la première minute, les sondages ont commencé sur tous les grands réseaux, ABC, NBC, CNN avec de petits échantillons de téléspectateurs récupérés on ne sait où. Ainsi, CNN qui déclare que 67 % de l’opinion publique a été davantage séduite par la prestation de Mitt Romney contre 32% par celle de Barack Obama. Mais au juste, que veut dire « Romney sort vainqueur » ? Cela signifie-t-il que le sondé interrogé à brûle pourpoint change d’opinion politique et que d’électeur démocrate il se transforme ipso facto en électeur républicain ? Il y a dans cette façon de commenter une superficialité érigée en domination qui fait passer le citoyen pour un pauvre idiot versatile. La démocratie de l’instant prend le pas sur la réflexion démocratique, phénomène accentué par l’emprise du discours de communication sur le discours et le débat politiques.

Car, de cette campagne présidentielle américaine, on ne perçoit d’ici rarement plus qu’un discours de communication politique que l’on confond avec un discours politique. A preuve, la prestation hors pair de Michelle Obama lors de la convention démocrate de Charlotte début septembre 2012. Reprise sur tous les sites, dans tous les journaux, Michelle Obama a réalisé ce soir-là la connexion parfaite entre biographie et politique, entre histoire personnelle, histoire américaine et choix politiques difficiles, ceux effectués par le 44ème président de la République américaine, son mari. Michelle Obama a transmis un message aux citoyens américains en utilisant son image médiatique. Elle a raconté une histoire, et une belle histoire qui a touché les Américains au cœur sans jamais citer Mitt Romney. Les experts en communication sont les rois de la campagne présidentielle américaine.

Cette nuit, lors de ce premier débat entre les deux principaux candidats, Barack Obama n’a pas su visiblement ni raconté une belle histoire ni communiquer avec les téléspectateurs. Il faut dire d’une part que le cadre imposé et partagé avec son concurrent n’autorisait pas de grandes envolées lyriques ; d’autre part, peut-être faut-il également reconnaître que ses quatre années de présidence ne lui permettaient pas de raconter une belle histoire et qu’au-delà de la tension nerveuse et de l’importance de l’exercice dans l’entreprise de séduction-communication qu’est une campagne présidentielle, le président sortant n’avait pas beaucoup d’atouts dans sa manche tant ses réalisations politiques ont été bien en-deçà des fringantes promesses de sa campagne de 2007. Il s’est donc montré sous son vrai jour : celui d’un politicien démocrate dont la marge de manœuvre entre Congrès, lobbies et sénat est étroite ; celui d’un homme attaché aux symboles et lui-même symbole qui a découvert qu’on ne menait pas une ou des politiques seulement avec des symboles. En fin de compte, Obama est apparu sans doute sous son vrai jour : mou, comme sa politique. Il n’y a plus de magie à l’évocation de son discours.

Deux autres débats vont encore ponctués la campagne. Le 11 octobre, les deux autres moitiés des tickets, le démocrate Jo Biden, vice-président sortant et l’ultra républicain Paul Ryan s’affronteront. Les derniers jeux du cirque auront lieu le 23 octobre, ils seront consacrés à la politique internationale. Dans ce domaine, si Obama a peu fait sauf à contenir l’ardeur guerrière de Benjamin Netanyaou contre l’Iran, Romney ne pourra pas se targuer de son expérience de jeune missionnaire mormon envoyé en France en 1968 à moins d’évoquer le nombre de portes claquées à son nez par ces malotrus de Français…

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?