Accueil > Idées | Sélection par Marion Rousset | 14 juillet 2010

Le Je politique

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le Je de Chloé Delaume n’est pas le signe d’un narcissisme boursouflé, c’est un Je « pour dire et pour lutter ». « L’autofiction un geste, un geste politique. Par le biais de l’autofiction, le Je peut se redresser, entrer en résistance. Ecrire le Je relève de l’instinct de survie dans une société où le capitalisme écrit nos vies et les contrôle. » Avec sa pâte envoûtante, citant Michel Foucault ou Judith Bultler, l’écrivaine livre un essai décapant autour d’un « genre » dans lequel elle se love avec talent depuis Les Mouflettes d’Atropos, jusqu’à l’excellent Dans ma maison sous terre.

Chloé Delaume, La règle du Je, éd. PUF, 12 ?

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?