Accueil > Monde | Par Aline Pénitot | 15 mars 2011

Leçon de démocratie

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Pendant ce temps, dans
l’extrême nord de l’Europe,
la révolution islandaise voit
le jour.
Depuis mi-février,
une assemblée constituante
travaille. Composée
de 25 citoyens élus en
novembre, l’assemblée a
jusqu’à l’été pour rédiger
une nouvelle constitution.
Frappé par la crise de 2008,
le pays enchaîne des bouleversements
radicaux : trois
banques sont nationalisées,
la droite démissionne devant
les mouvements populaires,
les citoyens refusent
par référendum de payer la
dette due à la Grande-Bretagne
et aux Pays-Bas. Pour
la première fois de l’histoire
de l’Islande, le gouvernement
passe à gauche et une
femme est nommée premier
ministre. Il est aujourd’hui
question de nationalisation
des ressources naturelles
et d’adhésion, ou non, à
l’Europe. Naissance d’un
pays postcapitaliste ? Pas
si sûr. La gauche islandaise
ne remet pas en question
l’économie de marché. Mais
donne à l’Europe une sacrée
leçon de démocratie.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?