Accueil > Politique | Analyse par Jean-Jacques Boilaroussie | 20 novembre 2012

Les Alternatifs rallient le Front de gauche

Ce week end, les Alternatifs tenaient congrès à Paris. Un ordre du jour chargé, entre crise internationale et ralliement au Front de gauche.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

La poussée xénophobe et raciste dans tous les pays européens, le bilan désolant, au point de mériter un satisfecit du MEDEF, du gouvernement Ayrault-Hollande, la prise en compte du danger de guerre, l’importance des enjeux écologiques et antiproductivistes, mais aussi l’approfondissement des réponses alternatives, faisaient largement accord entre les participant-e-s au congrès des Alternatifs, réuni les 17 et 18 novembre. L’accent est particulièrement mis sur les mobilisations sociales à l’échelle du continent, et sur la nécessité d’une nouvelle radicalité. Opposer enfin au capitalisme de la catastrophe écologique une vision alternative rompant avec le tabou de la croissance, oser enfin défendre l’appropriation sociale contre la marchandisation de tous les aspects de nos vie, comprendre enfin que des victoires, même partielles, valent mieux que des discours, et soutenir la reprise des entreprises par les travailleuses et les travailleurs, défendre la réduction massive du temps de travail comme levier contre la précarité et comme point de passage nécessaire pour vivre autrement. La mobilisation, l’autorganisation, l’initiative populaire et citoyenne seront au coeur des combats à venir, sans elles nous ne gagnerons pas.

Unis autour de ces objectifs, les Alternatifs étaient divisé-e-s sur la question de l’entrée dans le Front de Gauche. Débat inhabituel, croisant les choix d’orientation et des questions portant sur le sens, les terrains, et l’éthique même de l’engagement politique. Débat difficile, puisque la forte minorité du mouvement opposée à l’entrée dans le Front de Gauche, tant qu’un certain nombre de garanties et d’éclaircissements ne seront pas données, perçoit cette entrée comme une inflexion dangereuse en regard de nos priorités autogestionnaires et écologiste.

La majorité des adhérent-e-s s’est déterminée pour faire front largement face à la droite et à l’extrême droite, en opposition au rouleau compresseur libéral et au social libéralisme. Mener de pair une construction unitaire indispensable et complexe, pour qu’une gauche de gauche existe, agisse, s’oppose et propose, rencontrer dans ce processus les militant-e-s et courants avec qui nous pouvons partager un projet rouge et vert et des combats émancipateurs, porter sans faiblir nos orientations, non pour cultiver les démarcations mais parce que nous les pensons nécessaires, les confronter et échanger avec d’autres projets et d’autres cultures de la vraie gauche. Utopistes et réalistes, tel est le défi.

À lire aussi Les Alternatifs montent au Front publié dans notre e-mensuel de novembre.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • d’accord avec le temoignage du 23 11 le productivisme borné du pcf est incompatible avec le projet des alternatifs

    Le 29 novembre 2012 à 00:05
  •  
  • Bienvenue aux Alternatifs dans le Front de Gauche !

    Le commentaire ci-dessus, que je reproduis ci-dessous fonctionne comme un contre-anathème :
    "d’accord avec le temoignage du 23 11 le productivisme borné du pcf est incompatible avec le projet des alternatifs"

    Cela revient à dire : "On peut lire la position du PCF sur l’industrie, et plus généralement la production (donc la consommation) comme un productivisme. Donc le PCF est productiviste. Or le projet des alternatifs est incompatible avec tout productivisme. Donc il est plus important de combattre le vrai mal, à savoir le productivisme, que le système politique capitaliste et le néo-libéralisme. Le grand Satan, c’est le productivisme.
    Vive le Front antiproductivisme ! "
    Et tant pis si le combat politique reste une éternelle défaite.

    A cette logique neurasthénique on peut préférer l’idée d’un front contre le capitalisme, au sein duquel la question du productivisme peut être débattue démocratiquement et sans négation des différences.

    Donc, je répète : "Bienvenue au Front de Gauche !"

    OLChantraine Le 12 décembre 2012 à 18:46
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?