Accueil > Economie | Entretien par Amélie Jeammet | 16 septembre 2011

« Les industries financière et bancaire confisquent le débat »

Un entretien avec Pascal Canfin, eurodéputé Vert,
à l’origine de la création de Finance Watch.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Regards.fr : D’où est venue l’idée de Finance Watch ?

Pascal Canfin : Les eurodéputés sont très sollicités
par les lobbies, et toujours de manière
contradictoire. Mais, après quelques
mois de mandat, j’ai constaté que, face au
lobby de l’industrie financière, personne
de la société civile n’est venu frapper à
ma porte pour proposer un décryptage
et une contre-argumentation. C’est ce
que va faire Finance Watch. C’est très
important, car les industries financière
et bancaire ont une mauvaise image dans
l’opinion publique. Mais, comme elles
ont le monopole du lobbying auprès des
décideurs, elles parviennent à confisquer
le débat, et les décisions demeurent
opaques. Il faut au contraire rendre ces
débats publics pour contraindre les responsables
politiques à cesser de faire le
grand écart entre leurs discours médiatiques
et leurs décisions et à assumer leur
bilan (la déréglementation n’est pas tombée
du ciel !). Nous pouvons alors espérer
peser significativement sur les décisions.

Regards.fr : Qui sont les lobbyistes de Finance
Watch ?

Pascal Canfin : Ce sont des universitaires et d’anciens
professionnels de la finance de très haut
calibre qui apparaîtront « crédibles » aux
yeux des députés ou des experts de la
Commission. Ils ne sont pas opposés à la
finance : nous avons besoin de banques
capables de collecter des dépôts, mesurer
les risques, financer des projets. Mais,
aujourd’hui, cette ingénierie financière a
été dévoyée. Il est par exemple inacceptable
qu’une banque, qui a le privilège de
créer de la monnaie, l’utilise pour faire de
la gestion pour compte propre. Les lobbyistes
de Finance Watch issus du monde
de la finance partagent cette éthique.

Regards.fr : Quels sont les dossiers de l’automne
pour Finance Watch ?

Pascal Canfin : Un premier groupe s’occupe du dossier,
dont je suis rapporteur, sur les CDS
(Credit default swap), pour interdire la
spéculation sur les dettes souveraines.
Le second porte sur la transposition en
droit européen des règles prudentielles
de Bâle 3. Un troisième travaille sur la
directive MIFID, qui organise le droit des
transactions financières et la traçabilité
des marchés : c’est essentiel, car maintenant
qu’une majorité politique se dégage
en faveur d’une taxation sur les transactions
financières, ce texte permettra
d’élaborer les conditions techniques de
sa mise en place. Enfin, un quatrième
groupe travaille sur le dossier du too big
to fail
, pour obliger les banques à tenir à
jour une cartographie précise de leurs
activités que pourra utiliser le régulateur
en cas de problème. Tous les débats
sont sur la table politique, notre travail a
pour ambition d’éviter qu’ils accouchent
d’une souris !

Portfolio

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?