Accueil > N° 50 - avril 2008 | Par Jean-Baptiste Ferrière | 18 avril 2008

Manifestations lycéennes : la mobilisation se maintient

Après quatre semaines d’une mobilisation qui est allée crescendo et avant la pause des vacances de printemps, les lycéens ont à nouveau manifesté ce jeudi 17 avril à Paris. Parti de la place de la République à 14 h, le cortège a rallié la place de la Nation.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Décrétée mercredi 16 avril par les deux seules organisations de lycéens, l’UNL et la FIDL, la manifestation parisienne a encore rassemblé, hier, entre 13 000 lycéens selon la police, et 40 000 selon les organisateurs. Soit moins que celle du mardi 15 avril organisée conjointement avec les enseignants et les parents d’élèves (entre 20 000 et 50 000 personnes) mais suffisamment pour faire le constat d’une mobilisation toujours importante alors que les vacances scolaires de la région parisienne débutent ce soir. Les 450 000 lycéens d’Ile-de-France ne reprendront les cours que le 5 mai. Pendant la pause printanière, les organisations lycéennes UNL et FIDL vont tenter d’investir la province. Des « sit-in » se préparent notamment à Strasbourg, Marseille et Lille. Reste qu’un quart des lycéens du pays part en vacances et que l’UNL et la FIDL ont peu d’assise dans les autres régions.

Suppressions de postes

« Malheureusement, sur la revendication centrale de la mobilisation lycéenne, que sont les moyens, on n’avance toujours pas », a ainsi affirmé mercredi Florian Lecoultre, président de l’UNL, au sortir d’une heure de réunion avec le ministre de l’Education nationale Xavier Darcos dont les organisations lycéennes sont sorties déçues. « Il y a toujours un vrai blocage sur les suppressions de postes », a noté Alix Nicolet, la présidente de la Fidl, qui a appelé à « continuer la mobilisation, pour maintenir la pression sur les suppressions ». Plusieurs fois par jour, dans les médias comme devant les députés, le ministre Darcos a répété qu’il ne céderait pas sur le non renouvellement des 11 200 postes, en majorité d’enseignants, affirmant que le taux d’encadrement des élèves n’en souffrirait pas. A voir... Le ministre a néanmoins assuré des « assouplissements » sur le bac professionnel en 3 ans contre 4 aujourd’hui. En attendant, les organisations lycéennes appellent à manifester le 1er mai. Tandis que deux journées nationales d’action de l’éducation sont prévues les 15 et 24 mai.

Entretiens audio :

Pour écouter l’interview de Florian Lecoultre, président de l’UNL , cliquer sur

MP3 - 781.9 ko

Pour écouter l’interview d’Alix Nicolet, présidente de la Fidl , cliquer sur

MP3 - 2.6 Mo

Pour écouter l’interview de Nicole Sergent, secrétaire nationale du Snes-FSU , cliquer sur

MP3 - 1.4 Mo

titre documents joints

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?