Accueil > Culture | Par Sandrine Issartel | 12 juillet 2007

Maurice Rajsfus : le conflit israélo-palestinien en BD

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

//Quand le journaliste et historien Maurice Rajsfus rencontre le dessinateur Jacques Demiguel, cela donne une bande-dessinée pour expliquer le conflit israélo-palestinien aux enfants (et aux plus grands).//

Attentats suicides d’un côté, tirs de roquette de l’autre. Autant d’informations qui tombent chaque jour et qui contribuent à la banalisation du conflit enraciné et complexe qu’est celui qui oppose Israël et Palestine depuis plus de cinquante ans.

Militant anticolonialiste, antifasciste et antiraciste de longue date, Maurice Rajsfus a échappé à la rafle du Vel’ d’Hiv’ en 1942. Son père, juif polonais, avait par ailleurs, rejoint la Palestine avant la première guerre mondiale pour fuir le pogrom de la Russie tsariste.

Mais ce n’est que dans les années 80 qu’il se rend pour la première fois en Israël et en Palestine. Il y découvre le drame quotidien des réfugiés palestiniens expulsés de leurs territoires par les colons de l’armée israélienne.

A travers le regard de deux enfants, Moussa le palestinien, et David l’Israélien, c’est de ce quotidien qu’il est question dans la bande-dessinée qu’il a réalisée avec Jacques Demiguel. Deux enfants du même âge, mais que tout oppose, à commencer par un mur. De la crainte quotidienne que ressent Moussa dans son camp de réfugiés à la vue des soldats israéliens, à l’admiration que ces derniers suscitent pour le jeune David, Maurice Rajsfus dénonce le conditionnement de ces jeunes enfants et imagine leur rencontre au cours d’un match de football. « Une utopie nécessaire », selon lui.

Le contraste entre le texte, pédagogique et voulu « aussi neutre que possible », et les dessins parfois d’une rare violence, est saisissant. En une cinquantaine de pages, les auteurs retracent l’histoire croisée des deux peuples depuis deux mille ans, rappelant les faits historiques éclairant pour la compréhension du conflit. Un premier pas dans l’univers de la BD pour Maurice Rajsfus, auteur d’une cinquantaine de livres, mais l’essai est réussi. Un ouvrage nécessaire et clairvyant dont la sortie s’est fait plus que discrète.

« Moussa et David. Deux enfants d’un même pays », Maurice Rajsfus et Jacques Demiguel, éd. Tartamudo, 10 ?.

Maurice Rajsfus est également l’auteur, entre autres, de :

« Des Juifs dans la collaboration, L’U.G.I.F. 1941-1944 », EDI, 1980

« Jeudi noir », Éditions L’Harmattan. Paris, 1988 Les Silences de la police, avec Jean-Luc

« Palestine, chronique des événements courants, 1988/1989 », Éditions L’Harmattan.

« La Rafle du Vél’ d’Hiv’ », Que sais-je ?, PUF

« N’oublie pas le petit Jésus !, L’Eglise catholique et les enfants juifs (1940-1945) », Manya, 1994

« La police de Vichy, Les forces de l’ordre françaises au service de la Gestapo 1940-1944 », Le Cherche Midi, 1995

« La police hors la loi, Des milliers de bavures sans ordonnances depuis 1968 », Le Cherche Midi, 1996

« La Libération inconnue, à chacun sa résistance », 2004

« Drancy, un camp de concentration très ordinaire, 1941-1944 ». Le Cherche-midi Editeur, 2005.

Il a été président de Ras l’front de 1991 à 1999. Il dirige aujourd’hui l’Observatoire des Libertés publiques.

Retrouvez, en ligne, une discussion avec Maurice Rajsfus. Des motifs qui l’ont conduits à se tourner vers la bande-dessinée à son point de vue sur le conflit israélo-palestinien :

MP3 - 5 Mo

titre documents joints

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?