Accueil > Politique | Par Clémentine Autain | 1er janvier 2009

Naissance du NPA. Une stratégie en questions (1)

Le processus de fondation du nouveau parti anticapitaliste touche à sa fin. Depuis un an, le NPA a fait beaucoup parler de lui, attisant des craintes et suscitant aussi de l’intérêt. Alors qu’il s’apprête à dissoudre la lcr, Olivier Besancenot fait le point dans une interview a REgards sur cette stratégie. Que souhaite vraiment le NPA ? Est-il prêt à agir de concert avec les autres acteurs de la gauche radicale ? Envisage-t-il de peser dans les institutions ? Autant de questions qui animent les sympathisants mais aussi des syndicalistes que nous avons rencontrés à Marseille.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Forte du succès d’Olivier Besancenot, la LCR a choisi de se dépasser et de construire, « par en bas », un nouveau parti anticapitaliste. La Ligue devrait disparaître fin janvier, le NPA tiendra son congrès fondateur début février. S’il est bien difficile de prédire quel sera son avenir et son impact sur l’ensemble de la gauche du PS, tenons-nous en ici et aujourd’hui au souhaitable. Est-ce que la question du rapport au pouvoir sera appréhendée de manière renouvelée, sans copié-collé avec la matrice trotskyste, pour laisser ouverte la réflexion sur les formes et les conditions de l’indépendance vis-à-vis du Parti socialiste ? Est-ce que la convergence entre les différents courants et traditions de la gauche radicale sera recherchée, manière de constituer une force large porteuse d’un projet neuf ? Dans quelle mesure le programme et la stratégie seront-ils renouvelés entre la LCR et le NPA ? Ce sont autant de questions que nous avons eu envie de poser à Olivier Besancenot après avoir suivi depuis un an dans Regards, avec notre œil critique, ce processus.

FRONT COMMUN ?

Depuis le lancement du NPA, la sortie de Jean-Luc Mélenchon du PS, avec la création du Parti de gauche et la mise en mouvement de sensibilités alternatives jusqu’ici éparpillées : Alternatifs, Collectifs unitaires, Communistes unitaires, AlterEkolos : au sein d’une Fédération donnent une actualité nouvelle à ces préoccupations. « Nous n’avons pas de partenaires » , disaient en cœur les initiateurs du NPA quand s’exprimait le regret qu’il ne se constitue qu’à partir de la LCR comme cadre organisé. Force est de constater que la donne a changé. S’il est prêt à s’unir dans les mobilisations sociales, le nouveau parti d’Olivier Besancenot acceptera-t-il la proposition de « front commun » aux élections européennes ?

Quand on ne veut pas d’une union, on peut toujours trouver ce qui divise : les sujets qui fâchent ne manquent jamais. Mais, au regard du paysage politique global et de la situation de crises, ce qui rassemble la gauche d’alternative au capitalisme et à l’ordre dominant n’est-il pas supérieur à ce qui nous divise ? En outre, à l’échelon européen, nulle chance que la question d’une alliance avec les sociaux-démocrates se pose : les partis socialistes gouvernent avec la droite ! Pour autant, n’éludons pas la question stratégique posée par le NPA. Quelles relations avec le PS ? La répartition est souvent figée entre, d’un côté, ceux qui assument les responsabilités et font gagner la gauche et, de l’autre, ceux qui n’ont pas les mains sales et restent fidèles aux luttes. Gageons qu’il est possible de sortir par le haut des anathèmes et a priori réciproques pour confronter les expériences, s’appuyer sur l’histoire récente, engager une discussion constructive sur la stratégie. Les évolutions du rapport de force au sein de la gauche et l’orientation stratégique du PS obligent à réinterroger la pertinence des alliances avec ce dernier, à chaque échelon. La satellisation actuelle des forces partenaires d’un PS social-libéralisé montre le besoin de reconquérir une indépendance. Celle-ci ne passe-t-elle pas d’abord par la construction d’un autre rapport de force au sein de la gauche ? Dans ce cas, l’unité n’est-elle pas un atout crucial ? Combattre l’hégémonie social-libérale passe également par la redéfinition d’un projet émancipateur de transformation sociale, du local au global.

MISE A JOUR SUR LE FOND

Pour construire partout des politiques anticapitalistes, féministes et écologiques dans un contexte de globalisation, les slogans :fussent-ils modernisés : n’y suffiront pas. La critique du pouvoir, pour essentielle qu’elle soit, et la mise à distance de son exercice ne feront pas le compte non plus. Mesurons l’ampleur de la tâche. Comment faire vivre une visée révolutionnaire, post-capitaliste, après les échecs des expériences dites socialistes ? La mise à jour sur le fond, en lien avec le mouvement, est une exigence vitale pour être utile aux exploités, aux dominés, aux aliénés. Dans quelle mesure le NPA s’attèlera-t-il à être non seulement un porte-voix des luttes mais aussi un outil pour ce travail d’élaboration exigeant ? S’émanciper réellement des vieux schémas n’est pas simple... En finir (vraiment) avec le modèle bolchevique, repenser la forme parti, renouveler la dialectique entre social et politique, parler du et au monde contemporain dans lequel vivent les catégories populaires, cesser de considérer que l’économie prime sur tous les champs de la vie car l’émancipation humaine n’est pas soluble dans l’anticapitalisme... sont quelques exemples des défis qui attendent le NPA comme le reste de la gauche radicale. L’articulation entre le meilleur de la tradition du mouvement ouvrier et celle des courants politiques écolos, féministes, antiracistes ou anticonsuméristes qui se sont développés avec les mouvements sociaux du XXe siècle est un gage pour faire du neuf. Encore faut-il réussir à travailler ensemble, sans ériger toujours plus de limites et de frontières à la rencontre et à l’union.

C.A.

Paru dans Regards n°58 janvier 2009

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?