Accueil > Politique | Entretien par Sabrina Kassa | 26 janvier 2012

« Nous voulons un mouvement des quartiers populaires  »

Entretien avec Salah Amokrane, conseiller
municipal Motivé-e-s de
2001 à 2008 à Toulouse,
membre actif du Forum
social des quartiers populaires
(FSQP) qui réunit près
de 300 associations.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Regards.fr : Qu’a donné le dernier FSQP de Saint-Denis,
en novembre dernier ?

Salah Amokrane : Le débat qui nous agite porte sur les modalités
de notre convergence. Au sein du FSQP, nous
militons pour la création d’un mouvement qui
dépasserait toutes les identités particulières et
qui engloberait toutes les associations, mais
tout le monde n’est pas d’accord. Le PIR (Parti
des Indigènes de la République), par exemple,
veut créer un front uni de structures, à la façon
du Front de gauche.

Regards.fr : Avez-vous discuté du type de relations
que vous souhaitez avoir avec les partis
politiques traditionnels, à la veille
de la présidentielle ?

Salah Amokrane : C’est une question parmi d’autres… Nous
n’avons pas de candidat à soutenir, car aucun ne
nous convient. On peut participer à des événements,
comme faire le bilan des années Sarkozy,
mais on ne le fera par pour le compte d’un candidat.
De toute façon, la présidentielle n’est pas
notre priorité, notre objectif aujourd’hui est de
créer un espace commun pour ceux qui agissent
dans les quartiers populaires et qui sont dispersés.
Pour nous les élections municipales sont
bien plus importantes.

Regards.fr : Pensez-vous vraiment qu’il n’y a aucun
candidat pour porter la question sociale ?

Salah Amokrane : Bien sûr, à la gauche du PS, il y en a qui sont
plus sensibles. Mais les quartiers populaires
dépassent la question sociale traditionnelle, car
ils posent aussi celle du racisme. Il n’y a pas, par
exemple, un seul candidat pour avancer sur la
question de l’islamophobie. De Nathalie Arthaud
jusqu’à François Hollande, ils sont tous pour la
loi sur le voile, ça veut dire quelque chose, non ?

Regards.fr : Ne pensez-vous pas que c’est en s’engageant
dans ces partis que les prises de
position peuvent changer ?

Salah Amokrane : Le bilan que nous faisons de nos années de militantisme
et d’engagement, c’est que sans une
véritable force politique, on ne pèsera pas. Je le
dis sans amertume, la politique c’est une question
de rapports de force. Et dans notre cas,
il est plus intéressant d’être une forte minorité
agissante pour peser sur eux que d’être dedans
et rester une quantité négligeable. Et puis, il y
a des urgences : on n’a plus le temps de les
convaincre !

Peuple, qui es-tu ?

Le peuple avait disparu du vocable politique.
On lui préférait « l’opinion », « les gens », « les électeurs
 ». Même à gauche, le « vivre-ensemble »
avait remplacé la « lutte des classes », concept
disparu dans les limbes depuis la chute du mur
de Berlin. Mais de la place Tahrir à Occupy
Wall Street, le peuple a repris des couleurs. Et
les politiques s’adressent de nouveau à lui. Lui ?
Mais de qui parle-t-on ?

C’est quoi pour vous le peuple ?

Billie, lycéenne et membre des Indignés, 18 ans :

« Je considère que je fais partie du peuple parce qu’il représente toute
la population française, mais politiquement je ne m’y reconnais pas :
si le peuple c’est tout le monde, alors la majorité du peuple a voté
Sarkozy. Je viens de la campagne, je connais les galères des gens
qui y vivent et ne sont jamais écoutés. Alors je me reconnais plus dans
le peuple paysan. Quant aux Indignés, ils ne représentent
malheureusement qu’une petite minorité du peuple… »

Clichés

Le peuple est naïf mais fidèle à sa race

« Tout faisait croire aux gens de la classe ouvrière que le joug de la disparité
des fortunes allait enfin cesser de peser sur eux
 » (Madame de Staël, Considérations
sur les principaux événements de la Révolution française
, 1818).

« Je reste le fils du peuple et au service du peuple »
(Moncef Marzouki, nouveau président tunisien, le 22 novembre 2011).

Portfolio

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?