Accueil > Société | Par Sabrina Kassa | 16 avril 2011

« Pas de référendum »

Trois questions à Jacques Testart, président de la Fondation sciences citoyennes (FSC)

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Que pensez-vous de la proposition d’un
référendum sur le nucléaire ?

Je ne suis pas favorable au référendum car ce
n’est pas du tout évident qu’il y ait un vrai débat.
Faute d’une mobilisation médiatisée de grande
ampleur et de longue durée (comme pour le référendum
sur le projet de Constitution européenne
en 2005) il est clair que nombre de réponses à
une consultation nationale seraient aléatoires
ou subjectives. Je ne crois pas à la magie du
citoyen qui a priori sait tout et peut trancher sur
tout. Les gens ne sont pas stupides, mais il faut
leur donner les moyens de réfléchir et de discuter.
Aujourd’hui, sur le nucléaire, ce n’est pas
le cas et je ne crois pas que le référendum soit
l’outil le mieux adapté.

Que proposez-vous comme alternative ?

A la Fondation sciences citoyennes nous proposons
d’organiser des conventions de citoyens,
à savoir le tirage au sort d’une quinzaine de
personnes à qui l’on proposerait de participer à
une réflexion sur la place de l’énergie nucléaire
afin de produire des conclusions au service du
bien commun. Les participants seraient bien
entendu motivés mais sans lien avec l’industrie
nucléaire, et sélectionnés avec le souci d’obtenir
la plus grande diversité possible (critères socioéconomiques,
géographiques, sexe, âge, etc.).
Le comité de pilotage chargé d’établir le programme
de la formation serait lui-même divers
pour s’assurer que les spécialistes (de l’énergie,
de l’économie et des experts en santé publique)
portent des convictions et des solutions variées.
A l’issue de cette formation, les citoyens présenteraient
un avis que les députés auraient à discuter
au Parlement.

Comment s’assurer que les avis de ces
citoyens éclairés soient réellement pris
en compte ?

Pour que ce soit effectif, il faut que les parlementaires,
les associations, etc. soient convaincus
de l’intérêt de la démarche des conventions de
citoyens. Et pourquoi pas les inscrire dans la loi,
comme nous le proposons.

Quelle appropriation populaire ?

Après l’accident à la centrale japonaise de Fukushima, les écologistes ont
réclamé un référendum sur le nucléaire en France, que le Parti de gauche de
Jean-Luc Mélenchon appelle aussi de ses voeux. Le référendum est-il un outil
adapté ? Comment organiser le débat et sur quels thèmes ? Nous avons posé ces questions à trois personnalités engagées dans le débat.

À lire

Labo-planète, ou comment
2030 se prépare sans
les citoyens
, de Jacques
Testart, Agnès Sinaï
et Catherine Bourgain,
éd. Mille et une nuits,
171 p., 10 €.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?