Accueil > Politique | Par Antoine Châtelain | 1er juillet 2000

PCF, dedans-dehors ?

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Les polémiques à l’intérieur de l’espace communiste ne s’estompent pas. Elles vont même prendre de nouvelles couleurs. La preuve : le 24 juin 2000. Trois réunions ce jour-là. La première est dans la continuité des efforts entrepris par Georges Hage. Farouchement hostile à la "mutation" et à ses prolongements, le député du Nord souhaite élargir la convergence oppositionnelle qu’il avait esquissée au début de l’année. Un rassemblement tenu en mai à la Villette avait décidé la mise en place d’une Coordination nationale unitaire ; c’est elle qui organise une nouvelle rencontre le 24 juin, autour d’un texte signé par une cinquantaine de militants (1) qui appellent les communistes "à militer individuellement et collectivement dans l’opposition populaire à Maastricht et au gouvernement Jospin".

Une démarche voisine anime les rédacteurs d’un autre texte qui, sous le titre "Nous assumons nos responsabilités" affirme vouloir "être porteur d’un projet alternatif ouvrant la possibilité de regagner autorité et influence". Prolongeant plutôt l’effort des militants parisiens regroupés autour de l’Appel des 500 (devenus 700), moins enclins que les premiers (même si plusieurs se retrouvent signataires des deux textes) à rompre des lances avec la direction actuelle du PC, les signataires (2) s’installent dans l’idée que le désarroi de l’organisation communiste leur offre un espace d’activité pour essayer d’incarner une alternative.

Polémiques : de nouvelles couleurs

C’est une tout autre démarche qui anime la centaine de personnalités militantes et intellectuelles qui, à la veille du 30e congrès, avaient rendu public un appel intitulé "La crise du communisme est aussi une chance". Ceux-là (3) avaient pris au sérieux la référence explicite de la direction communiste à un congrès "fondateur" et avaient voulu souligner que cette création "ne concernait évidemment pas les seuls membres du PCF".Insistant sur l’analyse critique du XXe siècle et, plus généralement, sur "l’exigence critique" d’un travail de refondation politique, les signataires ont décidé de se constituer en association, ouverte à tous ceux qui, membres ou non du parti, souhaitent tisser le réseau de travail d’un communisme moderne. Ouverts à la totalité du champ communiste, certains parmi eux ont renouvelé leur appel en direction de la Ligue communiste révolutionnaire. Eux aussi se réunissent donc le 24 juin. n A.C.

1. Henri Alleg, Georges Gastaud, Jean-Jacques Karman, Jean-Claude Danglot, Pierre Pranchère...

2. Parmi lesquels André Gérin, Charles Hoarau, Danielle Bleitrach, Pierre Lévy, Jean-Pierre Page...

3. Parmi eux Clémentine Autain, Paul Chemetov, Didier Daenninckx, Frédéric Fajardie, Isabelle Garo, Philippe Mangeot, Stanislas Nordey, Michèle Riot-Sarcey, Patrick Silberstein, Jean-Marie Vincent, Serge Wolikow...

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?