Accueil > Economie | Par Chakri Belaïd | 1er janvier 2006

Profession : Hypnothérapeute

Emmanuelle, 39 ans, est hypnothérapeute dans un cabinet privé. Elle gagne 1 200 euros nets par mois pour 15 séances par semaine. Elle nous raconte son vécu au travail.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Hypnotiseur, non, plutôt hypnothérapeute. Hypnotiseur évoque trop pour les gens une dimension de spectacle, l’idée d’un pouvoir de manipulation. Or, ce n’est pas cela du tout. Ce mot impressionne les gens. Du coup ils appréhendent. C’est pourquoi on peut avoir parfois des doutes, des résistances face à l’hypnothérapeute et donc à sa thérapie. Or, ce dernier n’est pas là pour manipuler son patient mais simplement pour le guider, l’aider à trouver par lui-même une solution à sa problématique. C’est ainsi que fonctionne un bon hypnothérapeute. C’est l’inconscient de la personne qui va trouver la solution qui lui convient le mieux.

L’inconscient peut aussi faire peur, d’ailleurs. Le mettre à nu, comme on le fait en hypnose, est une démarche que les gens font rarement dans l’existence. C’est pourtant notre outil de travail. Car quand je dis que c’est le patient qui trouve sa solution, en fait, c’est plutôt l’inconscient de la personne qui va trouver celle qui lui convient le mieux. En effet, l’inconscient contient toute la mémoire de notre histoire, les traumatismes, mais aussi les capacités, les potentiels de l’individu, tout y est. Interpeller l’inconscient permet de modifier des comportements, afin qu’ils soient plus adaptés, plus cohérents. Je rencontre toutes sortes de souffrance. Des chagrins d’amour, des phobies, des dépendances, l’insatisfaction sexuelle, une impuissance face à des violences multiples dans le milieu professionnel et familial.

En hypnose, le patient doit accéder à un état modifié de conscience qui se trouve entre l’éveil et le sommeil. Un état où la conscience perd un peu de sa vigilance et où l’inconscient est plus disponible. Si le patient est méfiant à l’égard du thérapeute, il se bloque. L’hypnose ne fonctionne que si le patient évacue ses résistances afin que son inconscient soit efficace. C’est sans doute le plus délicat pour l’hypnothérapeute, car des gens arrivent dans un certain mal-être et résistent parfois inconsciemment à l’amélioration de leur état. C’est pourquoi l’hypnose demande du temps. Il faut compter au moins trois séances pour qu’elle permette de recréer un état de confiance intérieure. Plus on a un état d’esprit positif, mieux on affronte tous les obstacles.

D’ailleurs, je ne travaille ni dans une clinique, ni dans une agence quelconque mais chez moi dans un studio du 6e arrondissement à Paris. C’est mieux pour évacuer toute résistance, car il y a une ambiance plus accueillante et sereine. J’accorde beaucoup d’importance au dialogue qui précède la séance d’hypnose. La personne y décrit son mal-être, mais dévoile aussi sans le savoir ce dont elle n’a pas conscience. Ensuite, la séance en elle-même, selon la problématique abordée, peut être plus ou moins longue. Moi, je prévois près de deux heures en général, je déborde par conscience professionnelle.

Je rencontre des patients de tout milieu social, des RMistes comme des cadres, des très jeunes comme des personnes âgées. Mes tarifs sont différents selon les revenus de chacun, car j’ai cette volonté d’aider les plus défavorisés. Je ne fais pas de pub, pas de site internet, d’autres fonctionnent par le « bouche-à-oreille », comme c’est le cas pour moi.

Tout ce temps passé à être à l’écoute est fatiguant physiquement et nerveusement. Mais pour moi ce métier est un véritable plaisir. Il y a une potentialité extraordinaire de vie chez les individus, il suffit juste de l’éveiller à nouveau. De pouvoir être à l’écoute des autres sans jugement et de voir qu’à la suite de plusieurs séances d’hypnose, la personne retrouve le goût de la vie, change d’état d’esprit, a de nouveaux objectifs... C’est fantastique ! Chacun est plus ou moins sensible à la misère du monde. Chacun appréhende à sa manière cette souffrance. L’hypnothérapie est la mienne.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Bonjour,

    Je suis très intéressée par ce métier car j’ai testé plusieurs fois en tant que patiente. Pouvons nous échanger, j’ai beaucoup de questions concernant la formation, le côut, les financements possibles, le quotidien...
    Merci pour votre retour !!!

    gaelle.feuillet@yahoo.fr
    06 87 60 41 66

    feuillet Le 7 juin 2016 à 11:18
  •  
  • Bonjour,
    Je suis actuellement une hypnotherapie. Cette derniere m aide vraiment beaucoup. J aimerais me reconvertir dans le milieu therapeutique et depuis ma propre therapie plutot vers l hypnotherapie. Mais beaucoup de questions s opposent encore a moi. Pourrions nous echanger sur votre metier ?
    Je vous en remercie par avance.
    Sincerement.

    Stephanie Le 13 juin 2016 à 16:17
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?