Accueil > Société | Par Laurent Lévy | 23 janvier 2012

Sénat vs nounous voilées

Mardi 17 janvier, le Sénat a adopté le texte de loi visant à étendre l’obligation de neutralité religieuse aux structures privées en charge de la petite enfance. Les nounous sont désormais interdites de voile en France. Un grand progrès de civilisation que l’on doit au nouveau Sénat de gauche ! Une tribune de Laurent Lévy.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Ils ne savent décidément plus quoi inventer… Le dernier coup aura été porté, comme une action d’éclat, par un Sénat à peine passé à gauche. Il y a d’abord eu la loi du 15 mars 2004, excluant de l’école les jeunes musulmanes portant un foulard et provoquant quelques centaines de déscolarisations. C’est dans sa foulée, après les dérives conduisant à interdire aux mamans voilées d’accompagner les sorties scolaires, que s’inscrit la nouvelle proposition de loi : il s’agit à présent d’empêcher les femmes « voilées » d’être nounous à domicile. Entre temps, au nom d’un prétendu « ordre public sociétal », on a interdit le port du « voile intégral », artillerie lourde et liberticide contre quelques comportements ultra-marginaux. On peut dire que la République ne ménage pas ses efforts pour lutter contre les hordes mahométanes.

Le Sénat, donc, a adopté une proposition de loi imposant aux assistant-e-s maternel-le-s une « obligation de neutralité en matière religieuse », sauf stipulation contraire de leur contrat de travail. Encore une nouveauté, au passage : la discrimination légale pour raisons religieuses. Pour qui ne comprendrait pas que ce qui est en cause n’est pas l’éventualité de cours de catéchisme donnés contre l’avis des parents à leurs bambins de six mois, il n’est que de jeter un coup d’œil aux débats parlementaires. Ce dont il s’agit est une fois de plus l’adage « cachez ce foulard que je ne saurais voir ». Le simple port d’un foulard est considéré, au Sénat, comme une atteinte à la « neutralité » religieuse. Et il doit être clair qu’un enfant qui ne pourrait voir la chevelure de sa nounou risquerait de se retrouver tellement traumatisé qu’il finirait par commettre quelque attentat-suicide.

Bref, la première initiative marquante de la gauche sénatoriale majoritaire pourrait prêter à rire si n’était en cause le gagne-pain de centaines de femmes déjà durement touchées par la foulardophobie ambiante et les autres manifestations du racisme et de l’islamophobie.

S’agissant des assistant-e-s maternel-le-s agréé-e-s, le Sénat (de gauche) prévoit expressément que « une personne portant des tenues à caractère religieux ou ayant chez elle des signes religieux (tableaux, photos, sculptures...) ne serait pas autorisée à exercer la profession d’assistant maternel. » Demander en quoi un tableau ou une photo peut constituer un « signe religieux » serait sans doute une question oiseuse. Quels tableaux ? Quelles photos ? Esther Benbassa ironisait à bon droit – mais en vain – au cours du débat sur le caractère religieux de beaucoup de tableaux, comme Judith et Holopherne ou une photo de La Mecque ou de Jérusalem ; elle aurait pu ajouter les reproductions de l’Angélus de Millet. Il faudrait pousser loin l’inquisition pour s’assurer qu’il n’y a aucune trace, même bien cachée, d’opinions religieuses au domicile des assistantes maternelles.
Encore a-t-on échappé (et encore, de très peu si l’on en croit l’initiatrice de cette proposition de loi en personne) à l’obligation de neutralité politique : il n’eût pas fait bon être abonnée à Regards, à Politis, au Monde Diplomatique ou à l’Humanité pour exercer le métier de nounou !
Inquisition : c’est bien de cela qu’il s’agit. Dans les années cinquante du siècle dernier, on exigeait aux États-Unis des fonctionnaires ou des dirigeants syndicaux un « serment de loyauté » attestant qu’ils n’étaient pas membres du parti communiste. L’ennemi a changé de visage, c’est désormais la femme voilée, mais la logique est la même. On peut toujours gloser sur la montée des communautarismes : on ne fera que les renforcer en poursuivant cette permanente mise à l’index des musulmanes et des musulmans.

Le groupe communiste du Sénat s’est abstenu sur ce vote. EELV a voté contre. Et au PG, qui n’a pas de sénateur, on se félicite chaudement de l’adoption de ce texte scandaleux, dont Marine Le Pen avait rêvé, et que « la gauche » a fait. On se félicitera moins chaudement des réactions naturelles de l’électorat des quartiers populaires. Des décennies d’interdiction du foulard en Tunisie ont conduit à la victoire des islamistes aux premières élections libres du pays. Si la gauche française voulait éloigner les populations issues de notre histoire coloniale des combats pour l’émancipation de toutes et de tous, elle ne s’y prendrait pas autrement.

Laurent Lévy est l’auteur de Le Spectre du communautarisme (Éditions Amsterdam, 2005) et de "La gauche", les Noirs et les Arabes (Editions La Fabrique, 2010).

Portfolio

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?