Accueil > Idées | Par Cécile Babin | 1er septembre 2005

Tout le monde veut des millions

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Qui veut gagner des millions ? Voilà une question conviviale ! De quoi assurer à TF1 un très large public du lundi au vendredi en access prime time (18 h 50-19 h 45). Voilà une question conviviale pour qui est tenté par les jeux en plateau télé : celui-ci est ouvert à qui veut. Sur France 3, une demi-heure plus tôt, l’ambiance s’annonce plutôt sélect. Julien Lepers n’accueille pas n’importe qui dans son explicite « Questions pour un champion » : pour ne pas être éliminé trop vite, il y est indispensable de posséder une excellente culture générale, mais il faut également détenir des connaissances pointues dans quelques domaines de prédilection qui, laissées à l’arbitraire des affinités de chacun, auront toujours la vertu de surprendre le téléspectateur. Ce soir, Domitille est championne en secrets des châteaux de la Loire, Jérôme est passionné de généalogie, Gérard spécialiste ès opéra et Frédéric, lui, est depuis la veille le champion en questions pour un champion puisqu’il a remporté la partie et revient courageusement remettre son titre en jeu.

Nul besoin de bravoure pour venir répondre aux questions de « Qui veut gagner des millions ? » : l’attrait pour l’émission est irrésistible. Le générique nous montre des hommes et des femmes comme hypnotisés par une forme étrange qui irradie. Des rayons laser colorés sont projetés sur les silhouettes, les hommes et les femmes, qui arrivent de directions différentes, convergent et se rassemblent, le regard aimanté au phénomène lumineux et probablement surnaturel qui capte toute leur attention. Des extraterrestres ? La rosace dans laquelle est inscrit le nom du jeu apparaît, ronde comme une soucoupe volante avec ses signes cabalistiques. Ce qui se produit là est fantastique, la musique le confirme, et déjà c’est l’entrée à bord du vaisseau spatial. Mais que va-t-il se passer ? Démarre alors un suspens qui ne cessera peut-être même pas avec la fin de l’émission puisqu’elle reprendra le lendemain au stade où elle aura été interrompue la veille. Dans le vaisseau, entre espace et futur, tout est noir et bleu nuit. Un personnage étrange mais qui ne semble pas menaçant fait son apparition, un être familier et lointain à la fois : Jean-Pierre Foucault. Tout à côté de lui se tient un humain : Jérôme. Entre les deux, l’entente est cordiale, bienveillante même : « J’ai l’impression que vous êtes un petit peu plus détendu qu’hier... », s’enquiert gentiment Jean-Pierre Foucault. « Je n’en reviens toujours pas ! », répond Jérôme en extase, un peu comme un ami qu’on retrouve à la sortie du Space Mountain d’Eurodisney. Jérôme n’a pas seulement remporté la somme rondelette de 48 000 euros lors de l’émission de la veille, sans quoi il eût sans doute été ravi ou même trop content, mais sans plus. Là, c’est autre chose. Ce que Jérôme a vécu, c’est une expérience.

A « Questions pour un champion », l’ambiance est plutôt scolaire et Julien Lepers joue tous les registres du professeur. Il énonce, stimule, encourage, agresse, fait la leçon et s’autorise un soupçon d’humiliation auquel son autorité lui donne droit, et qu’aucun candidat ne viendrait d’ailleurs contester. C’est que sans la surexcitation de Julien Lepers, « Question pour un champion » serait au dictionnaire encyclopédique ce que « Les chiffres et les lettres » sont à la calculatrice : un défi bien austère. Des séries de « Quel crucifère à fleurs jaunes... ? », « Quelle monnaie d’or émise pour la première fois... ? », « En 1841, quel industriel français introduit en France... ? », prononcées avec sobriété, avec pour seul enjeu un dictionnaire des plantes et fleurs auraient tôt fait d’endormir leur public.

Un risque que TF1 a su écarter à sa manière. Avec ses « Chaque année se déroule à Angoulême le festival de la bande... a) Velpeau, b) dessinée, c) d’arrêt d’urgence d) à Basile ? » et autres « Qu’est-ce qui use les souliers ? » pouvant déjà rapporter respectivement 200 et 800 euros, Jean-Pierre Foucault s’est assuré de n’exclure aucun téléspectateur. Pour 24 000 euros, quand la difficulté augmente, il faut savoir « lequel de ces chiffres n’est pas un nombre premier : a) 2, b) 3, c) 4 ou d) 5 ? » S’il voit son candidat hésiter, Jean-Pierre Foucault, toujours très sympa, lui laisse tout le temps de la réflexion et lui propose même d’utiliser un des jokers : téléphoner à un proche ou faire appel à l’aide du public. Les compétiteurs de Julien Lepers, eux, restent bien seuls face à leur buzzer pendant tout le temps de l’interrogation. Mais c’est bien là le plaisir à venir chercher sur le plateau : celui de la mise en lumière et de la reconnaissance, trop rare à l’ordinaire, de tant de connaissance inutile.

/Qui veut gagner des millions, TF1/

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?