Accueil > Migrations | Par Jean-Baptiste Ferrière | 20 mai 2008

Vote des étrangers : les Français ont la parole

Le collectif « Votation citoyenne » organise jusqu’à la fin de la semaine un référendum symbolique sur le droit des étrangers à voter lors des élections locales.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

« Etes-vous pour le droit de vote et l’éligibilité des résidents étrangers (hors UE) aux élections locales ? ». C’est sur cette question que les Français ou étrangers, peuvent se prononcer jusqu’à dimanche. Un référendum purement symbolique organisé dans tout le pays, avec le soutien de la Ville de Paris, par le collectif « Votation citoyenne », qui regroupe cinquante associations, syndicats et organisations, dont la Ligue des droits de l’homme (LDH). Pour la quatrième fois, la mairie se joint à ce rendez-vous citoyen. A cette occasion, la Ville de Paris met à la disposition des habitants pas moins de 250 « bureaux de vote », notamment sur le parvis de l’Hôtel de Ville, devant l’Assemblée nationale, sur la place Jules-Joffrin (XVIIIe) et celle de la Bastille (XIe), devant la gare Montparnasse (XIVe), le Trocadéro (XVIe) et le centre commercial Italie (XIIIe). Ce référendum se veut avant tout une sensibilisation des politiques et du grand public sur cette question. Le but : faire inscrire dans la prochaine réforme constitutionnelle le droit de vote des étrangers aux élections locales, notamment les élections municipales. Réforme institutionnelle qui commence à être débattue dès aujourd’hui à l’Assemblée nationale par les députés.

Réforme institutionnelle

Des référendums sur la question ont déjà été organisés en 2002, en 2005 et en 2006. En octobre 2006, près de 25 000 Parisiens avaient participé et le oui l’avait emporté avec 93,1%, contre 6,6% pour le non. Cette fois-ci, les résultats nationaux seront proclamés le 27 mai. Reste à savoir si les conclusions de ce référendum dit « symbolique » seront prises en compte par les députés. Alors que les hommes, les idées, les informations circulent de plus en plus, « les individus doivent pouvoir exercer leurs droits citoyens partout où ils se trouvent et s’installent », explique la LDH. Ce droit, accordé aux citoyens de l’Union depuis le traité de Maastricht en 1992, n’a plus bougé depuis. Pourtant, il existe déjà dans plusieurs pays européens : Belgique, Estonie, Hongrie, Luxembourg et Slovaquie notamment permettent à tous les résidents étrangers de voter aux élections locales. Au Danemark, en Finlande, en Irlande, en Lituanie, aux Pays-Bas, en Slovénie et en Suède, les étrangers peuvent aussi être élus. Au total, dans l’Union européenne, 17 pays sur 27 ont une législation plus favorable que la France. Alors que le gouvernement prépare des réformes institutionnelles, c’est l’occasion d’approfondir la démocratie en incluant dans cette réforme le droit de vote pour les résidents étrangers.

Entretiens audio :

Pour écouter l’interview de Saïd Bouziri, animateur du collectif « Votation citoyenne » , cliquer sur

MP3 - 1.5 Mo

Pour écouter l’interview de Jean-Pierre Dubois, président de la Ligue des droits de l’homme , cliquer sur

MP3 - 5.1 Mo

Pour écouter l’interview d’Annick Coupé, porte-parole de l’Union syndicale Solidaires , cliquer sur

MP3 - 10.4 Mo

titre documents joints

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?