Accueil > Economie | Par La rédaction | 2 septembre 2013

Réforme des retraites les positions en présence

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

CGT

« Continuer à asseoir le financement des retraites sur la seule masse salariale est contre-productif. Nous souhaitons
prendre en compte dans le calcul la part que représentent les salaires
dans la plus-value et donc intégrer les revenus financiers des entreprises.
Selon nos calculs, cela représenterait 20 milliards d’euros de
revenus annuels pour l’ensemble des régimes de retraite. »

(Éric Aubin, secrétaire confédéral)

FO

« L’allongement de la durée de cotisation, peut-être jusqu’à 44
ans est hypocrite et inacceptable. Pour une génération née en
1989, qui entre sur le marché du travail en moyenne aujourd’hui à 24
ans, ça signifie qu’il faudra attendre 68 ans pour avoir une retraite à
taux plein quand l’espérance de vie en bonne santé est à 62 ans pour
les hommes et 63 ans pour les femmes. »

(Jean-Claude Mailly)

FSU

« Le fil conducteur de la réforme semble être l’élaboration de
mesures pour ajuster les pensions aux ressources des régimes.
La FSU conteste cette orientation car elle considère que les règles de
liquidation et d’évolution des pensions doivent permettre d’atteindre
des objectifs définis démocratiquement (âge de la retraite et niveau des
pensions) et non pas servir à des ajustements qui dégraderaient encore
la situation des salariés. »

(communiqué 5 juin 2013)

MEDEF

« Le gouvernement a eu le courage de dire qu’il
fallait à nouveau une réforme des retraites, il faut
désormais qu’il ait la capacité pédagogique de dire aux Français pourquoi
et vers quelles modifications il faut aller. […] Notre préconisation
est d’allonger la durée de cotisation à 43 ans d’ici 2020 et de repousser
l’âge légal de la retraite à au moins 65 ans à l’horizon 2040. »

(Laurence Parisot)

SUD

« Nous sommes opposés au rapprochement des régimes,
toujours prétexte à l’alignement par le bas. Nous sommes
contre la transformation en un régime de points ou comptes notionnels
qui supprime les solidarités, à l’odeur de la capitalisation, et renvoie
chaque individu à lui-même en supprimant tout enjeu et revendication
collective. Nous demandons l’abrogation de toutes les contre-réformes
depuis 1993. »
(Fiche Retraites 2013)

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?