Accueil | Par | 22 février 2017

E-mensuel de février 2017

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Sommaire

Gauche : union impossible ?
P. 04 - Les faux-semblants de l’union
P. 10 - Hamon et les boulets du bilan
P. 14 - Macron : derrière les formules, quel projet politique ?

Gauche de gauche : dissonances et convergences
P. 20 - Ian Brossat : « Mélenchon fait une belle campagne, mais le doit s’élargir »
P. 26 - Charlotte Girard : « Le programme de la France insoumise a une cohérence à la fois économique et idéologique »
P. 32 - Élise Löwy : « L’écologie politique n’est pas soluble dans le PS »
P. 38 - François Ruffin : « Personne à gauche n’est assez fort tout seul »

Extrême droite : le terreau de la confusion
P. 44 - Valérie Igounet : « Le discours du FN est passé de « ni droite ni gauche » à « et de droite et de gauche » »
P. 50 - Comment l’extrême droite a pris son envol dans la fachosphère
P. 54 - Michéa, faux-prophète de la gauche radicale

titre documents joints

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • L’actualité est tellement brûlante que je me félicite d’avoir la revue Regard en ligne est encore plus de pouvoir y lire des articles aussi pertinents et aussi stimulants. Un grand merci donc pour commencer.

    Je suis entièrement d’accord avec l’analyse de Roger Martelli. Et en même temps j’ai été ébranlé par un article de Philippe Marliere dans la revue Contretemps qui milite pour une candidature unique.
    Et je regrette avec Clémentine Autain que notre candidat Jean-Luc Mélenchon soit aussi rigide. Bien sûr l’élection présidentielle n’est pas un concours de beauté. Si c’était le cas le gendre idéal des bourgeoises du 16e arrondissement, Emanuel Macron, devrait être élu. Malheureusement cela risque d’être le cas ce qui serait une catastrophe pour notre pays puisque cela consisterait à persévérer, perseverare diabolicum, dans la politique libérale qui fait le lit du Front National.

    C’est sur la question des législatives où je trouve que cette rigidité est la plus préjudiciable. Jean-Luc Mélenchon a raison de se méfier des accords d’appareils. Mais je constate avec consternation à la base que France Insoumise se comporte de manière peu coopérative et c’est un euphémisme.

    Amitiés.

    Bernard Guibert Le 24 février à 09:59
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.