Accueil | Entretien par Marion Rousset | 5 octobre 2012

Le parcours chaotique de trois adolescents Roms

Carine Estager, éducatrice à Hors la rue, raconte. En lien avec l’article Des mineurs Roms entre rue et refuge

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Mihai, incarcéré à 12 ans

« Mihai a été incarcéré à deux reprises.
Il vole des téléphones portables aux
terrasses des cafés. La première fois, il
n’avait que 12 ans, mais l’administration
ne s’en est pas rendu compte tout de
suite car il n’avait pas de carte d’identité.
La deuxième, ils ont dû le libérer de
manière anticipée quand ils ont compris
qu’il avait moins de 13 ans au moment
des faits. Il a passé plusieurs mois à
Fleury-Mérogis, au Centre des jeunes
détenus. Les filles, elles, sont envoyées
à la Maison d’arrêt des femmes, elles
partagent le même espace que les
adultes. Quand je suis allée lui rendre
visite à Mihai, il avait tout le corps
mangé par des punaises de lit. Placé en
foyer à sa sortie, il a fugué, sans doute
est-il parti en Espagne, peut-être pour
se faire oublier. Il est rentré la semaine
dernière. Depuis, il vient presque tous
les jours à l’association. Mais il n’arrive
pas à se projeter. »

Ioan , en quête de protection

« Ioan est un jeune en situation
d’exploitation – au moins familiale –,
qui a demandé à plusieurs reprises
protection auprès de l’association.
Mais les ordonnances de placement
provisoire par l’Aide sociale à l’enfance
de Paris ont échoué car il recroisait
régulièrement les membres de sa famille
qui exerçaient des pressions sur lui pour
qu’il revienne. Déféré, il a expliqué lors
de son dernier jugement qu’il souhaitait
arrêter de voler. Fait rarissime, le procureur a demandé son placement
plutôt qu’une peine de prison. Au foyer
d’accueil d’urgence, la plupart étaient
en mode caïd, lui en mode victime.
Ses relations avec les autres étaient
si mauvaises qu’il a fugué à plusieurs
reprises. Il a fini par retourner sur le
terrain. Aux dernières nouvelles, il serait
rentré en Roumanie. »

Maria, renvoyée en Roumanie

« Maria était une jeune fille qui venait
de manière épisodique. Quand elle
faisait des gardes à vue ou passait la
nuit dehors, elle arrivait de bonne heure.
Elle voulait aller à l’école, sa famille
était partante. Nous avions pris un
rendez-vous au Centre d’information et
d’orientation (CIO) pour qu’elle passe
les tests obligatoires afin de vérifier son
niveau d’études, mais le terrain qu’elle
occupait a brûlé à la suite d’un incendie.
Elle avait à peine douze ans, ça a
brisé tous ses espoirs. Renvoyées en
Roumanie dans le cadre d’un dispositif
d’aide au retour, les familles sont
revenues en France quelque temps plus
tard, mais elles se sont installées dans
un autre département. Maria, qui habite
désormais un village d’insertion, est
ancrée dans l’errance et la délinquance.
Ses parents sont dépassés. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?