Accueil | Analyse par Roger Martelli | 13 septembre 2022

Crise politique : le miroir électoral

Abstention, rapport des forces gauche/droite, vote des fonctionnaires, ancrage des idées d’extrême droite... Le résultat du cycle électoral 2022 continue de nourrir de vigoureux débats à gauche. Deux enquêtes récentes fournissent de nouveaux éléments de compréhension. Analyse de Roger Martelli.

Vos réactions (6)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Deux rapports viennent compléter les regards portés sur les élections de l’année. Le premier est paru cet été sur le site de Fondapol, la fondation de droite présidée par Dominique Reynié, sous le titre « Mutations politiques et majorité de gouvernement dans une France à droite ». Le second est une note de recherche du politiste Luc Rouban, paru sur le site du Cevipof et portant sur « le vote des fonctionnaires à l’élection présidentielle de 2022 ». Les deux études s’appuient sur des données de l’institut de sondage OpinionWay, téléchargeables sur le site de Fondapol. Nous en résumons ici les principales conclusions.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Le peuple, la gauche et le Rassemblement national

 

Abstention : vers l’infini et au-delà ?

La crise politique s’épaissit. L’abstention grandit, d’élection en élection. À la présidentielle, elle est passée de 15,3% en 1965 à 27,9% en 2022. Aux législatives, elle s’incruste au-delà du seuil des 50%. L’enquête OpinionWay nous en livre les ressorts, sociologiques et politiques.

(1) La colonne additionne le pourcentage des interviewés qui répondent : « Parce qu’aucun candidat ne correspond à mes idées », « C’est ma façon de protester contre le système politique actuel », « C’est la même politique qui est menée quel que soit le résultat » et « Mon vote ne sert à rien ».

[cliquez sur le tableau pour l’agrandir]

 

L’abstention législative garde les caractéristiques sociologiques qui séparent les catégories les plus aisées (35% d’abstentions chez les revenus mensuels supérieurs à 3500 euros) et les chômeurs (75% d’abstentions). L’âge, les faibles revenus, les statuts jugés inférieurs et les formations courtes continuent de creuser la distance des individus avec le fait électoral. Mais le motif de la prise de distance reste ouvertement politique : la moitié des abstentionnistes invoquent l’absence d’intérêt pour une élection dont on estime volontiers qu’elle ne sert à rien.

La dimension protestataire du vote est renforcée par la distribution des résultats. Les partis dominants n’ont plus le vent en poupe. Le PS et l’UMP se partageaient 56% des suffrages présidentiels en 2022, 26% en 2017 et 6% à peine en 2022. Le total des suffrages obtenus par Macron, Pécresse et Hidalgo approche tout juste le quart des électeurs inscrits (en 2017 encore, les candidats supposés « gouvernementaux » en totalisaient 38,2%).

Tout va bien pour le RN !

Si la coalition des députés composant la Nupes forme le second bloc derrière la majorité relative macronienne, c’est le Rassemblement national qui peut se présenter comme le premier groupe d’opposition. Le plus préoccupant est que ses réserves électorales semblent loin d’être négligeables : 55% seulement des électeurs de Marine Le Pen du mois d’avril sont allés aux urnes en juin et ils sont plus nombreux (58%) que ceux de Jean-Luc Mélenchon (40%) à expliquer que leur absence est un geste de protestation contre le système électoral.

Quelle que soit l’élection de référence, présidentielle ou législative, premier ou second tour, l’extrême droite est le courant politique qui a le plus progressé en cinq ans. Cette progression n’est pas seulement l’effet d’un choix par défaut : 39% des électeurs se disent « tout à fait » ou « plutôt d’accord » avec les idées du RN (le pourcentage est de 28% pour LFI). Du coup, près de la moitié des interrogés (47%) voient comme « une bonne chose » l’entrée en force de l’extrême droite à l’Assemblée.

Les élections suggèrent donc, tout à la fois, une poussée de l’extrême droite – y compris en dehors de ses zones de force devenues traditionnelles – et une droitisation de la droite. C’est là encore près de la moitié (47%) des électeurs LR qui se disent proches des idées du RN, au point que les électeurs de droite sont plus nombreux (39%) à souhaiter un accord de LR avec le RN qu’avec la Macronie (34%). Voilà qui n’a rien d’étonnant, si l’on tient compte de ce que, pour 59% d’entre eux, le RN est capable de gouverner et que, aux yeux de 52%, le parti lepéniste incarne même une société dans laquelle ils souhaiteraient vivre.

Du point de vue idéologique, on aurait tort de sous-estimer le poids persistant des enjeux migratoires. Il est vrai que la plupart des sondages suggèrent depuis quelques mois que l’immigration n’est plus dans le trio de tête des sujets qui « préoccupent » les Français (la palme revient en général au pouvoir d’achat, à l’insécurité et aux enjeux sanitaires).

Mais ce n’est pas parce que les mots de l’immigration n’affleurent pas sur le terrain qu’ils n’agissent pas, confortant la conviction classique selon laquelle le RN « dit tout haut ce que les Français pensent tout bas »… Quand OpinionWay propose par exemple à ses interlocuteurs l’item « La plupart des immigrés ne partagent pas les valeurs de notre pays et cela pose des problèmes de cohabitation », plus de 90% des proches de l’extrême droite répondent affirmativement. Mais 80% des électeurs de la droite classique en font de même et les deux tiers des « sans préférence partisane » et des abstentionnistes. Au total, ce n’est qu’une courte majorité de 53% qui repousse l’idée centrale de la grande menace migratoire.

Fonctionnaires : une citadelle pour la gauche ?

Pour le Cevipof, Luc Rouban a scruté plus particulièrement le comportement des fonctionnaires. Nous l’avons résumé ici en deux tableaux, le premier qui synthétise le vote salarié en fonction des statuts du public, le second qui mesure les grandes évolutions entre 2017 et 2022.

[cliquez sur le graphique pour l’agrandir]

 

Le premier tableau confirme, dans le monde du salariat, la tripartition observée dans l’ensemble des suffrages exprimés. La droite et l’extrême droite (37% et 34%) sont en tête chez les salariés du privé, où la gauche est au-dessous de sa moyenne nationale (28%). En revanche la gauche est en tête (37%) dans la fonction publique d’État où elle dépasse sensiblement sa moyenne nationale et où l’extrême droite est plus à la traîne (28%). Les situations sont plus équilibrées dans les entreprises publiques, la fonction publique territoriale et la fonction publique hospitalière.

Les zones de force de la gauche restent dans le monde enseignant (49%) et les catégories A de la fonction publique (43%), celles de la droite macronisée restent du côté des cadres du privé et celles de l’extrême droite chez les policiers et militaires. Mais cette situation a évolué entre 2017 et 2022, parfois de façon sensible. Entre les présidentielles de ces années-là, la gauche radicale s’est renforcée chez les employés du privé, les fonctionnaires d’État et les catégories A, tandis que la droite a reculé dans la fonction publique d’État et les catégories A. Ce recul a droite est d’abord celui de la droite classique : à l’exception du monde enseignant – éloigné par quelques années de « blanquerisme » militant – la Macronie résiste plutôt bien, notamment en milieu hospitalier.

Mais, une fois de plus, c’est le Rassemblement national qui tire les marrons du feu. Il progresse de plus de 10% chez les cadres du privé, les enseignants et les hospitaliers et il se consolide sensiblement du côté des entreprises publiques et de la territoriale. La perte de confiance dans l’institution publique et la confusion grandissante du privé et du public brouillent les perceptions et déplacent les rapports de force électoraux.

Le second tour amplifie encore le mouvement. Marine Le Pen gagne 9% entre 2017 et 2022 dans la fonction publique d’État, 7% dans la territoriale et jusqu’à 15% chez les hospitaliers. Elle progresse dans toutes les catégories de fonctionnaires : 7% chez les « A », 13% chez les « B » et 9% chez les « C » (où elle attire les votes de 46% d’entre eux, quasiment la moitié de la catégorie).

Ayant pris ses distances avec l’ultralibéralisme de la droite traditionnelle, le RN a installé l’extrême droite comme une concurrente de la gauche sur le terrain du « social ». S’arc-boutant sur la défense des agents publics les plus défavorisés, Marine Le Pen a permis que, par un étonnant paradoxe, la protestation contre la confusion du privé et du public tourne avant tout au bénéfice de l’extrême droite, sans que le macronisme soit pour autant irrémédiablement distancé.

Le devoir de lucidité

Malgré le grand retour de la gauche au sein de l’hémicycle, le cycle électoral de l’année 2022 a tourné plutôt en faveur de l’extrême droite. L’image des « deux France » chère à Christophe Guilluy est certes trop simple pour être retenue. Mais la gauche aurait tort de sous-estimer une réalité globale marquée par une conjonction, qui n’est hélas pas propre à la France et qui juxtapose une translation vers la droite du champ politique et une division accentuée des catégories populaires.

La spectaculaire abstention de la consultation législative, notamment dans les catégories populaires, atténue l’image sociologique dessinée par le premier tour de la présidentielle d’avril. Mais elle ne contredit pas les tendances alors dégagées. Le tableau ci-dessous reprend les données de l’enquête OpinionWay, en triant les pourcentages de pénétration des votes Nupes et RN, de part et d’autre de leur moyenne nationale.

[cliquez sur le graphique pour l’agrandir]

 

Plus que le vote Mélenchon d’avril, le vote en faveur de la Nupes est assez homogène : elle obtient rarement moins de 20% et rarement plus de 33%. Mais le profil général de cet électorat est typé : les pourcentages les plus élevés concernent les catégories jeunes, notamment lycéennes et étudiantes, les « CSP + » et les professions intermédiaires, les formations au-delà du baccalauréat, les revenus moyens et les grandes villes avec en tête l’aire urbaine de Paris et l’Île-de-France.

De son côté, le profil du vote RN est plus éclaté mais reste dominé par les catégories les plus populaires et les moins pourvues en « capital » matériel et culturel, installé en dehors de l’espace métropolitain et francilien.

La crise voue chaque situation à l’instabilité et rien n’indique que l’extrême droite a gagné définitivement la bataille de l’hégémonie et engagé inexorablement le processus qui peut la conduire au pouvoir. Mais elle a pour l’instant marqué des points importants, sur les terrains où elle est attendue (la protection, l’identité, l’immigration) et sur ceux où on l’attendait beaucoup moins (le social, la peur de l’avenir, la colère devenue ressentiment).

La gauche va mieux, elle s’est renforcée sur son flanc gauche et elle s’est réunie entre mai et juin. Mais elle reste dans ses basses eaux, n’a que partiellement regagné des points dans les milieux populaires et elle se retrouve profondément déséquilibrée. Elle est plus que concurrencée par l’extrême droite sur le terrain de la colère et n’a pas encore convaincu que ses projets de société sont renouvelés, pertinents et réalisables.
Le temps de l’entre-deux est celui des possibles : le problème est qu’il en est des progressifs et d’autres trop tangibles et régressifs. Promouvoir les uns et conjurer les autres n’est pas qu’une affaire de volonté : c’est avant tout une question de pensée – et donc de repensée – et un processus maîtrisé de pratique populaire partagée.

 

Roger Martelli

titre documents joints

Vos réactions (6)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • les chômeurs (75% d’abstentions).

    Oh ! Les rentiers du Lumpen ont zéro conscience de classe ? Mais comment se fait-ce ? Incroyable ! 🤣

    Quoi ? On me dit que les communistes comme Fabien Roussel le savent ? NoooooN ??? 😆

    La conscience de classe serait le produit du travail collectif ? Mais qui l’eu cru ? 🤡

    Psst : vos allocations chômage et vos RSA on n’en veut pas. Travail obligatoire pour tous, et plus vite que ça 👌

    jojoLeCoco Le 13 septembre à 20:53
  •  
  • Ayant pris ses distances avec l’ultralibéralisme de la droite traditionnelle, le RN a installé l’extrême droite comme une concurrente de la gauche sur le terrain du « social »

    Mais comment on peut dire des conneries pareilles ? En 2022, le RN avait de très loin, mais vraiment d’extrêmement loin, le programme le plus libéral de tout le spectre politique.

    À l’exception notable de la retraite à 60 ans qui avait des visées purement électoralistes, toutes leurs mesures économiques reposaient sur les baisses de taxes et d’impôts.

    Le débat contre Macron sur la question économique c’était baisse de la TVA (Marine Le Pen) vs encadrement des prix, bouclier tarifaire et chèque énergie (Emmanuel Macron).

    Et surtout, plus que tout, le RN est contre l’augmentation du SMIC Brut et des petits salaires en général.

    Merci d’arrêter de relayer la propagande néo-strasseriste qui vise à faire croire que l’extrême droite racialiste est sociale.

    jojoLeCoco Le 13 septembre à 21:12
  •  
  • Mais la gauche aurait tort de sous-estimer une réalité globale marquée par une conjonction, qui n’est hélas pas propre à la France...

    La Suède, temple du socialisme démocratique à l’Européenne, vient de tomber. Comment ? L’oligarchie y a importé des flux ininterrompus et colossaux d’immigrés racistes, fascistes, violeurs de féministes, assassins de Gauchistes. En l’espace de deux décennies, ce peuple si fièrement ancré à gauche vient de tomber dans les bras du courant néo nazi.

    Ils ont suivi le modèle de la droite française : immigration de masse et système judiciaire mou jusqu’à ce que le prolétariat en larmes et en sang réclame le retour des chevaliers de l’oligarchie pour les protéger.

    Honte à tous les gauchistes qui tombent dans le piège sournois de la bourgeoisie progressiste.

    L’inter-nationalisme, ce n’est pas la soumission au mondialisme migratoire.

    jojoLeCoco Le 13 septembre à 21:28
  •  
  • Le traitement de l’abstention dans les colonnes de Regards est toujours aussi approximatif.
    Les pourcentages ici placardés ne peuvent pas fonctionner.

    Un seul exemple pour l’illustrer : dans le premier tableau, il est mentionné le fait que les CSP- se seraient abstenus à hauteur de 59% ; et, dans le troisième tableau, les mêmes CSP- auraient dans le même temps voté à 30% pour le RN et à 27% pour la Nupes. C’est absolument impossible. Il suffit d’additionner ces trois pourcentages pour le vérifier (59+30+27 = 116).

    Ce seul exemple illustre la confusion irrésolue entre, d’une part, les notions de pourcentage de vote par rapport au nombre de suffrages exprimés et, d’autre part, de pourcentage de vote par rapport au nombre total des inscrits (qui ne votent pas tous, loin s’en faut).
    Le chiffre de 59% de CSP- qui se seraient abstenus est calculé au regard du nombre d’inscrits membres de cette catégorie socio-professionnelle tandis que les 30% et les 27% que cette même catégorie sociale aurait respectivement accordé au RN et à la Nupes sont calculés par rapport au nombre de votants parmi les CSP-.

    Votants et inscrits ne sont pas deux catégories que l’on peut mélanger sans colporter des erreurs et finalement dénier l’existence des seconds, comme le fait aussi d’ailleurs depuis peu le ministère de l’Intérieur qui vient de faire disparaitre de la page des résultats de l’élection présidentielle de 2022 la colonne qui indiquait les résultats des candidats en terme de pourcentage des inscrits. Une première à ma connaissance.

    aigle agile Le 14 septembre à 12:37
       
    • Tout à fait. Et d’autant plus que les abstentionnistes peuvent être classés à droite et à l’extrême droite, vu qu’ils laissent ces courants politiques dominer.

      jojoLeRouge Le 14 septembre à 18:40
    •  
    • @jojoLeRouge
      Quitte à défendre votre opinion, essayez au moins de l’assortir d’arguments rigoureux.

      aigle agile Le 15 septembre à 10:07
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.