Accueil | Par Clément Gros | 29 avril 2022

Rachat de Twitter par Elon Musk : un danger pour la démocratie ?

En trois semaines, Elon Musk est parvenu à racheter Twitter pour la modique somme de 41 milliards d’euros. Ce rachat éclair pose des questions sur la pérennité des systèmes démocratiques.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Mais dans quel but un milliardaire peut-il racheter au prix fort, c’est à dire bien au delà des cours actuels des actions, une entreprise au résultat net déficitaire (-210 millions d’euros) ? Pour planter le décor, il faut bien spécifier qu’Elon Musk, figure de la Silicon Valley, actionnaire milliardaire de Tesla et Space X, est un libertarien assumé. Avec Peter Thiel, il a fait fortune en fondant PayPal, une entreprise de paiements numériques. Et même si les deux hommes ne s’apprécient désormais que guère, ils co-produisent une idéologie au long cours qui a pour objectif de faire reculer le contrôle de l’État sur les vies individuelles. Surnommé « la mafia PayPal », ce duo et leurs aspirants ont investi dans nombre d’entreprises qui structurent dorénavant nos vies : LinkedIn, Facebook, Twitter, YouTube, Uber, Apple, Airbnb.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
DÉBAT. De quel progrès avons-nous besoin ?

 

En 2009, Peter Thiel prend la lumière en publiant un essai intitulé L’éducation d’un libertarien. Selon lui la liberté de l’homme – érigée ici comme naturelle – est le concept qui prévaut sur tous les autres. S’affirmant alors contres les impôts confiscatoires, ou le totalitarisme du collectif, il entend le cyberspace – Facebook en tête – comme une nouvelle voie qui ne soit pas bornée par les États-nations. « En créant une nouvelle entreprise numérique, un entrepreneur peut créer un nouveau monde », argumente-t-il dans dans son essai, dont la revue Le Grand Continent a traduit et commenté quelques extraits.

C’est donc via Twitter qu’Elon Musk veut investir ce cyberspace. Et s’il suit la théorie libertarienne promu par Thiel, il en fera à terme un espace de liberté individuelle prévalant sur l’espace démocratique des États. Pour l’instant nous n’en sommes pas là, selon Guillaume Champeau, fondateur du site d’actualité numérique Numérama : « Elon Musk annonce vouloir appliquer les lois de modérations qui prévalent dans chaque État ». Seulement tout est question des moyens mis en place par Twitter pour lutter contres les contenus illégaux. Guillaume Champeau continue : « Je ne pense pas que Twitter deviendra comme 4Chan, un réseaux où l’on peut dire des horreurs absolues, mais tout dépend par quels moyens sont modérés les contenus. Aujourd’hui il y a seulement 1800 modérateurs pour 217 millions d’utilisateurs quotidiens, c’est mince ».

Benjamin Sonntag, co-fondateur de La Quadrature du Net, association de défense des droits et des libertés sur Internet, ne voit pas dans ce rachat un événement particulièrement déterminant : « Le passage d’une entreprise d’un capitaliste à un autre ne change rien sur le fond, Twitter est un outil de communication centralisé comme La Quadrature les déteste ». Pour lui, l’enjeu est surtout de faire appliquer les droits nationaux : « On a des règles juridiques qui permettraient de réguler les expressions sur Twitter, le problème est qu’il n’y a aucun moyen de mise en oeuvre et, concrètement, la justice prend du temps à se saisir des affaires. Après, si le droit européen s’applique, Elon Musk ne pourra pas mener sa politique libertarienne partout comme il le souhaite ».

Musk face à la puissance du droit

Le Conseil et le Parlement européens viennent de signer un accord pour légiférer spécifiquement sur les services numériques : le Digital Service Act (DSA). Avec cet accord, un principe simple est consacré : ce qui est illégal en dehors des plateformes doit aussi l’être en dedans. Devra aussi être mis fin aux algorithmes opaques de modérations. Dès lors, des amendes allant jusqu’à 6% du chiffre d’affaire de l’entreprise pourront être prise. « La vraie solution serait d’utiliser des plateformes décentralisées tel que le propose Mastodon. D’ailleurs, à la nouvelle du rachat de Twitter, il y a eu une augmentation drastique des abonnés sur ce réseau alternatif », avance Benjamin Sonntag. Si très certainement des utilisateurs choisissent d’autres moyens de communications, le problème est que Twitter est devenue une place publique : « Il est difficile de participer à la vie sociale et politique dans notre jardin quand tout se passe sur la place principale du village », constate Guillaume Champeau.

Cela dit, tout restera question des règles juridiques opposables aux dirigeants de Twitter si dérive il y a, suite à ce rachat. Pour Imane Bello, avocate au barreau de Paris, le sujet juridique et moral va vite se poser : « Lorsque les règles européennes vont s’appliquer sur la modération nécessaire des contenus, il sera intéressant de voir si Elon Musk considère cela comme de la censure ». En France, la liberté d’expression n’est pas un droit absolu et sans limite : « C’est un droit fondamental, mais un droit parmi d’autres droits tel que les droits à l’image, à la réputation, au respect de la vie privée, ou encore les droits quant aux atteintes aux données personnelles, à la propriété intellectuelle, ou à la libre concurrence. Et en tant qu’hébergeur, Twitter serait sanctionné s’il ne modère pas des contenus manifestement illicites », informe la juriste. Au-delà de ces règles, le DSA donne de nouvelles garanties intéressantes, selon cette dernière : « Les réseaux comme Twitter devront désormais évaluer les risques systémiques pesant sur leurs communautés puis proposer des solutions pour les atténuer », comme proposer de durcir la politique de modération s’il y a un risque manifeste de discriminations. Des conflits sont également possibles entre les GAFAM : « Si Apple et Google sont manifestement en désaccord avec la politique de Twitter, ils peuvent très bien décider de retirer l’application de leur boutique », conclut Imane Bello.

Il est trop tôt pour dire ce que le rachat va changer ou non à la politique de Twitter. Il reste que l’ONG Amnesty International a montré que les femmes noires, asiatiques, latino-américaines et métisses sont 34% plus susceptibles d’être mentionnées dans des tweets abusifs ou problématiques que les femmes blanches. Selon leur rapport, 23% des femmes interrogées dans huit pays ont déjà été harcelées ou agressées verbalement en ligne : « Ces abus visent à créer un cyberenvironnement hostile pour les femmes, afin de les humilier, de les dégrader, de les rabaisser et en fin de compte de les réduire au silence », juge l’ONG.

En tout état de cause, le rachat de Twitter est donc un élément parmi d’autres dérives déjà à l’oeuvre sur les grandes plateformes numériques. L’enjeu est désormais d’observer comment les systèmes juridiques peuvent lutter contre toutes les atteintes manifestes aux droits fondamentaux.

 

Clément Gros

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.