Accueil | Par Hamid Enayat | 3 juin 2022

Iran : la terreur depuis 1981

L’iran compte 12 millions de prisonniers depuis 1981. 5179 condamnés à mort et représailles. 54 % des exécutions en 2021 ont eu lieu en Iran selon un rapport d’Amnesty International. Analyse de Hamid Enayat.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Récemment, par l’intermédiaire d’unités de résistance au sein des organes du régime, le Conseil national de la résistance de l’opposition iranienne a obtenu des documents comprenant des listes du nombre de prisonniers, de gardiens de prison, d’interrogateurs, de tortionnaires et d’agents responsables d’exécutions, ainsi que le nombre de responsables politiques détenus et le nombre de condamnés à mort.
Ces statistiques donnent une image horrible et, bien sûr, précise de la sévérité de la répression et de l’oppression en Iran. L’Organisation des prisons, qui contrôle toutes les prisons d’Iran, est l’un des organes les plus importants et certainement les plus terribles du régime et est considérée comme l’un des fondements de sa survie.
100 photos de la situation catastrophique et inhumaine dans les prisons du régime dans 23 provinces
De nombreuses prisons ont été construites il y a 50 ans et sont très délabrées. Selon ces documents, chacune a une certaine capacité, alors que le nombre de détenus dépasse de nombreuses fois la capacité de la prison. Et il y a une raison pour laquelle la pression physique et psychologique sur les prisonniers est plus élevée. Les photos accessibles au public montrent une situation terrible.
Noms de 2273 prisonniers politiques et prisonniers d’opinion
Selon des documents divulgués, 5 197 personnes attendent d’être exécutées et punies (exécution de قصاص), 107 personnes ont été condamnées à l’amputation, 51 personnes ont été lapidées à mort en 2020, dont 23 femmes. Et 60 des personnes exécutées en 2020 avaient moins de 18 ans.

12 millions de prisonniers

L’un des documents les plus importants obtenus est la liste de 12 millions de prisonniers. Selon cette liste, compilée par l’Organisation des prisons elle-même, 12.380 millions Iraniens ont été emprisonnés depuis 1981. La liste n’inclut pas les prisonniers politiques de 2000 à 2010, ainsi que les 30 000 prisonniers politiques exécutés en 1988. En fait, ces prisonniers étaient en possession des gardiens de la révolution et du ministère du Renseignement et du Parquet du régime. La liste des 12 millions de prisonniers comprend également 571 015 femmes. On ne sait pas ce qui est arrivé aux femmes qui étaient mères, ou même aux pères qui se sont retrouvés en prison, comment leurs familles ont fait face à ces coûts et au chômage.
Selon un "rapport confidentiel et classifié" d’août 2015, "préparé pour le cabinet de Hassan Rohani", "environ 600 000 personnes sont détenues chaque année" et "2,4 millions de familles font face à de nombreux dangers et problèmes". Et en répétant ce drame, le régime iranien a pu survivre. Amnesty International note dans son dernier communiqué que 54 % des exécutions en 2021 ont eu lieu en Iran.
Partant de dogmes religieux médiévaux, imposé par un événement historique du XXe siècle, le régime iranien, incapable de répondre aux besoins économiques, politiques et culturels du peuple iranien au XXe siècle, a toujours eu recours à la répression interne pour se maintenir au pouvoir. Le terrorisme, la belligérance et les prises d’otages à l’étranger ont servi de couverture à la répression interne. La prise d’otages à l’ambassade américaine, l’explosion des "tours Khobar" et autres attentats au Liban et en Argentine ne sont pas encore oubliés.

Les unités de résistance

Selon le même document, depuis décembre 2017, 8 762 prisonniers ont été accusés d’avoir insulté le Guide suprême Ali Khamenei, d’avoir participé à des émeutes et d’avoir brûlé et détruit des banderoles et panneaux d’affichage des autorités et des organes répressifs. Depuis 2016, des unités de résistance se sont formées à travers l’Iran et se développent rapidement. En détruisant des photos de Khamenei et de Khomeiny ou en brûlant une statue de Soleimani, l’icône de l’influence régionale et du meurtre d’enfants syriens, ils brisent le mur de la terreur que le régime iranien tente d’ériger par la détention et l’exécution.

Trois armées et trois services de renseignement en Iran

La théocratie iranienne est le seul pays qui, en plus de l’armée officielle, possède les gardiens de la révolution (CGRI), qui sont plus puissants que l’armée. Mais il y a deux semaines, Khamenei a élevé les forces de l’ordre, c’est-à-dire la police, au niveau de l’armée et du CGRI. Ces forces ont une unité spéciale dans chaque province pour réprimer les manifestations, et Khamenei a dépensé des milliards de dollars pour répondre à ses besoins de répression. En conséquence, Khamenei a maintenant déployé trois armées pour maintenir son système. Il compte également trois organismes de sécurité et de renseignement, le ministère du Renseignement, en plus des informations des Gardiens de la révolution et de l’Organisation du renseignement des forces de police.
Selon le régime, 80 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et le prix des produits de base ont quadruplé. Le régime répond aux protestations par des balles et l’emprisonnement. Dans le même temps, des réseaux de résistance se développent en Iran.

Politique européenne et occidentale

Cependant, les mollahs ont été soutenus par la politique d’apaisement occidentales pendant plus de trois décennies. La politique d’apaisement a gardé le silence face à cette cruauté de la théocratie iranienne et même des étrangers et a toujours été un refuge politique pour le régime iranien. Le silence face à la répression interne et au militantisme dans la région a fait du régime une force redoutable qui a osé s’orienter vers l’arme nucléaire, constituant une grave menace pour la région et l’Europe.
Le régime soutient cette politique de l’Occident parce que l’Occident est resté silencieux face à la cruauté de ce régime qui tue et exécute le peuple iranien et même des ressortissants étrangers, et cette politique a été un refuge politique pour le régime iranien.
Le silence face à la répression interne et à la politique belliqueuse dans la région a fait du régime une menace sérieuse pour la région et l’Europe.
N’est-il pas temps, comme le dit le secrétaire général de l’OTAN, d’arrêter de placer le libre-échange au-dessus de la liberté et de soutenir l’opposition démocratique iranienne, le Conseil national de la résistance, qui appelle à la séparation de la religion et de l’État et à l’égalité des sexes ?

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.