Accueil | Entretien par Alexandre Manenti-Tricot | 18 février 2022

Julie Garnier (LFI) : « Quand un élu ne tient pas ses promesses électorales, il doit dégager »

Citoyenneté des jeunes, désarmement de la police, disruption des partis traditionnels : Alexandre Manenti-Tricot, le stagiaire de la rédaction, a rencontré Julie Garnier, oratrice nationale de la France insoumise.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 Regards. Faut-il désarmer la police dans les manifestations ?

Julie Garnier. Au fond, quel est le but d’une manifestation ? C’est de pouvoir exprimer son opinion, souvent différente de celle du gouvernement. Le droit de manifester est extrêmement important, c’est un des piliers de la République parce c’est ce qui fait que l’on peut laisser des avis divergents s’exprimer. Pendant le quinquennat d’Emmanuel Macron, on a vécu une période où le droit de manifester a été extrêmement bousculé. Le gouvernement a eu peur de laisser s’exercer un des droits qui est le plus important : celui de pouvoir penser différemment. Cette dérive est extrêmement grave et aujourd’hui, les personnes ont peur d’aller manifester. Les pratiques des policiers et les blessures qui s’en sont suivies n’y sont pas pour rien. Certains ont quand même perdu un œil ou une main. J’ai connu une période où l’on pouvait venir en poussette en famille ou avec ses enfants. Le rôle de la police, c’est de faire en sorte que cela soit possible de pouvoir revenir avec sa famille en sécurité. Pour faire baisser la pression, il faut que la police arrête d’aller au contact avec les manifestants.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Guillaume Roubaud-Quashie (PCF) : « La politique ne passe pas seulement par le vote »

 

Pensez-vous que le droit de vote devrait être accessible dès 16 ans ?

On est pour le droit de vote à 16 ans ! Le but, c’est d’intéresser les gens à faire de la politique non pas forcément en devenant un politicien mais en prenant conscience que toutes les décisions qui sont prises nous concernent. Tous les jeunes – même lorsqu’ils ne votent pas – sont confrontés à des décisions politiques totalement aberrantes. Nous pensons qu’ils doivent être acteurs et pas seulement des spectateurs.

« Tous les jeunes – même lorsqu’ils ne votent pas – sont confrontés à des décisions politiques totalement aberrantes. Nous pensons qu’ils doivent être acteurs et pas seulement des spectateurs. »

La France insoumise est un mouvement « évolutif » comme vous l’écrivez sur votre site. Vous cherchez à inventer une nouvelle forme de rassemblement citoyen. Cela ne nous fait pas penser au mouvement qu’Emmanuel Macron a voulu mettre en place ?

Quand un candidat est élu sur la promesse de faire telle ou telle chose et qu’il ne le fait pas, il doit dégager par le biais d’un référendum. C’est comme quand on engage quelqu’un pour quelque chose et qu’il ne le fait pas : bah il est viré. Il n’a pas tenu sa promesse. Il doit partir.

 

Alexandre Manenti-Tricot

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.