Accueil | Par Pierre Jacquemain | 16 juin 2022

Mais pour qui Fabien Roussel roule-t-il ?

Chaque jour, retrouvez #LaMinutePolitique de Pierre Jacquemain.

Vos réactions (13)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

Camarade Mélenchon ?
– Présent.
Camarade Faure ?
– Présent.
Camarade Bayou ?
– Présent.
Camarade Roussel ?
Camarade Roussel ?
Bon… Camarade Roussel absent. Encore absent. Toujours absent.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
On a décortiqué pour vous le score de la Nupes aux législatives

 

Mais à quoi joue Fabien Roussel, le secrétaire national du PCF ? Pour qui roule Fabien Roussel ? Souvenez-vous, le jour du lancement de la NUPES le 7 mai dernier, l’image était incroyable, impensable quelques jours avant. Toute la gauche et les écologistes étaient rassemblés à Aubervilliers. Discours de Mélenchon, de Faure, de Bayou. Discours de Roussel aussi. Discours de Roussel sauf que dès après, il quittait l’estrade historique pour aller marier des amis à lui dans le Nord, avait-il promis. La photo tant attendue des quatre chefs de parti n’arrivera pas. Roussel boude. Se démarque. Et fait bande à part.

Depuis, le numéro 1 du PCF n’apparaît dans aucun cadre collectif de la NUPES. Absent des grands rendez-vous, absent des grands meetings, absent aussi des conférences de presse. C’est Ian Brossat, l’adjoint communiste à la maire de Paris, qui le remplace dans chacun des événements NUPES et dans les médias. Remarquez, ça n’est peut-être pas plus mal. L’élu parisien est loyal à la NUPES, le verbe haut et les phrases ciselées. Loyal… tout ce que n’est pas Fabien Roussel dans cette campagne inédite et pourtant porteuse d’espoir pour toute la gauche. Il ne rate pas une occasion pour mettre des bâtons dans les roues, non pas de la NUPES il est vrai – c’est sans doute en partie grâce à elle qu’il devrait regagner son siège de député –, mais à Jean-Luc Mélenchon, devenu sa principale cible.

Sur le nucléaire, les pratiques alimentaires, Taha Bouhafs, la police : dès qu’il peut, il ne manque pas une occasion pour se démarquer de Mélenchon. Il veut apparaître comme une personnalité raisonnable, presque consensuelle, aux yeux non pas de la gauche mais de l’ensemble de la classe politique. Ça ne paye pas vraiment à gauche. Mais à droite, si. Les Gérald Darmanin, Jean-Michel Blanquer et autres Marlène Schiappa n’ont pas de mots assez doux pour vanter ses qualités. Jusqu’à la Première ministre, Élisabeth Borne, qui appelle à voter pour lui, qui se retrouve en difficulté face à un candidat du Rassemblement national. Ce qu’elle n’aurait pas fait si ça avait été un candidat insoumis parce que, vous savez, les insoumis mangent les enfants.

Alors pour qui roule Roussel ? Pour lui. Roussel croit dans ses chances. Il croit surtout et toujours dans la capacité du PCF, centenaire, de redevenir une force centrale à gauche. Il veut un PCF indépendant. Autonome. Et le cadre de la NUPES ne lui laisse que trop peu d’espace pour défendre ses idées et sa stratégie : la stratégie identitaire. Celle pour laquelle les communistes l’ont conduit à la tête du parti. Roussel a fait 2,3% à la présidentielle. Sans la NUPES, le groupe communiste à l’Assemblée nationale n’aurait été qu’un lointain souvenir. Avec la NUPES, il devrait pouvoir préserver ce groupe. Mais Roussel s’en fout, c’est sa réélection qui l’importe coûte que coûte. Pas très reconnaissant, le camarade Roussel. Rancunier et revanchard aussi. Au point de claquer la porte de la NUPES dimanche soir ? Pas improbable. Quitte à fracturer et à morceler plus encore la famille communiste.

 

Pierre Jacquemain

Vos réactions (13)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Le but de Fabien Roussel est de sauver le groupe parlementaire communiste, quoi qu’il en coûte. C’est un enjeu vital pour tout parti. Mais pour atteindre ce but, le PCF est contraint à des alliances dont il ne maîtrise presque rien. Pour se nourrir, il mange dans la main qu’il aimerait couper.

    Glycère BENOIT Le 16 juin à 22:01
  •  
  • Bah ?
    Vous n’êtes pas en forme ?
    C’est la chaleur qui vous affaibli ?

    Il manque vos phrases habituelles sur la démocratie en danger face au communisme !

    À moins que vous soyez fan de Fabien Roussel ?

    Mackno Le 17 juin à 13:03
  •  
  • Le top de l’insoumission est d’être insoumis à Mélenchon.
    Roussel a toutes les raisons de garder ses distances

    milhac Le 17 juin à 14:22
  •  
  • Merci Mackno pour le coup de pub que vous me faites. Je ne vous en demandais pas tant. Pour le reste je m’en tiens à la règle classique : don’t feed the troll.

    Glycère BENOIT Le 17 juin à 19:23
  •  
  • Ras le Bol de ce média partisan !

    Valeurs actuelles, ou Le figaro ne feraient pas pire .

    Depuis le début de la présidentielle, Regard se comporte comme un média totalement soumis à Mélenchon, sans aucune retenue et sans aucun discernement.

    Cette stupidité présage mal de l’avenir ;

    Pierre Jacquemin se met maintenant à lire dans le marc de café pour nourrir son anti Roussel.

    A quand Regard scandant lui aussi ’’Roussel à la Poubelle’’ comme le font systématiquement les ’’insoumis de sa circonscription au lieu d’aller convaincre les abstentionnistes ou les salariés et ou retraités qui votent à droite ou à son extrême.

    @rthurr

    Arthurr Le 17 juin à 19:37
  •  
  • @Arthurr. Regards est un média partisan. En soi cela n’a rien de choquant. Un journaliste a le droit, sans contrevenir à la déontologie de sa profession, d’agir avec sa plume comme un militant encarté. La seule restriction est de ne pas diffuser de fausses nouvelles. Ni le mensonge par omission ni une présentation tendancieuse des faits ne sont incriminables. Pierre Jacquemain est un militant et se comporte comme tel. Il travaille pour Mélenchon. Ce n’est pas une faute professionnelle.

    Par ailleurs votre position est intéressante : vous en appelez aux électeurs de LR et du RN (cela correspond pour l’essentiel à la droite et son extrême) pour qu’ils reportent leurs voix sur la NUPES au second tour. Si LR ou le RN font pareil pour un report en leur faveur respectivement, qu’en dites-vous ?

    Glycère BENOIT Le 17 juin à 20:07
  •  
  • Le Roussel basching ! Il y avait longtemps à regards

    Dropsit Jean Pierre Le 17 juin à 20:21
  •  
  • pour moi ce qui compte c’est le programme proposé.
    Et un salarié retraité et/ ou un salarié ou un jeune qui vote à droite ou à son extrême scie la branche sur laquelle il est assis.

    Les propositions de l’extrême droite sont suffisamment claires et leur mise en application dans les villes gérées par cette dernière le sont aussi.
    Quant à la droite -et Macron en fait pleinement partie, on les a vus à l’oeuvre, pour ce qui est du ’’Massacre à la tronçonneuse’’ des capacités de production et des conquêtes sociales, dont ont pourtant largement bénéficiés les ’’Boomers-clients- consommateurs -cueilleurs’’ qui s’abstiennent aujourd’hui sans regarder l’histoire et sans s’informer sur les différents programmes proposés.
    Quant à Regard et Pierre Jacquemain, ils devraient aussi savoir que le culte de la personnalité, dont ils font preuve sans retenue, a lui aussi largement donné toute la mesure de son inefficacité et de sa perversité.

    @rthurr

    Arthurr Le 17 juin à 20:39
  •  
  • @Arthurr. Le ‘pour moi’ que vous mettez en tête peut se lire : ‘pour l’électeur que je suis’. Vous avez raison de regarder en premier lieu la faisabilité des programmes des divers partis ou alliances de partis proposés aux élections. Non moins en trouvant celui du RN irréaliste par son coût. Moi aussi je vote et je trouve celui de la NUPES aussi irréaliste, avec ses largesses mirobolantes. La rationalité économique n’est pas le fort des programmes proposés par les formations extrêmes du champ politique. L’idée est qu’en aucun cas ils ne seront en mesure de le mettre en application, et qu’ils lui réservent, en cas de bonne fortune dans les urnes, le sort des promesses électorales.

    Mais l’opprobre qui frappe le RN n’est pas fondé sur le déséquilibre de ses calculs économiques. On lui jette du fasciste, du raciste, de l’antirépublicain, bref ses électeurs sont des pestiférés. Ils ne perdent pas ce statut quand on les sollicite. On ne peut tenir un discours qui tantôt les cajole tantôt les vomit. S’ils sont de bons électeurs pour reporter leurs voix sur d’autres candidats que ceux de leur parti, alors ils sont aussi de bons électeurs quand ils demandent qu’on en fasse autant pour les leurs, à titre de réciprocité.

    Glycère BENOIT Le 18 juin à 10:15
  •  
  • Il ne faut pas confondre le RN et l’ensemble de ses électeurs qui pour une bonne part sont des gens qui ont été abusés et malmenés par la droite et les antisocio-libéros au pouvoir.

    Libéros au pouvoir prétendant faire le bonheur des gens (salariés, retraités, jeunes et vieux), les ont tous mis en concurrence (surtout les plus basses couches sociales) en externalisant (avec l’argent public), démantelant évidemment les services publics, et les contrôles, et ont fait et refait le lit des Le Pen.

    Supprimant tous les moyens humains et matériel à l’Etat régulateur pour les plus grands profits des saigneurs dont les marges et les rentes ont explosé.

    Le programme de la Nupes n’est pas irréaliste, il n’y a jamais eu autant de disponibilités planquées dans les coffres le yachts et les paradis fiscaux, il suffira se se donner les moyens pour aller les chercher.

    Et qu’on ne vienne pas nous opposer les contraintes et les traités €uropéens quand on voit comment ils s’y assoient dessus quand ça les arrange.

    @rthurr

    Arthurr Le 18 juin à 10:56
  •  
  • Arthur,

    Ne perdez pas votre temps à vouloir débattre avec Monsieur Glycere Benoît.
    Il n’en est pas capable.

    C’est un électeur de droite (ça il a le droit) qui milite pour la grande alliance de LR avec le RN.
    Parce que, selon lui et sa finesse d’analyse politique, le RN n’est pas un parti à tendance fasciste, n’a pas un programme raciste de ségrégation et n’est pas du tout dangereux pour la République. Enfin moins que la gauche, selon son point de vue.

    Ça résume sa capacité à appréhender le réel. Lol.

    Mackno Le 18 juin à 11:17
  •  
  • Athurr
    N’écoutez pas les conseils de Mackno : c’est un troll. Don’t feed the troll.

    Glycère BENOIT Le 18 juin à 13:10
  •  
  • @Arthurr. Juger que le programme de la NUPES n’est pas irréaliste, donc qu’il est applicable, c’est votre avis. Ce n’est pas le mien. Nos avis respectifs sont tous les deux également respectables, qu’on ne puisse guère les concilier n’empêche pas le dialogue. Il nous y invite : un débat est nécessairement contradictoire.

    Plus largement, c’est le droit de tous les citoyens d’avoir leur opinion et de l’exprimer. Personne n’est fondé à faire une discrimination parmi eux entre ceux qui ont des opinions conscientes, intellectuellement valides et ceux qui sont trop bêtes pour participer au débat politique, dont le bulletin de vote ne vaut rien, et qu’on peut manipuler sans égards : quand ils votent pour leur camp ce sont des monstres, quand on peut les attirer à soi pour les gruger cela n’a rien d’incivique.

    Une telle conception de l’action politique est contraire aux principes de la démocratie. Les électeurs du RN, qui pensent eux que le programme de leur parti n’est pas irréaliste, ce qui les distingue de vous et moi, votent en conscience. C’est sur ce dernier point que nous ne sommes pas d’accord. Ils ne sont pas des robots décérébrés. Les robots, c’est dans le socialisme, qui prétend faire le bonheur des gens malgré eux : personne ne vote.

    Glycère BENOIT Le 18 juin à 13:51
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.