Accueil | Reportage par Pablo Pillaud-Vivien | 29 septembre 2022

Manif du 29 septembre : des poings levés, des rires et quelques gouttes de pluie

250.000 personnes étaient dans les rues de France pour demander des hausses de salaires et dire non aux contre-réformes de l’assurance-chômage et des retraites. Compte-rendu de la mobilisation parisienne.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Des poings levés, des rires et quelques gouttes de pluie : la mobilisation intersyndicale de ce jeudi 29 septembre a permis aux uns, aux unes et aux autres de retrouver le chemin des luttes. Le contexte inflationniste et les perspectives de contre-réformes de l’assurance-chômage et des retraites sont sur toutes les lèvres : on en parle avec, comme le dirait une manifestante, « une fatalité combattive. » Même si on sait que les batailles seront difficilement victorieuses avec « un gouvernement qui n’écoute ni la rue, ni les syndicats », ce n’est pas le moment de « quitter la barricade. »

« Le gouvernement nous prend pour des buses et pense que l’on va leur laisser faire leurs réformes structurelles parce qu’on a le nez dans nos problèmes du quotidien liés à la hausse des prix », ajoute un militant de Sud-Éducation. Comment concilier toutes les revendications, de la situation ultra tendue à l’hôpital jusqu’à la demande d’augmentation généralisée des salaires en passant par la crise provoquée par les différents ministres dans l’Éducation nationale ? « La mère des batailles, c’est celle du travail : il faut que l’on puisse en avoir et que l’on puisse en vivre décemment », affirme un délégué CGT. « C’est pas gagné », susurre un manifestant qui passe derrière lui, habillé d’un gilet jaune griffé d’une myriade d’autocollants, ajoutant aussitôt : « Mais on est là, on est là, même si Macron ne veut pas, nous on sera là. »

Les organisateurs revendiquent 250.000 manifestants : vu les conditions météorologiques, c’est plutôt pas mal. En tous les cas, le mauvais temps n’a pas empêché les responsables syndicaux et politiques : de Philippe Martinez (CGT) à Murielle Guilbert (Solidaires) en passant par Benoît Teste (FSU), de Mathilde Panot (LFI) à Olivier Faure (PS) en passant par Sandrine Rousseau (EELV) et Fabien Roussel (PCF), tous et toutes ont arpenté les avenues entre Denfert-Rochereau à Bastille.

Et la suite ? « Réussir à renverser le rapport de forces qui, pour l’instant, nous est défavorable. » En s’appuyant sur la colère des salariés et des fonctionnaires, les statu quo d’apparence qui se transforment le plus souvent en dégradations des conditions de travail et les attaques répétées à l’encontre des minima sociaux qui fragilisent le rapport potentiel employé/potentiel employeur au bénéfice de ce dernier, les réponses coordonnées sont à construire, le projet commun à expérimenter tous et toutes ensemble. La prochaine mobilisation sera la « marche contre la vie chère » du dimanche 16 octobre prochain, initiée par la NUPES – sauf le PCF. Une marche à laquelle un député insoumis nous a glissé qu’il espérait encore que les syndicats se joignent « s’ils arrivent à dépasser leurs égos. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • 250 000 manifestants selon la CGT, 118 500 selon la police.

    Glycère BENOIT Le 1er octobre à 07:07
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.