Accueil | Par Pierre Jacquemain | 10 juin 2022

Mélenchon/NUPES : pourquoi la victoire est possible

Chaque jour, retrouvez #LaMinutePolitique de Pierre Jacquemain.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

Un président ne devrait pas dire ça. Si vous votez pour la NUPES, « on va vous interdire de couper les arbres chez vous », a déclaré Emmanuel Macron. La séquence est surréaliste. On s’interroge. De quoi parle-t-il ? Ce monsieur est Président ? Il parle de qui ? De quoi ? C’est insensé. Et pourtant… c’est ainsi que le locataire de l’Elysée est sorti du bois ou plutôt est rentré en campagne à cinq jours seulement du premier tour des législatives. Faut-il s’en étonner ? Non. Il avait déjà mené une non campagne, avec un non programme, lors de la présidentielle. Et il récidive aux législatives. Mais là, à écouter les fidèles parmi les fidèles du gouvernement, il y avait urgence à réagir. À agir tout court même. Quitte à dire n’importe quoi – jusqu’à s’immiscer dans les foyers qui ont du bois à couper chez eux, et les inquiéter. Alors du coup, dans la précipitation, ils n’ont pas été avares en approximations. Au point que Libé s’interroge aujourd’hui, en Une : « Mélenchon mange-t-il les enfants ? »

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Faure à gauche toute !

 

C’est le premier signe qu’une victoire est possible. La fébrilité de ses adversaires. Et ils ne sont pas isolés. Comme c’est le seul à faire campagne, Jean-Luc Mélenchon est l’objet de toutes les attentions. Même Marine Le Pen, invitée ce matin de BFM, semblait légèrement paniquée. « Jean-Luc Mélenchon a moins de chance d’être Premier ministre que moi de gagner au Loto sans jouer », a-t-elle ironisé. C’est marrant mais quand elle dit ça, on entendrait presque sa petite voix en détresse dire « Mais c’est qu’il va gagner ce con ».

Et oui, c’est possible. Et ils sont nombreux à paniquer. Au point que le monsieur comptes publics du gouvernement, Gabriel Attal, parle de « guillotine fiscale » – rien que ça – pour dénoncer le programme économique de la NUPES. Pas de bol, celui qui a été sacré meilleur jeune économiste de France, Thomas Piketty et plusieurs dizaines d’autres économiques viennent de publier une tribune pour dire combien ce programme était solide – loin, bien loin des caricatures du patron de Berçy.

Par ailleurs, c’est curieux d’interroger la crédibilité des programmes économiques de la gauche quand on est porteur soi-même d’une politique de droite qui se poursuit d’un quinquennat à l’autre et qui n’a été jusque-là crédible que pour accroître les injustices ?

Une victoire est possible donc. Et les sondages – pour ce qu’ils sont – donnent une légère avance aux candidats de la NUPES. Quand on se rappelle que les sondages des précédents scrutins ont toujours sous-estimés la gauche, on peut légitimement se dire que, dimanche, la NUPES pourrait créer la surprise.

Et si l’on peut, on doit, se méfier des lectures hasardeuses des sondages, ils sont unanimes : la victoire peut basculer d’un bloc à l’autre. Pour Brice Teinturier d’Ipsos, dont le dernier sondage donne la NUPES en tête, 127 sièges se joueraient à un point où deux et 52 sièges à seulement un point. Ce qui le fait dire que 40 à 50 sièges pourraient riper du côté de la Macronie ou du côté de la NUPES. En 1997, à dix jours du second tour, la droite était donnée largement victorieuse. Mais le 1er juin 1997, c’est une autre histoire qui s’est écrit : celle de la gauche plurielle. Des années Jospin. Et de la cohabitation.

 

Pierre Jacquemain

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Une victoire à la Pyrrhus ? sans majorité parlementaire, inatteignable pour la Nupes, en butte à la cohabitation avec un président hostile et disposant de pouvoirs étendus pour nuire aux projets d un éventuel gouvernement de gauche. avec des dirigeants européens hostiles et qui combattront les projets en rupture avec le neoliberalisme de ce gouvernement. avec les grands patrons , les actionnaires, les banquiers , la FNSEA qui savonnetont la planche du gouvernement et militeront activement pour le faire échouer. avec les divisions de la gauche qui la fragiliseront pour prendre les mesures radicales qui s imposent pour changer vraiment notre quotidien, et d abord celui des plus vulnérables qui désespèrent depuis si longtemps de la gauche et de ses promesses vides.
    évoquer la bonne surprise de 1997, c est bien joli mais il faudrait aller jusqu’à la conclusion de ce chapitre des illusions de la gauche, avec la "surprise " de 2002 , l élimination de Jospin par Le Pen au 1er tour des présidentielles. se rappeler que cette gauche là a privatisé à tour de bras ( France Télécom...), a acté les privatisations en Europe avec le traité de Lisbonne, ne "pouvait rien faire" pour les ouvriers de Vilvoorde...
    où est le bilan critique de cette gauche là ? Le PS n est même pas fichu de faire celui des années Hollande, Valls, Cazeneuve, El Khomri , c est dire si la situation n est pas mûre pour une politique de gauche radicale.
    En fait, la position réaliste ne devrait elle pas être de vouloir le plus de député e s Nupes à l assemblée pour emmerder autant que possible Macron, en l empêchant d avoir la majorité absolue, et en continuant parallèlement à travailler le programme et la méthode de la gauche avec les gens, notamment dans les quartiers populaires, mais pas que...pour faire émerger une véritable force de transformation sociale, s appuyant sur le peuple et non pas seulement des partis de plus en plus contestés ?
    Nous ne pouvons pas nous permettre une nouvelle désillusion, sinon nous aurons la droite et le fascisme pour longtemps.

    gregory Kotoy Le 10 juin à 14:33
  •  
  • Oui rappelons nous aussi les bonnes mesures du gouvernement Jospin

    13 juin 1998 Loi Aubry visant à informer le patronat du passage aux 35 heures
    29 juillet 1998 : loi relative à la lutte contre les exclusions. Donne entre autres le droit d’ouvrir un compte bancaire aux plus démunis, dont les étrangers en situation précaire, notamment les sans-papiers
    29 juillet 1998 : loi relative à la lutte contre les exclusions. Donne entre autres le droit d’ouvrir un compte bancaire aux plus démunis, dont les étrangers en situation précaire, notamment les sans-papiers
    27 juillet 1999 : loi instituant la Couverture maladie universelle (CMU).
    15 novembre 1999 : loi instituant le Pacte civil de solidarité (PACS)
    Et en 2000
    RTT : loi instituant les 35 heures
    Création de l’allocation de rentrée scolaire (ARS).
    Suppression de la vignette automobile pour les particuliers.
    Baisse de la TVA de 20,6 à 19,6 %.
    Baisse de l’impôt sur le revenu
    Loi tendant à favoriser l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives (3 mai 2000)
    Loi instituant l’Aide médicale d’État (AME).
    15 juin 2000 : loi Guigou sur la présomption d’innocence.
    Loi Besson sur les gens du voyage, du 5 juillet 2000.
    Référendum sur le quinquennat présidentiel (24 septembre 2000).
    13 décembre 2000 : loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU) imposant un quota de 20 % de logements sociaux par commune.
    2001
    Création du congé de paternité.
    Loi instituant l’Allocation personnalisée d’autonomie pour les personnes âgées.

    Le social avec du Liberal.
    Le socialisme
    Il s ’est fait liquider par le NPA, 4,5 % aux elections qui a passé son temps à casser les Socialistes.
    Et donc avec un magnifique bilan social et economique, il s ’est fait dépassé par Le pen avec 16,9 % contre 16,2% pour Jospin.

    La gauche radicale ne gouverne jamais mais gagne son electorat uniquement en detruisant ses concurrents ou ses alliés.

    Même topo pour Melenchon. A chaque fois qu’il se présente, on se retrouve avec du faschisme au deuxieme tour.
    Qu’importe qu’on se retrouve avec 5 ans de plus de Macron, et Lepen au second tour. L’important est qu’elle soit la principale force de l’opposition et tout son electorat se roule par terre d’avoir enfin détruit le PS. " Youpie, on a gagné, on a fait 22% !"
    Et encore la gauche radicale n’est pas même pas capable de voter Macron contre Lepen. Cà en dis long sur son antifaschisme.

    La gauche radicale n’a jamais eu l’intention de gouverner.
    Des places confortables de deputés, grassement payés, des emplois confortables, et c ’est tout.
    Quelques détournement de fonds aussi avec les frais de campagne ou leur WEBTV. Et du vide.

    Je pense qu’il est temps désormais de changer la sémantique du mot Gauche.

    Gauche = Ensembles des partis poliques à sensibilité polique, ayant des resultats au niveau Polique en matière de social.
    Exemple : Socialistes au pouvoir, ou PCF au niveau local. Et d’autres ...

    Gôche : Partis fantaisistes et opportunistes qui ne sont pas capable de gouverner mais dont leur seul force est de contredire.

    J’irais quand même voter Nupes. Par respect pour le PS et le PCF.

    bdpif Le 11 juin à 19:55
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.