Accueil | Par Loïc Le Clerc | 26 janvier 2022

Mythomanie : toujours pas de vaccin pour Darmanin

Le ministre de l’Intérieur n’a-t-il pas un sérieux problème avec la vérité ?

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

On entend souvent que, en politique, les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. Que dirait-on des mensonges ? Pas des mensonges politiques du genre « mon ennemi, c’est la finance », pas des mensonges d’État « les yeux dans les yeux ». Non, des petits mythos d’enfant. De ceux qui se voient comme le nez au milieu de la figure.

À ce jeu-là, Gérald Darmanin domine le game. Il ment, ça se voit, et tout le monde s’en fout.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Gérald Darmanin, serial mythomane

 

Ainsi, le 25 janvier, était-il l’invité de la matinale de France Inter. Et le bougre était en forme.

« Aujourd’hui, les femmes qui sont psychologiquement ou physiquement atteintes par leur compagnon déposent plainte systématiquement, systématiquement il y a désormais des garde à vue, systématiquement il y a des poursuites judiciaires. »

ALERTE MYTHO !!!

via GIPHY

Gérald Darmanin ment. Trois fois. Et pour « prouver » qu’il ment, il suffit de se rendre sur le site… de l’Intérieur. En 2020, le ministère a publié un rapport – « Les violences conjugales enregistrées par les services de sécurité en 2019 » – où l’on peut constater que sur les 295.000 personnes (hommes et femmes donc) s’étant « déclarées victimes de violences physiques et/ou sexuelles par leur conjoint ou ex-conjoint [...] les forces de sécurité ont enregistré un peu plus de 142.000 victimes ». Par ailleurs, dans un autre rapport de 2019, du ministère de la Justice, il est indiqué que dans 80% des cas de féminicides, les plaintes (non systématiques) sont classées sans suite.

Remarquez tout de même la cohérence de l’exécutif : en décembre dernier, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti estimait que, concernant la lutte contre les violences faites aux femmes, le gouvernement « a fait le job ».

War on drugs

Mais Super-Gégé était dans un bon jour. Après avoir mis au pas le patriarcat, il s’en prend à une drogue qui ravage les quartiers : le CBD (la molécule non-psychotrope du cannabis) – plus connu sous le nom de « infusion nuit tranquille » [1]. Le locataire de la place Beauvau mène une lutte acharnée contre la drogue. Avec lui, Pablo Escobar aurait été enfant de cœur en la Sainte-Basilique de Tourcoing. Mais passons.

« Regrettant » la suspension par le conseil d’État de l’arrêté interdisant le commerce de fleurs et de feuilles de CBD, Gérald Darmanin peste : « De manière générale, toutes les substances qui relèvent du cannabis, de la drogue, sont très mauvaises pour la santé. On n’a pas augmenté le prix du tabac à dix euros pour qu’on accepte la légalisation, la dépénalisation du cannabis. »

Gérald Darmanin va-t-il bientôt partir en croisade contre la Tourtel Twist et ses 0,01% d’alcool ? Dieu seul sait.

 

Un dernier pour la route Gérald ?

Gérald Darmanin : « Est-ce que vous accepteriez que j’expulse des étrangers en Afghanistan qui vont dans un État dictatorial qui s’appelle les talibans ? Vous me répondrez que je suis humain et vous aurez raison. »

Les faits :

Allez Gérald, commence par prendre un peu de CBD et si dans trois mois ça ne passe pas, on fera des examens plus approfondis.

 

Loïc Le Clerc

Notes

[1Ceci est une blague.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.