Accueil | Par Loïc Le Clerc | 12 octobre 2022

Sachez-le, on peut dire que Le Pen est fasciste, mais pas que le RN est xénophobe (selon la Macronie)

La présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet vient d’inventer le concept de « xénophobie selon le contexte ». Alors gare à vous si vous qualifiez l’extrême droite de la sorte !

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

« Je me vois contrainte de prononcer un rappel à l’ordre, parce que vous avez utilisé à la tribune le mot "xénophobe" à l’égard d’un parti politique. Je venais de rappeler qu’il fallait avoir une attitude respectueuse les uns envers les autres. »

Voilà comment Yaël Braun-Pivet, la présidente de l’Assemblée nationale, a sanctionné la députée du parti présidentiel Astrid Panosyan-Bouvet, ce mardi 11 octobre.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
La Macronie, du barrage au tremplin

 

Mais qu’avait donc dit la bougre pour mériter un rappel à l’ordre ? Évoquant le projet de loi sur l’assurance-chômage, Astrid Panosyan-Bouvet s’est plaint de l’opposition des oppositions – elle ne sera pas la seule parlementaire ce jour-là à découvrir que l’eau mouille et que le feu brûle. Se faisant, elle déplore que les députés du Rassemblement national se place en « pourfendeurs d’une préférence nationale, nauséabonde et indigne », ce qui lui vaudra ce commentaire : « Difficile de masquer un ADN xénophobe vieux de 50 ans, fêté encore tout récemment dans cet hémicycle ».

Xénophobe, non, fasciste, oui !

Il est audacieux de la part de la présidente du Palais Bourbon de sanctionner l’emploi de ce qualificatif au prétexte qu’il ne serait pas « respectueux ». Le RN vient de fêter ses 50 ans, assumant de fait sa filiation au FN, parti fondé, entre autres, par des Waffen SS et des collabos. Au-delà de ce « détail de l’histoire », le parti des Le Pen a toujours fait de la haine de l’étranger l’essence de son moteur politique : haine des juifs, haine des arabes, haine des noirs, haine des migrants, haine des musulmans, etc., etc.

Si l’on s’en tient à la définition donnée par le Larousse, la xénophobie est une « hostilité systématique à l’égard des étrangers, de ce qui vient de l’étranger ». Il semble donc purement factuel de qualifier ainsi le RN. On imagine, comme le rappelle non sans ironie Éric Mandonnet, rédacteur en chef politique à L’Express, que Yaël Braun-Pivet aurait sanctionné de la même façon Jacques Chirac qui, en 1998, parlait du FN comme d’un « parti de nature raciste et xénophobe ».

Plus tard, lors de cette séance parlementaire, la présidente du groupe LFI, Mathilde Panot, s’est inquiétée à l’occasion d’un rappel au règlement, de la « dérive » de l’Assemblée nationale : « Il serait dangereux pour la liberté d’expression de notre Assemblée que nous ne puissions pas utiliser des caractéristiques politiques ». Et Yaël Braun-Pivet de lui répondre : « Il y a les mots, mais il y a aussi le contexte ». Vous serez donc ravis de savoir que l’extrême droite n’est xénophobe que selon le contexte.

Ce mercredi, c’est Jordan Bardella qui réagissait sur le sujet : « Je combattrai politiquement de toutes mes forces les caricatures qui sont faites du Rassemblement national et les accusations de xénophobie qui nous sont faites [...] Mais je considère que des critiques, dans l’enceinte de la démocratie française, ont le droit d’être prononcées ». Le candidat à la présidence du RN nous dessine ici sa conception du débat parlementaire, basée sur la « liberté d’expression » et opposée à toute forme de censure.

Peut-être qu’in fine, Astrid Panosyan-Bouvet aurait mieux fait d’employer le terme « fasciste », la justice ayant donné raison à Jean-Luc Mélenchon en 2017 pour parler ainsi de Marine Le Pen. Mais la justice française n’a pas besoin, elle, de ménager de potentiels partenariats avec l’extrême droite.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Le RN et Macron main dans la main à l’Assemblée, saison 2

 

 

Loïc Le Clerc

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Un article qi est une invitation à réfléchir sur le sens des mots. Les politiciens considèrent souvent qu’ils en disposent. Lesquels, de ceux de droite ou de ceux de gauche, pratiquent le plus de cet abus de langage ? C’est en tout cas un abus qui doit être dénoncé.

    Au passage on rappellera que le mot ’fascisme’ désigne tout ce qui concerne le régime italien de 1922 à 1943. C’est cela le fascisme et rien d’autre.

    Glycère BENOIT Le 12 octobre à 21:08
       
    • Et l’Espagne de Franco ? Et le Portugal de Salazar ?
      Et Rex en Belgique avec Léon Degrelle ?

      Sheena Le 18 octobre à 22:03
  •  
  • @Sheena. Les cas que vous citez sont des régimes autoritaires, dictatoriaux. On peut les désigner par des noms et les qualifier par des adjectifs sans qu’il y ait lieu de faire une analogie avec le régime de Mussolini. Les dictatures existaient bien avant lui, elles existent après lui.

    Les régimes ennemis de la démocratie ne sont pas forcément de droite. Il y en a aussi de gauche : les Etats communistes (Chine, Cuba, RPDC, Vietnam). Il y a les théocraties (Iran, Arabie saoudite) plus difficiles à classer. Et les autorités de fait issues de coups d’Etat ou de la fraude électorale (Biélorussie, Venezuela). Loukachenko est un ancien apparatchik communiste. Son pedigree ne plaide pas pour un penchant de droite. Celui de Poutine, ancien guébiste, non plus.

    Diriez-vous que la Chine est un pays fasciste ? ou l’Iran ? Faut-il être européen pour être fasciste ?

    Glycère BENOIT Le 18 octobre à 22:26
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.