Accueil | Par Pablo Pillaud-Vivien | 22 janvier 2022

C’est quoi cette abstention des députés insoumis sur le génocide ouïghour ?

Jeudi 20 janvier 2022, sur proposition des députés socialistes, une résolution dénonçant le génocide ouïghour a été votée à la quasi-unanimité de l’Assemblée nationale. Seuls les députés insoumis et un député communiste se sont abstenus.

Vos réactions (8)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

À la tribune de l’Assemblée, Clémentine Autain a expliqué l’abstention de son groupe. Surprise et déception parmi les défenseurs de la cause ouïghoure : la députée LFI de Seine-Saint-Denis a continûment agi en faveur des Ouïghours, relayant même des mots d’ordre dénonçant le génocide contre ce peuple musulman, aux confins de la Chine. Aussi rappelait-elle dans son intervention le caractère « glaçant » (tortures, viols, travail forcé, détentions de masse, fœtus arrachés…) des témoignages qui nous proviennent de Chine, et parlait de « dynamique génocidaire » en cours.

Surenchère verbale... et dans les actes ?

Comment expliquer cette abstention ? Plusieurs arguments sont avancés par la députée pour justifier ce choix. Le premier porte sur la précision des mots dans l’hémicycle et sur l’usage, dans un texte voté par des députés, du terme de génocide. Cet argument aurait sûrement pu avoir davantage de poids si son collègue François Ruffin n’avait parlé la même semaine de « la banalité du mal » à propos de la gestion de la crise sanitaire. Il reprenait ainsi, pour fustiger la politique menée par le gouvernement et l’Élysée, un concept que la philosophe Hannah Arendt, théoricienne du « totalitarisme », utilisait pour caractériser la somme des gestes qui ont conduit au génocide juif. La politique du clash, dont l’usage est destiné théoriquement à heurter le bourgeois et le petit bourgeois, peut se retourner contre son utilisateur. Si la politique sanitaire du pouvoir est rabattue du côté du nazisme, comment ne pas assimiler la distance avec le terme de « génocide » avec de la complaisance vis-à-vis des crimes de masse du pouvoir chinois ?

Distante avec cette surenchère verbale, Clémentine Autain insiste. S’appuyant sur les arguments de l’ONU ou de chercheurs spécialistes, elle conteste, en l’état des connaissances, l’usage du terme de génocide, rappelant qu’il n’est réservé qu’à trois génocides, le génocide arménien, le génocide juif et le génocide tutsi. La politique de Pékin est assurément répressive, attentatoire aux droits humains. Vise-t-elle à l’extermination du peuple ouïghour ? Des spécialistes avancent que le terme de génocide ne rend pas compte de la réalité des actes et des objectifs du pouvoir chinois. À ce stade, Clémentine Autain préfère parler de crime contre l’humanité, même si l’opinion publique tend à confondre les deux. Au fond, elle ne fait que s’inscrire dans la lignée d’Amnesty International qui estime n’avoir pas encore assez de preuves pour parler de génocide. Mais la prudence n’est pas l’indulgence.

Deux poids, deux mesures

Les détracteurs de Clémentine Autain lui opposent que ce type de résolution ne vise pas à figer dans le marbre des vérités : il sert des objectifs politiques, en l’occurrence la reconnaissance internationale et officielle de ce qui se passe dans le Xinjiang. L’abstention du groupe LFI est-elle, dans ce cas, utile au peuple ouïghour et à cette lutte ? La députée de la Seine-Saint-Denis dit ne pas vouloir s’en tenir à cette abstention et annonce qu’elle votera la motion portée par le groupe Territoire et liberté prévue en novembre qui parle de « risque génocidaire » et propose des actions concrètes. « La Chine trouvera davantage d’alliés pour récuser l’accusation de génocide que celle, irréfutable, de crime contre l’humanité » avance-t-elle. Elle entend exiger que l’ONU enquête pour définir la nature exacte de ce qu’il se passe.

Le second argument avancé au nom de la France insoumise est celui de la pratique du double langage. Argument souvent entendu auprès des organisations en faveur des droits de l’homme qui reprochent aux autorités officielles le deux poids, deux mesures. Et il est vrai que le Parlement français est peu mobilisé au côté des Palestiniens ou des Égyptiens… voire pas mobilisé du tout. Sur Mediapart, Clémentine Autain assène que « l’inflation des mots ne peut pas camoufler la faiblesse des actes de ceux qui sont au pouvoir ». Elle relève l’absence significative du ministre des Affaires étrangères au moment du vote et rappelle que Paris s’apprête à envoyer en Chine une délégation pour les Jeux olympiques et ne rechigne pas à rencontrer dirigeants et acteurs économiques chinois. On peut s’étonner de la déclaration du président du groupe LREM, Christophe Castaner, qui reprend le terme de génocide, mais ajoute qu’il ne s’agit pas de « montrer du doigt un État ». Voilà que l’on fustige le crime mais que l’on en dédouane le responsable…

Un parfum de guerre froide

Troisième argument, celui du parfum de guerre froide qui flotte à l’encontre de la Chine. Il est vrai que la lutte pour conserver la suprématie occidentale en matière économique et politique s’intensifie. Joe Biden n’est-il pas venu en Europe chercher le soutien et l’unité des Européens autour de cet axe stratégique majeur ? La France Insoumise et Jean-Luc Mélenchon ne manquent pas de le souligner et de s’y opposer. Il faut sûrement voir dans la récente abstention du groupe parlementaire un refus de participer à une mécanique politique qui nous ramène aux dangereuses expériences du passé. L’alternative à la volonté de puissance occidentale est-elle pour autant trouvée ? On peut en douter. L’argumentaire actuel de LFI trouverait plus de poids s’il n’entrait pas en conflit avec d’autres réflexes de guerre froide, comme de dénoncer systématiquement tout ce qui vient de Washington. Valoriser les vaccins russes, chinois ou cubains face aux vaccins occidentaux ne suffit pas à faire de vous un non-aligné.

Comme nous le confiait un chercheur en politique internationale, sur ce sujet, « l’ambiguïté est un virus politique trop souvent utilisé comme une ressource ». De toutes parts. Parmi les votants d’hier, rares sont ceux qui osent tenir tête à la Chine, car, en fait, on ne croit plus guère aux vertus du multilatéralisme. Celui-ci nécessite patience et longueur de temps. Et, surtout, il exige de conserver les objectifs de défense de « la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables, fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde ». Si les relations internationales devraient se fonder sur le respect intransigeant des principes et des valeurs, on ne peut se contenter de les proclamer aux tribunes des assemblées, sans les assortir des actes qui les font vivre.

 

Pablo Pillaud-Vivien

Vos réactions (8)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • « « l’ambiguïté est un virus politique trop souvent utilisé comme une ressource » » : voilà qui s’applique parfaitement à ce texte amphigourique dont le dernier paragraphe de conclusion résume la duplicité encombrée et la mauvaise foi de son auteur.

    Kryltsov Le 22 janvier à 20:47
  •  
  • L’inanité de ce texte est au croisement de l’inanité des preuves du génocide en question sensées être représentées dans la seule photo à la disposition de l’auteur et celle de la "gauche" parisienne sûre de son fait. Vous êtes des gros nuls en ce qui concerne la compréhension du monde, des laquais qui répétez la narrative atlantiste. Vous n’avez aucune autre preuve de ce génocide que votre intime conviction construite sur des décennies de haine et d’activisme anti-Chine en vogue dans vos milieux qui s’auto-congratulent en permanence.

    Merci à Mélenchon et à la FI pour leur courage. Et bien fait pour Autain qui a dû avaler son bonnet d’ânesse.

    XP Le 23 janvier à 16:04
  •  
  • Abstention absolument scandaleuse. Si les États-Unis faisaient le quart du tiers de ce que fait la Chine en matière de droits de l’homme, les insoumis hurleraient. Leur complaisance avec certains régimes est vraiment embarrassante. Pour cette raison, je ne voterai pas Mélenchon.

    Pascal SOLAL Le 24 janvier à 15:48
       
    • Les usa font bien pire.
      Rappelons que Guantanamo est toujours ouvert, que des gens pris au hasard dans la population y ont été incarcéré, et que la torture y est pratiquée. Les preuves pour le coups sont innombrables, et d’ailleurs les usa ont avoué.

      jojoLePasBobo Le 24 janvier à 19:11
  •  
  • Maintenant que le terme de "génocide" a été acté à l’Assemblée Nationale, il est révoltant que nous n’intervenions pas militairement contre la Chine pour faire cesser cette atrocité, non ?
    Ou bien, sommes nous donc prêt à qualifier l’inacceptable sans lever le petit doigt ? S’il en fallait plus pour décrédibiliser encore la parole politique en la rendant totalement inutile, on aurait pas fait mieux que ce vote...
    Pour ma part, il est plutôt là le scandale !

    carlos Le 28 janvier à 09:35
  •  
  • @carlos. A défaut d’une guerre, comme celle que nous fîmes contre l’Allemagne en 1939, on pourrait prendre des sanctions économiques et diplomatiques contre contre la Chine du même type que celles prises contre l’Afrique du Sud à l’époque de l’apartheid, et pour les mêmes raisons.

    Glycère BENOIT Le 28 janvier à 16:34
       
    • @Glycère
      Est-ce le cas ???????????????
      Est-ce qui a été voté ????????????????
      Je crois que l’intérêt autant que l’ambition d’un tel texte peut-être interrogé à juste titre.

      carlos Le 7 février à 15:38
  •  
  • Peut-être qu’il y en a qui ne pense plus que les Irakiens ont tué les bébés dans les couveuses, que Sadam Hussein possédait de redoutable armes chimiques dont une éprouvette qui pouvait exterminer une grande ville était agitée devant les yeux des journalistes etc. etc. etc. etc. etc. etc.

    Il y a un vrai problème Ouïghour, très compréhensible vu sa position géographiques : Un noyau d’islamiste radicaux qui ont commis des dizaines et peut-être centaine de « Bataclan », « d’attentat de Nice » et autres, et ont causé plusieurs milliers de morts en Chine avec des attentats. Au passage, la Chine contrairement aux USA n’a JAMAIS financé, formé, armé de terroriste islamiste.

    Donc le jour ou vous vous réveillerez et cesserez de vous référer à des canaux d’informations du genre de « La voix de l’Otan », j’ai cité « ’L iMonde », vous commencerez à comprendre ce qu’il se passe vraiment là bas et cesserez de contribuer à répandre guerre et chaos sous des prétexte moraux-qui-puent qui « libèrent » les peuples en détruisant durablement leur pays.

    Haricophile Le 16 février à 13:03
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.