Accueil > Société | Par Amélie Jeammet | 3 mars 2011

16 000 suppressions de postes - Pourquoi les profs ne bougent pas ?

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

L’Education nationale perd 16 000 postes cette
année (86 000 depuis 2003).
Depuis début février,
les bahuts atterrés annoncent les dégâts
pour la rentrée : effectifs explosifs et destruction
de l’offre de formation. Certains s’inquiètent :
tous les élèves auront-ils une place ? Dans le
même temps, les moyens du privé augmentent :
la droite désosse l’école publique.
Las ! Seuls 17 % des personnels ont participé à la
grève du 10 février selon le ministère. Une poussière
dans l’oeil de Luc Chatel. Depuis l’échec
cuisant de la mobilisation de 2003, l’Education
nationale n’a connu aucun mouvement d’ampleur.
« Contraintes financières », divorce d’avec
les syndicats, souci – conscience professionnelle
ou narcissisme – de ne pas «  pénaliser les
élèves
 » ? Au fond, le sentiment d’impuissance
domine. « De toutes façons, les magistrats nous
volent la vedette.
 » Entendu dans une assemblée
générale de grévistes, pas faux.
Mais les profs partagent de plus en plus le sentiment
qu’on attente à leur dignité et à celle de
leurs élèves : « On nous prend pour des chiens ! »
Dans les AG, on cherche une alternative aux
vaines grèves perlées : grève du zèle, occupations,
refus de tâches administratives… Leur dénominateur
commun ? Gripper la machine pour
attirer l’attention de l’opinion, et faire remonter la
culpabilité sur la hiérarchie, tenue pour responsable
de la souffrance d’enseignants sciemment
empêchés de faire leur métier. Si ce sursaut de
dignité collective l’emporte sur la tendance dépressive,
les actions locales pourraient se multiplier.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?