Accueil > idées/culture | Par | 2 mai 2007

"AG45 - La Maison des médias libres" : quel relogement ?

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

La maison des médias associatifs et coopératifs (AG45) est menacée d’expulsion de ses locaux ( Cours du Maroc, 45 rue d’Aubervilliers dans le 18ème arrondissement de Paris). La mairie de Paris n’a pour l’instant rien proposé de satisfaisant et d’accessible financièrement pour les associations. L’AG45 regroupe des organismes médiatiques associatifs, coopératifs et indépendants, avec notamment « co-errances », une coopérative de diffusion et de distribution de revues, films et sons ( www.co-errances.org), « Fréquence Paris Plurielle », une radio libre animée par les associations, pour les associations (106.3 Fm), « Réseau 2000 », un pôle technologique de démocratisation et d’accès aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (www.reseau2000.net), « Zaléa TV », télévision nationale généraliste de libre expression (www.zalea.org) et « Les Périphériques Vous Parlent », revue de culture et de sciences sociales ( www.lesperiphriques.org). A côté de ces associations gestionnaires, l’AG45 accueille également le collectif d’Indymedia Paris, L’Echo des Cités, et d’autres associations.

Voici une lettre ouverte de AG45 adressée à la mairie de Paris :

Lettre ouverte d’AG45 à Monsieur Bertrand Delanoë, Maire de Paris, à propos du non-relogement du pôle d’associations "AG45 - La Maison des Médias Libres"

Paris, le 20 avril 2007

Monsieur Le Maire,

Vous inaugurerez, Monsieur le Maire, le 12 mai prochain, les Jardins d’Eole, dont l’implantation sur le site de la Cour du Maroc, rue d’Aubervilliers, dans le XVIIIème arrondissement, contribuera sans nul doute à apporter un mieux-être aux habitants de ce quartier défavorisé. Vous n’êtes pas sans savoir que notre fédération d’associations, qui s’acquitte depuis plusieurs années d’un loyer auprès de votre Mairie, occupe à ce jour l’un des bâtiments situé dans ces jardins et qui, après rénovation, devrait accueillir l’Ecole de la deuxième chance, scellant notre départ des lieux.

Nous souhaitons attirer votre attention sur le problème posé par la réaffectation envisagée du bâtiment où intervient actuellement notre pôle média associatif AG45 et, au-delà, sur le devenir du tissu associatif parisien, de plus en plus entravé pour mener à bien ses missions d’utilité sociale et culturelle, et d’information.

En effet, notre situation témoigne des incertitudes et des inquiétudes dans lesquelles de nombreuses associations se trouvent être immergées aujourd’hui, sous l’effet de la flambée des prix locatifs, qui contribue à leur étranglement financier et compromet leur indépendance d’action, voire leur survie.

Des dizaines de salariés travaillent depuis plus de six ans dans les associations qui constituent AG45, sans compter les bénévoles et les stagiaires. Trois à quatre cent personnes s’y relaient chaque semaine pour s’y former gratuitement à l’informatique et à internet, pour y produire des programmes radiophoniques et audiovisuels, des manifestations culturelles et artistiques, pour y découvrir des livres, des films et des revues. Les savoirs y sont échangés gratuitement, et la culture accessible à tous, au niveau régional mais aussi national. Cette expérience participe, de manière évidente, au pluralisme de l’expression et de l’information.

Nous tenons à rappeler la fragilité, les bas salaires, les conditions chroniques de précarité du monde associatif, dans une période de réduction drastique de subventions et d’aide à l’emploi. Le maintien de ces emplois est évidemment lié à la mise à disposition d’un lieu de travail à des conditions financières viables.

Notre départ du site prochainement semble avoir été décidé. Pourtant les activités menées depuis plusieurs années par nos associations, en lien avec les habitants du quartier, ont contribué à sa réhabilitation en construisant un climat de solidarité et d’entraide. En conséquence, la décision de nous maintenir sur les lieux n’aurait rien eu de scandaleuse ni d’usurpée à nos yeux. Il en a été décidé autrement.

Nous nous sommes engagés dès 2002 dans une démarche consensuelle avec vos Services. Force est de constater que, de ce fait, nous n’avons guère communiqué sur notre travail et nos actions ; ce qui a permis à certains de les minimiser au nom d’enjeux locaux. Cette situation ne saurait perdurer.

Nos inquiétudes, Monsieur le Maire, sont attenantes aujourd’hui tant à notre relogement et à la nature des solutions préconisées jusque là par la Mairie, qu’à la place que vous accordez à la question des médias dans le cadre de votre mandature, à l’heure où cette question est abandonnée à l’initiative du seul secteur marchand.

Nous avons toujours été disposés à négocier des propositions compatibles avec nos possibilités. Or, à ce jour, l’unique réponse qui a suivi les nombreuses prises de contact a été de nous proposer des locaux dont les loyers s’alignent sur les prix du marché, bien au-delà de nos capacités financières et alors même qu’une surface de 35 000 m² dédiée à la culture ouvrira ses portes à quelques pas d’AG45, au 104 Rue d’Aubervilliers.

Ce type de proposition est tout simplement inacceptable, non par choix, mais par nécessité. Les conditions de fragilité financière du tissu associatif parisien, y compris nos associations, rendent en effet impossible l’acquittement d’un loyer au prix du marché.

De plus, cela nous paraît contradictoire avec notre vocation : celle de faire vivre un espace public citoyen, non-marchand et indépendant, oeuvrant au renforcement des solidarités sociales et humaines. Comment se fait-il que des associations comme les nôtres ne puissent aujourd’hui disposer d’espaces à loyers accessibles, alors qu’elles sont productrices d’une richesse sociale et culturelle avérée ?

Cette question est indissociable de celles de la démocratie participative et de la culture de proximité, qui anime les 45 salariés travaillant à AG45, ses milliers d’usagers, ainsi que les nombreux collectifs et personnalités qui nous soutiennent afin qu’une solution digne de relogement soit trouvée. Comme semblerait l’indiquer votre projet d’« école de la deuxième chance » en lieu et place d’AG45, vous ne pouvez manquer d’être sensible à ces enjeux et concernés plus généralement par la situation de précarisation des populations les plus vulnérables, reléguées inexorablement dans les périphéries de nos villes ; ceci pour faire place nette à des projets immobiliers qui n’ont pour unique objectif que le profit.

Cette précarité grandissante des associations fragilise les droits sociaux, représente une limite au pluralisme, à la liberté d’expression et à l’appropriation par les citoyens des outils indispensables au développement de la créativité individuelle et collective, et à tout effort de transformation sociale - laissant alors prospérer la pensée unique et ses logiques de concurrence.

Dans ce contexte, nous demandons aujourd’hui que notre situation soit enfin étudiée et considérée avec tout le respect dû à nos activités, sans que les intérêts partisans et particuliers des uns et des autres prévalent. L’avenir de nos associations en dépend.

C’est pourquoi nous souhaitons, Monsieur le Maire, un engagement clair de votre part, lors de l’inauguration des Jardins d’Eole, pour permettre le relogement d’AG45 dans des conditions financières identiques. Vous manifesteriez par là votre soutien à la création durable d’un lieu dédié aux médias associatifs et populaires. En effet, devant le recul permanent des libertés et la marchandisation croissante de la culture, le pole AG45 que nous avons préfiguré s’avère être un espace d’expression citoyenne et, à travers les médias, un outil d’apprentissage de la démocratie participative.

Nous vous prions, Monsieur le Maire, d’accepter l’expression de nos salutations distinguées.

Les représentants d’AG45 - La Maison des Médias Libres constituée de :

la coopérative de distribution Co-errances

la radio libre Fréquence Paris Plurielle

la revue Les périphériques vous parlent

l’espace public numérique Réseau 2000

la télévision libre Zalea TV

le mardi 24 avril 2007 à 16h26

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?