Accueil > économie | Par Marie Bonnard | 1er janvier 2007

Agent d’entretien contractuel à la sncf

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

« Je suis tombée enceinte à 17 ans, et j’ai dû arrêter mes études avant d’avoir pu obtenir un diplôme. Il a fallu chercher du travail. J’aurais voulu être nourrice , mais mon mari, qui est agent SNCF, m’a signalé que l’on cherchait quelqu’un pour faire le ménage à la gare. Ce n’était pas la panacée, mais nous avions besoin d’argent, alors je me suis dévouée. J’ai commencé par effectuer des remplacements, quelques heures par semaine. Puis la dame qui était titulaire est partie à la retraite, en 1991, et j’ai été embauchée.

C’est la SNCF qui m’a proposé un temps partiel. On ne m’a pas laissé le choix, c’était ça ou rien. Celle que j’ai remplacée travaillait à temps plein. Mais depuis son départ, le dépôt où dormaient les ouvriers et qu’elle était chargée de nettoyer avait fermé, c’était donc ça à faire en moins. La SNCF a donc restreint le contrat au nombre d’heures strictement nécessaire.

Mon poste consiste à nettoyer la gare, les souterrains et les abris, ainsi que le train qui reste à quai le soir. Le jeudi, je me charge également de l’entretien de l’équipement. Mes horaires me donnent du temps libre, mais je le passe à m’occuper de toutes les tâches à la maison. Il y a beaucoup à y faire, d’autant plus que deux de nos enfants vivent encore avec nous.

J’apprécie de travailler ici. Ce n’est qu’une petite gare mais elle est plutôt fréquentée, ce qui me permet de voir du monde dans la journée. Mes collègues sont très sympas. J’entretiens également de bonnes relations avec mon chef. C’est important une bonne ambiance au travail, ça rend moins pénible de s’y rendre chaque jour pour faire le ménage, encore et toujours le ménage. Je n’habite qu’à cinq kilomètres de mon travail, ce qui est bien pratique.

Ce qui me pose réellement problème dans ce contrat à temps partiel que l’on m’a imposé, c’est le salaire, qui est de fait proportionnel. Gagner à peine plus de 700 euros par mois lorsque l’on a trois enfants à charge dont deux en études supérieures, c’est un peu faible. Heureusement que nous touchons l’APL et que nos enfants reçoivent des bourses universitaires. Je crois que sinon nous ne pourrions pas nous en sortir. Dans le cadre de ce contrat, je ne bénéficie pas non plus des mêmes avantages que mes collègues. Je ne reçois par exemple pas la prime de fin d’année. Lorsque tous empochent 1500 euros, bienvenus au moment des fêtes, et que moi je ne reçois rien, ça me fait un petit pincement au cœur. Cela fait plus de quinze ans que travaille pour la SNCF, et je ne reçois de leur part aucune reconnaissance. Je n’en tire aucun avantage. Je n’ai aucune perspective d’évolution. Je trouve pourtant que je le mériterais. Ils ont profité de la situation lorsque j’étais jeune, et ils savent bien qu’aujourd’hui je ne peux pas me permettre de quitter ce travail. J’en ai besoin, et il serait bien trop difficile, au vu de la conjoncture actuelle, d’en trouver un autre.

Mon mari est inscrit au syndicat SUD-Rail. Je l’accompagne souvent aux réunions et j’envisage très sérieusement d’y adhérer moi aussi. Je pense qu’ils sont en mesure de me défendre, de me soutenir. Je souhaiterais qu’ils m’aident à obtenir un contrat à temps plein. Eux en ont les moyens, ensemble on est toujours plus fort. Seule, je n’ai même jamais pris la peine de le réclamer à la SNCF. Je n’ose pas. Je connais par avance leur réponse, elle est bien prévisible. Ils sont en position de force et je suis dos au mur. Je ne peux pas perdre cet emploi, j’en ai besoin. Pourquoi se gêneraient-ils pour exploiter la situation ? Le monde du travail fonctionne ainsi aujourd’hui. »

Paru dans Regards n° 36, Janvier 2007

prénom : Stella

âge : 40 ans

emploi : agent d’entretien contractuel à la sncf

salaire : 748 euros net/mois

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?