Accueil > N° 44 - octobre 2007 | Par Jean-Baptiste Ferrière | 17 octobre 2007

Articuler dialogue et mobilisation sociale

Annick Coupé, porte-parole de l’Union syndicale Solidaires : « Sarkozy instrumentalise les syndicats en leur imposant un calendrier de réformes »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Cadeaux fiscaux, remise en cause du droit de grève, privatisation progressive des universités, loi sur l’immigration aux relents xénophobes, instauration de franchises médicales... Quand il s’agit de démanteler les acquis sociaux, Nicolas Sarkozy est un homme pressé. « A l’offensive », comme l’explique Annick Coupé, porte-parole de l’Union syndicale Solidaires : « Nous sommes confrontés à un président omniprésent sur les terrains sociaux qui joue la montre. Sa stratégie consiste à fixer de manière autoritaire le calendrier des réformes pour en finir au plus vite avec ce qu’il nous reste de principes de solidarité. Au fond, il instrumentalise le mouvement syndical en l’engluant dans le cadre d’un pseudo dialogue social ». Un dialogue social qui reste « un marché de dupes destiné à flatter les syndicats pour mieux tempérer leurs ardeurs », dénonce Annick Coupé. Car il ne faut pas s’y tromper. Quand elles délaissent le bitume pour répondre à l’invitation du gouvernement Fillon, les forces syndicales n’ont pas de réelles marges de manoeuvre pour négocier face à un Medef acquis à la cause sarkozyenne. « Il est important de rester lucide dans un contexte global où il n’existe pour le moment aucune opposition politique constructive à gauche, capable de déjouer les plans d’un président qui n’a jamais été aussi lié aux intérêts du patronat. Je trouve assez dramatique qu’il n’y ait pas encore eu de fronde suffisamment importante pour nous donner du poids lors de ces négociations ».

Alors comment résister face à ce rouleau compresseur ultralibéral ? Pour Annick Coupé, « la question de la conflictualité doit s’articuler entre dialogue et mobilisation sociale ». La journée du 18 octobre pour la défense des régimes spéciaux donnerait-elle justement l’occasion d’organiser une première riposte massive ? « Les syndicats ne se concertent pas entre eux. Et cette absence de débat intersyndical alimente les divisions. L’organisation d’une résistance même partielle lancée le 18 octobre, à l’initiative des cheminots, doit montrer qu’il est encore possible de faire reculer le gouvernement. Du moins de desserrer l’étau dans lequel Sarkozy souhaite nous enfermer », avertit la porte-parole de Solidaires. Car si ce dernier s’attelle aujourd’hui à réformer les régimes spéciaux des retraites, il en sera de même pour le régime général. D’ailleurs, le premier ministre François Fillon se dit prêt à remettre en question l’accord de 2003 afin d’imposer 41 annuités de cotisation, voire 42 anuités comme le réclame le Medef dans les secteurs privés et publics.

A défaut de trouver une convergence à l’ensemble des luttes sociales, il est donc nécessaire d’obtenir des résultats concrets. Question de pragmatisme. A l’image du retrait du contrat première embauche (CPE) au printemps 2006, les protestations ponctuelles doivent reposer sur un mot d’ordre précis pour aboutir. Ici, c’est le maintien aux 37,5 annuités dont il est question. « Nous avons assisté à une rentrée sociale pour le moins frileuse. Et nous faisons un bien mauvais calcul en ne parvenant pas à surmonter nos divergences », regrette Annick Coupé qui se réjouit néanmoins que des unions départementales CGT-Solidaires-FSU-FO soient mises en place le 18 octobre. Et de conclure sur une note plus optimiste : « La contestation peut se manifester autrement que par un mouvement de grève puisque les conflits d’intérêts existent au sein même des entreprises : c’est aussi dans les milieux professionnels que peuvent naître les révoltes citoyennes ».

Entretien audio :

Pour écouter l’interview d’Annick Coupé, cliquer sur

MP3 - 1.8 Mo

titre documents joints

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Sur le même thème

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?