Accueil > monde | Par Jean-Baptiste Ferrière | 25 octobre 2007

Aung San Suu Kyi : 12 ans de privation de liberté

Faible mobilisation à Paris lors de la journée internationale d’action en faveur de la démocratie en Birmanie. Une vingtaine de manifestants seulement se sont rassemblés, mercredi 24 octobre, devant le siège social de Total basé à la Défense. Parmi eux, Info Birmanie, la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), l’Alliance des femmes et Europe solidaire sans frontières (ESSF) ont répondu présent à l’appel lancé par la communauté birmane de France.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Celle que l’on surnomme la dame de Rangoun entame donc sa douzième année d’assignation à résidence. Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix, leader de la Ligue Nationale pour la Démocratie, n’a pour l’heure toujours aucun contact avec l’extérieur. Une absurdité pour celle qui a remporté en 1990 les dernières élections démocratiques du pays. Elle n’avait d’ailleurs pas hésité à qualifier Total de « plus fort soutien du système militaire birman ». Et pour cause puisque les recettes du projet Yadana d’exploitation du gaz, dont le principal opérateur est Total, ont rapporté à la junte militaire au pouvoir quelque 350 millions d’euros en 2006. De quoi maintenir une cinglante oppression du peuple birman qui ne tire, lui, aucun bénéfice de cette activité industrielle.

Or, malgré les avertissements de la communauté internationale et les sanctions économiques prises par l’Union européenne (interdiction d’importations touchant le bois, les pierres précieuses et les métaux), la junte poursuit la repression. Pire, elle estime n’avoir « aucune raison de changer de direction », qu’il faut « écarter tous les obstacles qui seraient placés devant » elle. En refusant de geler ses investissements, le groupe pétrolier français Total se rend ainsi complice d’un régime dont les exactions sont une injure aux droits de l’homme les plus élémentaires : détentions arbitraires, tortures, travail forcé, absence de liberté d’expression...

Entretiens audio :

Pour écouter l’interview d’Achras Sebbahi, chargée de mission à l’association Info Birmanie, cliquer sur

MP3 - 2.9 Mo

Pour écouter l’interview de Souhayr Belhassen, présidente de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), cliquer sur

MP3 - 2 Mo

Pour écouter l’interview de Pierre Rousset, porte-parole de l’association Europe solidaire sans frontières (ESSF), cliquer sur

MP3 - 1.8 Mo

Pour écouter l’interview d’Annie Schmitt, militante de l’Alliance des femmes, cliquer sur

MP3 - 678.4 ko

Pour écouter l’interview de Jane Birkin, cliquer sur

MP3 - 2 Mo

Pour signer la pétition de soutien aux démocrates birman , cliquer sur http://www.info-birmanie.org/content/view/34/54/

titre documents joints

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?