Accueil > idées/culture | Par Marie Nossereau | 1er janvier 2008

BabyFirst TV : La télé premier âge

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

On n’arrête décidément pas le progrès. Depuis le 16 octobre, BabyFirst TV a fait son apparition dans le bouquet « famille » de CanalSat. La chaîne est dédiée aux enfants âgés de... 6 mois à 3 ans. Incroyable mais vrai : « Dès les premières heures de sa vie, bébé possède déjà quelques milliards de neurones, expose scientifiquement le site Internet de BabyFirst TV. Seulement, ceux-ci ne lui sont, au départ, que d’une mince utilité puisque la plupart ne sont pas connectés. En réalité, pour parfaire ces connexions, le cerveau du petit homme doit être stimulé. Parce que son environnement quotidien n’est pas toujours suffisamment riche pour l’éveiller et participer naturellement à son développement, la télévision peut représenter pour lui une formidable source d’action positive. » Je l’affirme sans détour : les types qui ont écrit ça nous prennent vraiment pour des abrutis. Si on les comprend bien, la télé permet en fait de connecter les neurones du « petit homme ». Autant préciser tout de suite qu’avec le « grand homme », l’« homme mûr » voire le « vieil homme », ça ne marche plus du tout comme ça. Ça ferait même l’effet inverse, si on examine la question avec toute l’attention qu’elle mérite. Peut-être devrait-on tous regarder BabyFirst TV pour se connecter les neurones, allez savoir...

A propos, quels sont les programmes ? 55 émissions organisées autour de 7 axes « ludo-éducatifs ». Dans « En route vers l’éveil » par exemple, Bébé se régalera des aventures de Tillie Toc-Toc, Fred et Fiona ou de Bonnie l’oursonne. Son apprentissage du langage sera assuré, entre autres héros délirants, par Harry le Lapin « qui enseigne des choses passionnantes » et les Wordies, ces « trois créatures sympathiques qui adorent s’amuser ». Je vous épargne « Bloop et Boucle », « Petey le Pinceau », « Bidule et sa machine merveilleuse » qui compte les pommes (il est cool, Bidule). Un code couleur permet au « petit homme » (âgé de 6 mois à 3 ans, rappelons-le) de retrouver ses émissions préférées. Et puis, de toute façon, comme le précise, toujours sur le site Internet de la chaîne, l’éminente pédiatre Edwige Antier, « dès que bébé le peut, il s’empare de la télécommande. C’est aussitôt son hochet préféré. Il comprend tout de suite que les touches servent à faire venir des sons, des personnages et ça, c’est vraiment magique ! » Remarquez le point d’exclamation. Avec le recul, Chantal Goya et Club Dorothée avaient bien des défauts, mais pas cet angélisme affligeant.

BabyFirst TV propose aussi quelques « programmes nocturnes » vraiment décalés, j’ai nommé « Les flots », « Les vagues » et « Les mobiles » : le triptyque qui va faire exploser l’audience de la chaîne et piquer des parts de marché à TF1 vers 3 heures du mat’. Ces programmes ne doivent pas coûter bien cher, puisqu’il ne s’agit que de montrer (sur fond de musique moins « relaxante » que synthétisée) une rivière couler, des vagues voguer et... des mobiles tourner.

Imaginez la scène : « bébé » (ou « petit homme », c’est selon) n’arrive pas à dormir. Il est stressé, c’est la pleine lune, par exemple. Vous, en revanche, vous êtes crevés. Avant, vous n’aviez pas de solution. C’était : soit une berceuse un peu ridicule, soit gouzi-gouzi cinq minutes et, avec un peu de chance, ça marchait. Eh bien, aujourd’hui, grâce à BabyFirst, vous n’avez plus qu’à... allumer la télé et flanquer « bébé » devant ! Et vous avec, par la même occasion. Vous y aviez déjà pensé ? Bien sûr ! Mais les programmes (de TF1) n’étaient pas du tout adaptés : une rediff’ de la Star Ac avec un peu de chance, sinon, 30 millions d’amis... Que du nocif pour bébé qui a besoin de « connecter ses neurones ». Désormais, votre rejeton s’endormira, garanti sur facture par BabyFirst TV. Et, miracle des miracles, vous aussi !

Sans compter que BabyFirst présente un avantage incomparable : elle ne diffuse pas de publicité. Encore heureux, direz-vous ? Mais non. Puisque « petit homme » sait déjà se servir d’une télécommande, puisque c’est même son « hochet préféré », puisqu’il est devenu, en quelques mois seulement, un téléspectateur averti qui ne rate jamais « Bloop et boucle », il ne faut surtout pas lui épargner un apprentissage publicitaire, « ludo-éducatif » de préférence. Bien au contraire. Car « petit homme » sera bientôt confronté à plus de 3 000 messages publicitaires au total chaque jour. Alors, pourquoi ne pas lui apprendre, dès l’âge de 6 mois, à « connecter ses neurones » pour devenir un jour, le plus vite possible bien sûr, un consommateur responsable ? Ceux qui ont des « valeurs » super, comme « l’eau, l’air, la vie » ou « demandez plus à votre argent », voyez. Finalement, ce serait lui rendre un fier service, à bébé. Marie Nossereau

BabyFirst sur le canal 131 de CANALSAT

Regards n°47, Janvier 2008

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?