Accueil > monde | Par Stéphanie Barrat | 6 mai 2008

Charles Enderlin : "Je suis sioniste jusqu’à la ligne verte"

Correspondant à Jérusalem de la chaîne France 2 depuis 1981, Charles Enderlin est un familier du Proche-Orient. Ses reportages sur le conflit israélo-palestinien ont souvent suscité des réactions hostiles dans les deux camps. Grand reporter, il est aussi écrivain et a publié de nombreux ouvrages sur le sujet : Paix ou guerre, les secrets des négociations israélo-arabes 1917-1995 (1997), Le rêve brisé : histoire de l’échec du processus de paix au Proche-Orient 1995-2002 (2002), Les années perdues : intifada et guerres au Proche-Orient 2001-2006 (2006). Son dernier livre, Par le feu et par le sang ( Ed. Albin Michel) est paru au début du mois de mars. Il y met notamment en lumière l’activité des groupes paramilitaires juifs en Palestine avant 1948. Entretien.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Votre livre "Par le feu et par le sang" dévoile un pan terroriste de la conquête de l’Etat d’Israël, mal connu du grand public. Une appréhension plus précise de ce fait historique permet-elle de mieux éclairer la situation actuelle ?

Les gens ne s’intéressent pas à l’Histoire. Je n’ai rien inventé pour écrire mon livre, tout se trouve dans les textes, les archives, les articles et les recueils du groupe Stern(1).

Je crois qu’il est important de remarquer que la création de l’Etat d’Israël a été possible parce que les groupes paramilitaires qu’étaient l’Irgoun, la Haganah (2) et le groupe Stern avaient un objectif commun.

A l’inverse, les organisations palestiniennes sont divisées sur l’objectif à atteindre. Par exemple, une partie du Hamas prône la destruction d’Israël alors que l’OLP est en faveur de la paix et de l’existence de deux Etats côte à côte.

Le terrorisme est une forme de combat immorale, criminelle. Mais il faut reconnaître que les attentats contre les britanniques sont un des éléments qui ont contribué à les dégoûter de la Palestine et à les faire partir. Les groupes paramilitaires juifs ont frappé des raffineries de pétrole, des trains, des avions de combats, des objectifs militaires mais aussi civils. Et puis, la communauté internationale soutenait le combat sioniste, surtout après la Shoah.

Par comparaison, si la stratégie du Hamas l’a conduit au résultat escompté - torpiller les négociations avec Israël-, le Fatah a échoué. Il n’a pas réussi à museler les islamistes dont les attentats suicides ont fait basculer l’opinion publique israélienne et internationale. Ces attentats ont, au cours des huit dernières années, permis une répression israélienne accrue et conduit les palestiniens à leur plus importante défaite depuis 1948.

Dans les années 40, les "terroristes" étaient juifs, aujourd’hui l’armée israélienne estime qu’ils sont palestiniens. S’agit-il bien dans les deux cas de terrorisme et est-il de même nature ?

La situation est différente. Il faut se poser la question en d’autres termes : est-ce que les combats pour la création d’Israël étaient justifiés ? Est-ce que le résultat légitime les moyens ? Pour Israël, même si l’utilisation du terrorisme pose évidemment un grave problème moral, le fait est, comme je viens de le dire, que ce fut un des éléments qui a permis aux sionistes de remporter une victoire, la création de l’Etat juif. A l’inverse, l’emploi du terrorisme par les palestiniens ne leur a pas apporté grand chose.

Je crois que la différence entre les deux est le résultat. Les Juifs de Palestine n’ont été ni les premiers ni les derniers a utiliser le terrorisme.

Que vous inspire l’anniversaire de l’Etat d’Israël ?

Quelles que soient les difficultés d’Israël aujourd’hui, je considère que le sionisme a réussi puisque l’Etat existe et qu’il ne peut être remis en question. Israël, c’est sept millions d’habitants, un cinéma, une littérature dynamique et innovante ; c’est une technologie, une partie de ce qui existe sur Internet a été créée par les juifs ; c’est aussi la quatrième armée du monde. Mais, à long terme, sa survie dépend d’une solution qui permettra la cohabitation des deux entités : il faut créer un Etat palestinien aux côtés de l’Etat d’Israël. Quant à moi, je suis sioniste jusqu’à la ligne verte !

(1) : Groupe armé radical créé en septembre 1940, le groupe Stern se décrit lui-même comme terroriste. Il se fixe comme objectif l’expulsion des britanniques par la force, pour permettre une immigration sans restriction des juifs vers la Palestine et la formation d’un Etat juif. Le nom de cette organisation paramilitaire vient de son premier dirigeant, Avraham Stern.

(2) : Milice sioniste révisionniste, L’Irgoun est née en 1931, d’une scission avec la Haganah, créée en 1920 pour assurer la défense des localités juives en Palestine.

Israël-Palestine en livres

Le conflit israélo-palestinien est une source inépuisable d’ouvrages, chaque année un grand nombre d’auteurs écrivent sur le sujet. Au moment du soixantième anniversaire de la création de l’Etat d’Israël et de la Nakba palestinienne, liste non exhaustive des plus récents :

"Par le feu et par le sang. Le combat clandestin pour l’indépendance d’Israël, 1936-1948", par Charles Enderlin, Albin Michel, mars 2008.

"Israël Palestine que se passe t-il ?", par Michel Warschawski, La Fabrique, février 2008.

"Israël, les Arabes, la Palestine : chroniques 1956-2008", par Jean Daniel, Galaade, février 2008.

"Le nettoyage ethnique de la Palestine", par Ilan Pappé, Fayard, février 2008.

"Israël confronté à son passé", par Sébastien Boussois, L’harmattan, janvier 2008.

"Les arabes d’Israël entre intégration et rupture", par Jacques Bendelac, Autrement, janvier 2008.

"Comment Israël expulsa les palestiniens 1947-1949", par Dominique Vidal, L’ Atelier, novembre 2007.

"Israël Palestine, vérités sur un conflit", par Alain Gresh, Fayard, octobre 2007.

"Palestine : la paix, pas l’apartheid", par Jimmy Carter, Archipel, octobre 2007.

"Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine", par John-J Mearsheimer et Stephen M.Walt, la découverte, septembre 2007.

"Palestine, la dépossession d’un territoire", par Pierre Blanc, Jean-Paul Chagnollaud, Sid Ahmed Souiah, L’harmattant, juin 2007.

"La Palestine dans l’étau israélien. Avant et après le mur", par Benjamin Moriame, L’harmattan, janvier 2007.

Les dates-clés d’Israël

1947 :

29 novembre : L’ONU adopte un plan de partage de la Palestine en deux Etats, un juif et un arabe. Jérusalem est placé sous le régime international.

1948 :

14 mai : Fin du mandat Britannique sur la Palestine. David ben Gourion, président du Conseil national juif, proclame à Tel Aviv l’indépendance de l’Etat d’Israël.

15 mai : Première guerre israélo-arabe (Liban, Syrie, Egypte, Transjordanie et Irak) qui prend fin en 1949 avec la signature des accords de Rhodes, qui fixent une ligne de démarcation qui demeurera jusqu’en 1967.

1949 :

11 mai : Israël devient membre de L’ONU.

1950 :

7 juillet : Adoption de la loi du retour qui permet à tout juif d’immigrer en Israël et d’y devenir citoyen.

1956 :

Octobre-novembre : Seconde guerre israélo-arabe .

1964 :

Mai : création de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

1967 :

5 au 10 juin : Israël déclenche la troisième guerre israélo-arabe , appellée guerre de "Six jours" et occupe le Sinaï, la bande de Gaza, la Cisjordanie, Jérusalem-Est et le plateau du Golan.

22 novembre : Le conseil de sécurité de l’ONU adopte la résolution 242 qui prévoit l’évacuation des territoires occupés contre la reconnaissance de tous les Etats du Proche Orient.

1973 :

6 au 25 octobre : Quatrième guerre israélo-arabe , appellée "guerre de Kipour".

1974 :

Juin : Itshak Rabin succède à Golda Meir (démissionnaire) comme Premier ministre.

novembre : L’OLP est admis au rang d’observateurs par les Nations Unies, le droit des Palestiniens "à la souveraineté et à l’indépendance" est reconnu.

1975 :

10 novembre : Condamnation par L’ONU du sionisme comme une forme de racisme.

1977 :

17 mai : Victoire de Mehahem Begin et de son part national (droite) aux élections législatives israéliennes qui met fin à 30 ans de pouvoir Travailliste.

1982 :

6 juin : Opération "paix en Galilée", l’armée israélienne envahit le Liban et siège de Beyrouth-Ouest où sont regroupés Yasser Arafat et ses troupes.

1987 :

9 décembre : L’Intifada ou "guerre des pierres" éclate dans les territoires occupés.

1988 :

Août : Création du Hamas (mouvement de résistance islamique) à Gaza.

15 novembre : Le Conseil national palestinien (parlement en exil) proclame l’Etat palestinien indépendant et accepte les résolutions de l’ONU. Ce qui signifie une reconnaissance implicite de l’existance d’Israël.

Décembre : Yasser Arafat, chef de l’OLP, reconnait de droit d’Israël de vivre "en paix" et annonce le renoncement au terrorisme.

1991 :

Janvier-février : Guerre du Golfe

16 décembre : Annulation de l’ONU de la résolution qui assimile le Sionisme au racisme.

1993 :

13 septembre : Signature des accords "Oslo I" entre Israël et l’OLP et poignée de main historique entre Itshak Rabin et Yasser Arafat.

1995 :

4 novembre : Itshak Rabin est assassiné par un extrémiste israélien, Shimon Peres devient Premier ministre.

1996 :

20 janvier : Yasser Arafatest élu président de l’Autorité palestinienne.

29 mai : Victoire du parti nationaliste de Benyamin Netanyahou, il devient Premier ministre israélien et désapprouve les accords d’Oslo.

2000 :

28 septembre : La visite d’Ariel Sharon sur l’esplanade des mosquées, troisième lieu saint de l’Islam, provoque des affrontements à Jérusalem et déclenche la seconde Intifada .

2001 :

6 février : Le chef du Likoud, Ariel Sharon est élu Premier ministre.

Décembre : En représailles d’une série d’attentats suicides, Israël effectue des raids sans précedent sur les territoires palestiniens, Yasser Arafat est confiné dans Ramallah.

2002 :

Avril : Israël lance une offensive dans les territoires occupés, plus de 250 palestiniens sont tués.

16 juin : Début de la construction par Israël d’un mur de séparation.

2003 :

30 avril : publication de la "feuille de route" par les Etats-Unis, la russie, l’Union Européenne et les Nations Unies (Quartet) qui doit aboutir d’ici 2005 à la création d’un Etat palestinien.

2004 :

22 mars : Cheikh yassine, fondateur du Hamas, est assassiné par un raid israélien, son succésseur Abdelaziz al-Rantissi sera lui aussi tué peu après.

9 juillet : La Cour Internationale de Justice déclare le mur séparant Israël et la Cisjordanie illégal et demande sa destruction partielle.

11 novembre : Mort de Yasser Arafat à Paris.

2005 :

9 janvier : Mahmoud Abbas est élu à la têted el’Autorité palestinienne.

22 août : L’évacuation des colons de Gaza est terminée.

Novembre : Amir Peretz est élu à la tête du parti travailliste et décide le retrait de son parti du gouvernement. Ariel Sharon quitte le Likoud, crée un nouveau parti Kadima et demande la dissolution de l’Assemblée. Shimon Pérès le rejoint et Benyamin Netanyahou devient le chef du Likoud.

2006 :

4 janvier : Ariel Sharon est hospitalisé pour une attaque cérébrale, Ehud Olmert lui succède.

25 janvier : Les élections législatives palestiniennes sont remportées par le Hamas

28 mars : élections législatives en Israël, Kadima et Ehud Olmert remportent la victoire.

12 juillet : L’armée israélienne attaque le Liban après que la Hezbollah est enlevé deux soldats et tué huit autres. Bombardements sur Beyrouth et le Sud Liban et intauration d’un blocus aérien et maritime (1200 morts et 900 000 déplacés au Liban).

2007 :

13 juin : Ehud Barak à la tête du parti travailliste et Shimon Pérès est élu à la tête de l’Etat d’Israël.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?