Accueil > politique | Par Rémi Douat | 8 février 2012

Délit de sale gueule

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Après la petite phrase raciste de Claude Guéant, Nadine Morano apporte, peut-être plus innocemment que le ministre de l’Intérieur, de l’eau au moulin d’un grave dérive gouvernementale. Cette fois, c’est le délit de sale gueule qui entre dans la danse. Dans le Parisien du 8 février, la ministre de l’Apprentissage tacle l’opposition en mode cours de récré : « Les images restent, alors il faut faire attention à tout, surtout quand on est une femme, scrutée du brushing aux chaussures. (…) Le problème d’image d’Eva Joly ne vient pas que de son accent, c’est aussi physique. On sent du coup qu’il n’y a pas de communicant derrière ». Quelle audace, une sale gueule, un accent pas très auvergnat... et elle se pique de faire de la politique ! Décidément toutes les civilisations ne se valent pas.

Portfolio

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Le problème avec le délit se sale gueule, c’est que c’est très subjectif... Encore que... Non, mais, franchement vous avez vu la gueule de Nadine Morano ? Vous l’avez entendu causer ?

    primo Le 9 février 2012 à 10:43
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?