Accueil > actu | Par | 1er janvier 2007

Dialogue de sourds

Presidentielle vue par Chloe Juhel

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

(chloé juhel est journaliste à radio Générations 88.2 Elle Anime la Matinale de 6 heures à 10 heures et l’émission Génération citoyen)

L’un parle blessure du passé et mémoire coloniale, l’autre parle courbe du chômage et délinquance juvénile. Le dialogue est voué à l’échec. Ils n’utilisent pas la même langue. Ils n’emploient pas les mêmes termes, les mêmes expressions. Cette semaine-là, l’émission « Générations Citoyen » (1) était consacrée à Nicolas Dupont-Aignan. Face au candidat souverainiste étiqueté UMP, pour débattre, comme d’habitude, j’ai choisi d’installer des rappeurs, des graffeurs, des danseurs et des représentants du milieu associatif. Parmi les invités, Ekoué, du groupe La Rumeur. Un face-à-face surprenant et détonnant qui m’a permis de mesurer l’ampleur du fossé. L’ampleur des dégâts aussi. Une des premières choses qui m’a frappée, lorsque je suis arrivée à Générations (2) il y a trois ans, c’est la ferveur avec laquelle mes collègues et les artistes que j’ai pu rencontrer m’ont expliqué leurs blessures. Ou plutôt les cicatrices de leurs parents. Moi, je débarquais avec, coincée sous le bras droit, mon Histoire de France apprise par cœur et sagement dans les manuels scolaires et, calée sous le bras gauche, mon histoire de famille normande, tout ce qu’il y a de plus basique. J’étais donc, bien sûr, loin de me douter de la colère de ces « personnes issues de l’immigration ». Au passage, au bout de combien de générations verra-t-on le terme « fils d’immigrés » disparaître ? Certains préfèrent se donner bonne conscience et se dire : « cessons de nous torturer avec le passé et de nous victimiser pour si peu. » Bref. Soixante ans après la Seconde Guerre mondiale, toujours rien. Pas de reconnaissance pour ces anciens combattants, ces tirailleurs, ces hommes qui se sont battus pour la France. Pas de cérémonie officielle organisée par l’Etat. Rien de tout ça. A peu de choses près. Il y a quelques mois, le film Indigènes de Rachid Bouchareb a quand même permis de mettre un sérieux coup de pied dans la fourmilière, de faire avancer le schmilblick de quelques centimètres. Mais on est tellement loin du compte. 2007, année électorale. L’occasion rêvée pour profiter de l’élan médiatique suscité par ce film et de mettre, enfin, les pieds dans le plat. L’occasion tout simplement de parler de cette douloureuse mémoire française et de placer des mots sur ces cicatrices.

La campagne présidentielle est maintenant bien lancée. En avant toute, direction l’immigration. Allons-y gaiement. Ségolène Fontenoy et Nicolas Lemonchois ont fixé le cap. Et rien ne les en détournera. Pas même la déferlante médiatique Nicolas Hulot. L’écolo a pourtant bien tenté de dévier la route des candidats. En vain. A grands coups de sondages et de couvertures de magazines, on nous dit que l’écologie est une des préoccupations des Français. Rien n’y fait. Imaginez, la cause des anciens combattants... Cause perdue ou plutôt oubliée. Alors, avec nos petites mains et nos micros, chaque semaine, sur l’antenne de Générations, on essaie, tant bien que mal, de rafraîchir la mémoire de ces énarques et autres politiques. Ceux-là même qui ont dans leurs bibliothèques des livres d’histoire dont certaines pages sont restées bien collées. Peut-être repartiront-ils du studio avec quelques questions dans la tête ? Questions dont les réponses se situent tout près, juste en bas des tours, dans les halls des HLM. C.J.

(1) Emission de débat politique et société diffusée sur Générations tous les dimanches de 18h à 19h

(2) Radio francilienne sur 88.2, qui diffuse du rap, de la soul et de la funk et qui invite les jeunes à aller voter.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?