Accueil > Société | Par Roger Fourme | 1er juin 1999

Du chemin à faire

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Ce qui me semble être la clé de voûte de la mission de l’Université, c’est la recherche, ce mot étant pris dans tous ses prolongements. Avec plusieurs volets complémentaires et indissociables, dont les plus importants sont un inventaire systématique et critique de l’état des connaissances en chaque domaine ; la contribution effective à l’évolution de ces connaissances ; et enfin, l’organisation sous les formes les plus appropriées de leur diffusion et de leur mise en oeuvre, en particulier par la formation initiale, la formation permanente et la valorisation. [...]

Du temps, de la sérénité, de la liberté

Je crois qu’il faut redonner à la recherche fondamentale ses lettres de noblesse et les moyens de sa spécificité : du temps, de la sérénité, de la liberté, toutes choses qui deviennent des denrées rares. Car la recherche souffre de marchandisation. On lui transfère de plus en plus la part de la recherche industrielle délaissée par les entreprises multinationales, ou on la somme de résoudre rapidement tel ou tel problème de société, médical par exemple. Le résultat est en général décevant pour toutes les parties. Pour la recherche fondamentale, qui se trouve détournée de son mouvement propre et amputée d’une partie de sa créativité, cependant que des domaines de recherche sans applications immédiates sont mis en sommeil. Pour l’industrie également, car : au-delà des aspects financiers immédiats : les résultats de l’externalisation de la recherche sont le plus souvent médiocres si on les compare à ceux d’une véritable coopération où chaque partenaire apporte son savoir-faire. Pour la collectivité enfin, car les avancées scientifiques qui ont provoqué de véritables bouleversements sont presque toutes issues de l’accroissement général des connaissances résultant de la recherche fondamentale, et non d’actions ciblées et étroites. La valorisation de la recherche est insuffisante en France, et celapour un faisceau de raisons. Il faut agir sur plusieurs plans : mieux coupler la recherche fondamentale (mais sans la détourner de ses finalités) à la société et à l’entreprise par des interfaces nouvelles, abaisser les obstacles techniques et juridiques à l’innovation, oeuvrer pour réduire les différences de langage et de culture entre chercheurs et responsables d’entreprise... Sans esquiver une question de fond, l’insuffisance en France de la recherche industrielle.

Si l’on adhère à l’idée que le développement des capacités et de la créativité de chaque citoyen devient la vraie richesse d’un pays moderne comme la France, alors il faut que la démarche de la recherche soit largement diffusée bien au-delà des professionnels de la recherche. C’est en effet le meilleur outil pour l’intégration de savoirs et d’informations dont le volume croît de manière exponentielle, pour développer des capacités cognitives larges et la capacité de réaliser, pour organiser et confronter de manière critique les informations, pour acquérir un jugement autonome.

La jonction à un niveau inédit

Tous les futurs enseignants et, plus généralement, la masse des étudiants, devraient être rompus à cette démarche, et c’est à l’Enseignement supérieur d’y veiller. Il me semble donc essentiel que les enseignants du supérieur aient, en majorité, une activité effective de recherche, et que les chercheurs à temps plein des grands organismes participent de manière significative et évaluée à cet enseignement dès le premier cycle. C’est donc la jonction à un niveau inédit de la recherche et de la formation qui devrait caractériser l’Université moderne.

Je voudrais souligner aussi la nécessité de rénover la Fonction publique : une bonne partie de notre force de travail pourrait être récupérée pour des tâches mieux en rapport avec nos compétences en mettant en oeuvre quelques mots-clé : simplifier, responsabiliser, contrôler a posteriori et sérieusement.

Si ce changement d’optique n’a pas lieu, si des ressources intellectuelles, financières et technologiques suffisantes ne sont pas affectées à l’Enseignement supérieur, en France et aussi dans les autres pays d’Europe, alors il faudra en assumer les conséquences. La recherche de premier plan désertera graduellement les universités. La qualité de la formation ira s’abaissant, avec une différenciation croissante entre l’enseignement pour la masse et l’enseignement pour l’élite. La réflexion critique perdra du terrain. Et les étudiants français et européens travailleront avec des outils multimedia sophistiqués élaborés à Berkeley ou Yale, et commercialisés par Disney Corporation, Microsoft et Time Warner. Cependant, une telle évolution n’a rien d’inéluctable. L’Europe est un énorme réservoir d’humanisme, de science et d’éducation, nourri de la richesse de la diversité. Il est possible de combiner les efforts nationaux et les collaborations entre les partenaires européens afin que la pluralité des approches, des contenus et des cultures soit maintenue.

Spécial web : le** **texte intégral

* Professeur à l’Université Paris-Sud, Orsay.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?